Mons va-t-il perdre Cédric Roussel dès janvier? La possibilité existe: dans le contrat de location d'un an passé par les Hennuyers et Wolverhampton, il est stipulé que les Anglais (qui prennent une bonne partie du salaire de Roussel en charge) peuvent le récupérer à la trêve. Le joueur, sous contrat là-bas jusqu'en 2005, n'est pas enthousiaste face à cette perspective.
...

Mons va-t-il perdre Cédric Roussel dès janvier? La possibilité existe: dans le contrat de location d'un an passé par les Hennuyers et Wolverhampton, il est stipulé que les Anglais (qui prennent une bonne partie du salaire de Roussel en charge) peuvent le récupérer à la trêve. Le joueur, sous contrat là-bas jusqu'en 2005, n'est pas enthousiaste face à cette perspective.Cédric Roussel: Des gens de Wolverhampton sont venus me voir plusieurs fois et ils semblent avoir été impressionnés par mes matches. Ils viendront encore mais ont déjà signalé à mon manager qu'ils pourraient faire jouer cette clause du contrat de location. Non. Mais l'entraîneur, Dave Jones, sait très bien que je ne veux plus travailler avec lui. Je le lui ai dit, les yeux dans les yeux. En venant à Mons, je voulais lui prouver qu'il avait eu tort de me snober, mais cela se retourne aujourd'hui contre moi. J'espère seulement que les Anglais auront la décence de me demander mon avis. S'ils le font, mon choix est déjà fait: je veux rester ici au moins jusqu'à la fin de la saison. Et si je dois quand même retourner là-bas, ce sera avec des pieds de plomb. En plus, les amis que j'avais dans le noyau de Wolverhampton sont tous partis. Cet entraîneur est peut-être prêt à vous offrir une nouvelle chance?Je sais à quoi m'attendre: un seul mauvais match et je me retrouverai à nouveau en Réserve. A ce moment-là, il pourra dire qu'il avait raison depuis le début, que je n'ai décidément pas le niveau.Ce serait quand même très vicieux...Après ce qu'il m'a fait, je ne serais plus surpris par rien. Je lui ai dit que ça ne marcherait jamais entre nous et il m'a avoué qu'il pensait la même chose. Nous avons des visions du football tout à fait opposées, c'est irréversible. J'avais marqué une vingtaine de buts en 25 matches de Réserve mais il a eu le culot de dire que je ne marquais pas assez, que je n'étais pas assez bon. Je devais m'entraîner avec quatre ou cinq autres exclus sur le terrain à côté de celui du noyau A. Et je devais me farcir deux ou trois heures de bus pour aller jouer en Réserve avec des gamins, le lundi soir. Avez-vous des contacts avec Wolverhampton?Non, mais je sais que les supporters se font entendre. Ils savent, via Internet, que je fais de bons matches avec Mons et ils n'acceptent pas que Wolverhampton me paye pour être bon ailleurs. Le club est 14e en D2 alors qu'il visait la montée. (P. Danvoye)