Les nouvelles concernant le malheureux Marcin Wasilewski alternent le positif et le négatif. Le patient polonais a été opéré pour la troisième fois la semaine passée à Anvers. Après l'intervention (pose d'une broche), il a préféré ne pas rencontrer tout de suite un de ses meilleurs amis qui nous a dit : " Marcin m'a répété plus d'une fois que cette opération l'avait fait autant souffrir que sa double fracture ouverte de la jambe. Je l'ai vu le lendemain : ce n'était pas très br...

Les nouvelles concernant le malheureux Marcin Wasilewski alternent le positif et le négatif. Le patient polonais a été opéré pour la troisième fois la semaine passée à Anvers. Après l'intervention (pose d'une broche), il a préféré ne pas rencontrer tout de suite un de ses meilleurs amis qui nous a dit : " Marcin m'a répété plus d'une fois que cette opération l'avait fait autant souffrir que sa double fracture ouverte de la jambe. Je l'ai vu le lendemain : ce n'était pas très brillant. Marcin ne s'est pas fixé d'objectif à long terme. Il avance comme un coureur du Tour de France. Aujourd'hui, c'est l'arrivée à Pau et il faudra passer les Pyrénées et les Alpes avant de songer à Paris. Il a toujours été comme cela : c'est une de ses forces. " Wasilewski devrait passer la fin de la semaine à son domicile avant d'envisager de se reposer dans son pays. L'attention médiatique a baissé un peu, mais elle a quand même gêné son épouse. Après le Clasico, elle a parfois lâché deux ou trois mots au parlophone de leur domicile à des journalistes qui ont transformé un " oui " et un " non " en long entretien exclusif. Marcin pourra donc revivre auprès des siens. Les Wasilewski ont deux enfants et leur vie de famille a été fameusement secouée. Leur fils qui joue à Anderlecht a été accueilli durant quelques jours chez des amis. Il a été très marqué par les événements. La petite fille, en bas âge, a été prise en charge par la belle-s£ur de Marcin qui est rentrée avec elle en Pologne. Anderlecht a décidé de soutenir Wasyl s'il allait en justice car il s'agit de prendre toutes les précautions d'usage ; rien ne dit que le joueur retrouvera tous ses moyens de sportif de haut niveau. Wasyl n'a pas bronché en découvrant les chemins que la radio de sa jambe a pris avant de se retrouver à la une de certains journaux belges et d'un quotidien polonais. Le joueur savait qu'elle serait publiée, dit-on dans le giron de la Dernière Heure/les Sports. Un " beau " (?) coup dû à un membre du personnel de l'hôpital bruxellois où Wasilewski a séjourné après le crash avec Axel Witsel. Ce lecteur a proposé le document au quotidien bruxellois pour la somme de 1.000 euros. Selon nos renseignements, le coupable a été découvert avant de perdre son emploi. L'hôpital songerait aussi à l'attaquer devant les tribunaux pour atteinte à la vie privée. Wasyl n'y pense même pas. Il n'en a pas du tout pris ombrage... PIERRE BILIC"Wasyl n'a pas l'intention d'attaquer les journaux qui ont publié sa radiographie."