Mardi 31 janvier à minuit, ce sera fini, les noyaux ne pourront plus bouger avant l'été. Nos clubs ont donc encore une petite semaine pour se renforcer et/ou dégraisser. Bilan des phénomènes observés depuis l'ouverture du marché, le premier jour de l'année.
...

Mardi 31 janvier à minuit, ce sera fini, les noyaux ne pourront plus bouger avant l'été. Nos clubs ont donc encore une petite semaine pour se renforcer et/ou dégraisser. Bilan des phénomènes observés depuis l'ouverture du marché, le premier jour de l'année. A Genk, Laszlo Köteles fait bien son boulot mais il n'a pas une aura de king comme LoganBailly ou Thibaut Courtois avant lui. L'international polonais Grzegorz Sandomierski est arrivé en début de saison, mais s'il n'a pas encore joué un match, ça veut dire qu'on ne le trouve pas impressionnant. Le retour - en prêt jusqu'à fin juin - de Bailly s'inscrit dans ce cadre-là. Même si on a l'impression que le club a aussi voulu faire plaisir à un gamin de la maison, paumé après une période catastrophique à Mönchengladbach puis une expérience désastreuse à Neuchâtel. En tout cas, c'est une star du foot belge qui revient brièvement au pays. On ne s'en plaindra pas. D'habitude, quand un ex-Diable revient dans notre D1, c'est un cramé qui veut surtout se rapprocher de sa famille à l'approche de la quille. Bailly n'a pas ce profil : à 26 ans, il entre théoriquement dans ses meilleures années. Carlos Bacca (25 ans) est une star en Colombie, un attaquant pur-sang qui a claqué 75 buts pour Junior de Baranquilla. Il est le cinquième meilleur buteur de l'histoire de ce club. Il est aussi Soulier d'Or colombien en titre. Le Club Bruges a déboursé un million et demi pour l'attirer chez nous. Il a été suivi en live par les Flandriens depuis l'été 2011 et tous les rapports furent positifs. A ce moment-là, Zulte Waregem avait aussi essayé de le transférer mais sa trésorerie ne l'avait pas permis. Bacca est censé corriger un gros problème du Club : la finition. Victor Vazquez se plaint régulièrement que ses caviars ne soient exploités ni par Björn Vleminckx, ni par Joseph Akpala. On espère que Bacca confirmera son instinct de guerrier devant le but. Et pas en dehors des stades. En 2010, il avait eu une altercation avec un supporter de Baranquilla qui lui reprochait une exclusion. Résultat : plainte du fan à la police. Et en décembre dernier, c'est une supportrice de son club qui a fait appel à la justice. Elle a voulu prendre une photo du joueur, il n'a pas apprécié et ça a dégénéré... On ne savait pas que Glenn Verbauwhede était encore gardien de but. Personnage attachant mais un peu fêlé, il n'avait pas réussi à se faire une place dans le noyau du Club Bruges où il avait encore un contrat. Malgré des bonnes prestations avec Courtrai. Alors, il s'est entraîné seul et a fait du baby-sitting pendant plusieurs mois. Westerlo vient d'en refaire un joueur de foot : un petit contrat, directement rentable ! Ce dimanche, c'est lui qui a empêché le Standard d'aller prendre les trois points en Campine. L'attaquant ghanéen Ibrahim Salou (32 ans) a vu du pays : il a joué en Allemagne avant de passer par Turnhout, Courtrai, Zulte Waregem et le Club Bruges où il n'a jamais confirmé ce qu'il avait montré avec Zulte. En 2008, avec deux Coupes de Belgique en poche (Zulte Waregem et Club), il a quitté notre pays pour retourner en Allemagne, puis passer par le Danemark et les Etats-Unis. Il revient, à Oud-Heverlee Louvain. Pour boucler la boucle dans une Belgique qui lui a accordé sa nationalité. En 2006, il fut même sollicité par les Diables Rouges. Autre arrivée étonnante à OHL : Loris Brogno, le rejeton de Dante. Il aurait voulu percer à Charleroi mais le nom était décidément trop lourd à porter. C'est un joueur offensif, comme son père et son oncle Toni. Mais c'est le seul du trio à être gaucher. Il a très brièvement tâté de la D1 avec Charleroi (quelques minutes) et cherche surtout à s'intégrer dans le groupe de Louvain d'ici l'été, tout en combinant avec un régendat en éducation physique. Le coach Ronny Van Geneugden est en tout cas content : " Du jeune talent belge qui peut jouer à plusieurs positions, je ne vais pas me plaindre. " A Lokeren, le transfert in surprenant se nomme Georgios Galitsios, un défenseur. En provenance de l'Olympiacos. Ce n'est pas une star du football grec mais il a quand même de jolis états de services là-bas : une cinquantaine de matches avec le club légendaire du Pirée, l'une ou l'autre apparition en Ligue des Champions, deux Coupes et un championnat de Grèce. Il fut aussi convoqué en équipe nationale par Otto Rehhagel. C'est le tout jeune attaquant Tom Boere (19 ans) qui suscite l'étonnement du côté de Gand. Il y a été formé entre 7 et 14 ans, puis l'Ajax l'a recruté. Malgré de nombreux buts en équipe Réserve (meilleur buteur de ce championnat à mi-parcours cette saison), il n'a jamais reçu une chance en Première. Et ça le gonflait de plus en plus : " Une chose était claire pour moi, je n'avais aucun avenir à Amsterdam. " L'ambition est là, il l'a manifestée dès le jour de sa présentation : " Il est possible qu' ElimaneCoulibaly s'en aille, et alors, je deviendrai l'attaquant de pointe attitré de Gand. " Bart Goor a donné le ton en fin de premier tour quand son contrat au Beerschot a été résilié, de commun accord. Ce qui lui a permis de passer directement à Westerlo : une man£uvre très limite, dénoncée par d'autres clubs menacés. Entre-temps, on n'a plus compté les ruptures de contrat dans notre D1. Point commun - évidemment - entre tous ces joueurs : ils n'apportaient rien, et représentaient des dépenses complètement inutiles. Anderlecht a ainsi viré les Brésiliens Diogo et Samuel. Le Beerschot s'est débarrassé de Sive Phekezela et Lindani Ntamo, deux jeunes Sud-Africains pourtant présentés comme de vrais diamants. Le Lierse a fait une grande lessive justifiée : le trou financier est béant, et on ne sort plus des fortunes d'Egypte comme dans le passé. Il y avait une trentaine de pros sous contrat dans ce club. Ont été dégagés via une rupture de contrat : le Vénézuélien Jesus Gomez, le Suédois Marcus Andreasson et le Hongrois Peter Kovacs. Au Standard, c'est le contrat du jeune Francesco D'Onofrio qu'on a cassé. Il a les mêmes " torts " que les autres partants de janvier ( Andrea Mutombo, Aloys Nong, Franck Berrier, Pape Camara) : avoir débarqué à Sclessin sous l'ancien régime. Nong (Mons) et Berrier (Zulte Waregem) s'en sont plaints dans la presse, ils ont bien démoli la direction et José Riga. Les joueurs mécontents et/ou mal dans leur peau et/ou peu utilisés ont jusqu'à mardi minuit pour changer d'air. S'ils restent dans leur club actuel, ils savent que leur galère continuera à coup (presque) sûr. Carl Hoefkens est souvent titulaire au Club Bruges mais il sait que son temps de jeu diminuera quand l'infirmerie libérera les défenseurs actuellement en traitement. Ces derniers jours, on l'a cité du côté de La Gantoise, on a lu qu'il avait discuté avec la direction. MichelLouwagie, le manager des Buffalos, a démenti fermement : " C'est complètement faux. Je ne sais pas qui a inventé ça mais je n'ai contacté ni Hoefkens, ni son entourage. Tout le monde sait que je n'engage pas des joueurs de plus de 30 ans. " Le mari de bombaVanessa a l'âge du Christ et est en fin de contrat. Eiji Kawashima est un gardien très valable mais il se prend des raclées chaque semaine avec le Lierse. Il partira, au plus tard, en juin. Le fait que son contrat s'achève à ce moment-là pousse le club à lui chercher un nouveau port d'attache, histoire d'en tirer un peu d'argent. Nous avons appris la semaine passée qu'un club brésilien s'intéressait à lui. Toujours au Lierse, Wesley Sonck est poussé vers la sortie mais il s'y sent bien, même s'il joue peu. Avec un contrat annuel d'un million d'euros, on le comprend. Il a eu des touches avec des clubs exotiques mais il n'a pas envie de faire déménager femme et enfants. Autre cas à problème : Anthony Vanden Borre. Après sa réaction de mauvaise humeur lors de son remplacement à Zulte Waregem, il a été écarté du groupe de Genk pour le match du week-end dernier contre Saint-Trond. Un avertissement de Mario Been. Un de plus. Le VDB de Genk est le même que celui d'Anderlecht ou des Diables Rouges : une prestation d'exception est suivie de plusieurs rencontres cochonnées. On n'a jamais eu l'impression qu'il était heureux dans le Limbourg. Mais où l'a- t-il déjà vraiment été ? Un nouveau déménagement lui ferait peut-être du bien. En tout cas, sa réputation de sale gosse nonchalant a récemment traversé la frontière franco-belge. So Foot vient de consacrer un portrait vitriolé au " génie sans talent ". Jolis morceaux choisis : " Regarder jouer Vanden Borre, c'est presque poétique. Comme la neige qui tombe, tout n'est qu'éphémère dans son jeu. Il a reçu un talent fou mais sans le mode d'emploi. " " Dans les équipes d'âge d'Anderlecht, la star, c'était lui, pas Vincent Kompany. Il devait devenir un des meilleurs backs droits d'Europe, il est en passe de perdre sa place à Genk... " " Il ose une Vanden Borre, le geste superflu, et se ramasse par un gri-gri manqué, une passe mal calibrée, un manque de lucidité. " " S'ensuit une excentricité capillaire des plus inattendues puisqu'il rase son crâne de manière à y faire apparaître ses initiales en grandes lettres. La Belgique du foot et tout le vestiaire se tordent de rire. Prends ça, Jonathan Legear !" Dans le chapitre des ceux qui devraient se barrer, on peut glisser Benjamin Nicaise. Il était revenu à Mons pour être un patron du vestiaire. Il n'a pas perdu sa personnalité mais c'est difficile de donner les ordres quand on est rarement sur le terrain. Les médians alignés régulièrement par Dennis van Wijk s'en tirent bien et le Français est la victime directe. Victime, essentiellement, de la révélation de Maël Lépicier au poste de médian défensif. Nicaise monte souvent en fin de match (encore un petit quart d'heure le week-end dernier) et fait bien son boulot, mais il vaut mieux que cela. Jusqu'à présent, il n'a pas mis le feu au vestiaire ou allumé le staff. Mais pourrait-il conserver cet état d'esprit positif jusqu'à la fin de la saison si rien ne change pour lui ? Mons réussira-t-il l'exploit de conserver Jérémy Perbet jusqu'à la fin du championnat ? Le Français a le profil du footballeur qui change d'employeur dans les derniers jours d'un mercato : un buteur, le type de joueur que tout le monde recherche, en plus il est dans un club qui ne pourrait pas se permettre de refuser un gros chèque. Il n'est pas dit que Mons pourrait encore en tirer beaucoup d'argent dans six mois ou un an car Perbet est actuellement au sommet de son art et ce serait à la limite incompréhensible qu'il maintienne ses statistiques actuelles pendant plusieurs mois encore. L'arrivée d' AloysNong indique aussi qu'on tient compte d'un départ possible de Perbet qui n'aura sans doute plus jamais l'occasion, dans le futur, de signer un contrat comme celui qu'on pourrait lui proposer ailleurs dans les prochains jours. Il a déjà 27 ans. Si Perbet reste positif et affirme que ce ne sera pas un drame s'il doit encore rester quelques mois à Mons, Mémé Tchité raisonne autrement. Il peut faire exploser son salaire dans le club de Michel Preud'homme en Arabie Saoudite. De bonnes équipes d'autres pays s'intéressent aussi à lui. Tchité a été déçu de ne pas signer dans un autre club en août dernier : on a vu sur le terrain le peu que ce joueur apportait encore quand il n'est pas content. S'il reste, ce sera contraint et forcé. On aura alors un Tchité de très mauvaise humeur et en méforme. Le Standard n'y gagnera pas grand-chose. D'autant que sa valeur chutera et qu'il ne pourrait plus être vendu dans les mêmes conditions au cours de l'été prochain. Et il y a le cas Kevin De Bruyne. Surdoué, oui. Mais au point de se faire une place à Chelsea... On se calme ! Les Londoniens l'ont à l'£il, c'est certain. Mais ils avaient aussi suivi Romelu Lukaku durant de longs mois. Et on voit ce que ça donne pour le Rom. De Bruyne affirme que les problèmes actuels de son coéquipier chez les Diables ne l'effraient pas, qu'il ne connaîtrait pas nécessairement les mêmes soucis s'il partait dès maintenant dans le championnat d'Angleterre. Contre trois bonnes équipes en Ligue des Champions, on a quand même remarqué qu'il était loin de dominer les débats. Genk a déboursé 2,5 millions pour arracher Derrick Tshimanga à Lokeren. C'est beaucoup pour une transaction entre deux équipes belges. Par exemple, Bojan Jorgacevic n'a rapporté que 700.000 euros à Gand quand il est parti au Club Bruges en décembre. Durant l'été, Lokeren demandait encore 4 millions pour son back gauche belgo-congolais : irréaliste. En encaissant 2,5 millions, les Waeslandiens peuvent s'estimer heureux. Tshimanga a signé pour quatre ans et demi et un autre arrière gauche prometteur de notre championnat vient de réaliser une jolie promotion : le Français Rémi Maréval, qui a quitté Zulte Waregem pour La Gantoise. Pour un montant assez symbolique, vu qu'il arrivait en fin de contrat. La palme du club le plus actif sur le marché des transferts revient sans conteste au Club Bruges. L'été dernier déjà, le terme révolution de palais revenait avec insistance : neuf arrivées dans l'effectif et une nouvelle équipe dirigeante qui devait ramener le Club vers les sommets. Question communication, on exhibait le No sweat, no glory (pas de gloire sans transpirer) à tout va. Quelques mois plus tard, le bronzage des Men in Black brugeois est moins doré et les belles paroles du début de saison ont du plomb dans l'aile. Après avoir écarté Adrie Koster pour absence de résultats, on pensait avoir trouvé la solution avec l'embrigadement de Christoph Daum et sa rigueur toute germanique. Seulement voilà, après avoir fait illusion face aux sans-grades en multipliant les victoires 1-0, le Club reste sur trois défaites de rang dont la dernière face à Malines qui l'a plongé en pleine crise. Les transferts estivaux ne répondent pas aux attentes, seul Niki Zimling échappe à la critique. BjörnVleminckx, plus gros transfert de l'histoire du club (3,5 millions) après Koen Daerden (flop retentissant à 4 millions d'euros), ne convainc personne et son énervement sur et en dehors des terrains agace de plus en plus. Daum réclamait un attaquant qui devait lui apporter de la profondeur dans le jeu - Akpala n'étant apparemment pas dans les bons papiers du coach teuton -, il l'a reçu avec l'arrivée de Carlos Bacca. Reste à voir combien de temps il faudra au Colombien pour s'acclimater au foot européen. Derrière, on enregistre l'arrivée de l'Espagnol Jordi Figueras qui a signé un contrat de 4,5 ans. Ce défenseur central, capable également d'évoluer sur le flanc gauche, était titulaire au Rayo Vallecano, équipe du milieu de tableau en Liga, mais appartenait au Rubin Kazan où il ne s'est jamais imposé. " Pour moi, c'est l'unique occasion d'évoluer dans un club du top ", a-t-il déclaré lors de sa présentation en conférence de presse. On sourit. Ce nouvel achat s'explique par les lacunes du duo Michael Almebäck- Ryan Donk qui sautèrent aux yeux de tous lors du déplacement récent à Anderlecht. Le défenseur suédois fut même pointé comme grand responsable de la débâcle. Ces deux arrivées latinisent le vestiaire qui avait déjà enregistré l'arrivée de Victor Vazquez, dont les prestations sont irrégulières. Après la vague de froid des Almebäck, Tom Högli, Fredrik Stenman, Zimling, on peut légitiment se poser des questions quant à la ligne de conduite menée par la direction brugeoise. Pas sûr qu'elle puisse apporter une réponse... Herman Van Holsbeeck l'a répété : plus question de commettre la même boulette que l'an dernier quand le Sporting perdit Mbark Boussoufa à l'approche des play-offs. Hormis une offre dite " non refusable " venue de l'étranger, les Mauves ne devraient pas perdre l'une de leurs stars avant le 31 janvier. L'été prochain, par contre, la donne devrait être tout autre puisque Matias Suarez, Lucas Biglia et Roland Juhasz sont annoncés quasi " partants certains ". Rayon arrivées, on notera les deux acquisitions venues du Tout Puissant Mazembé, PatouKabangu et Bedi Mbenza. Le premier est un ailier droit doté d'une belle frappe de balle alors que le second est un milieu défensif qui aime se retrouver dans le rectangle adverse. La paire congolaise débarque avec une belle expérience dans les bagages. Ces deux internationaux avaient notamment disputé la finale du Championnat du Monde des Clubs en 2010 face à l'Inter. Ariel Jacobs s'est montré très satisfait de leur adaptation lors du stage hivernal à Belek (Turquie). Rayon dégraissage : le Sporting a su se débarrasser de six joueurs cet hiver et attend encore les départs de Thomas Chatelle et de Sacha Iakovenko que l'on dit suivi par des clubs allemands et hollandais. La perte d' Ondrej Mazuch, et dans une moindre mesure celle de Samuel, n'offrent que peu de solutions (replacer OlivierDeschacht dans l'axe ?) de rechange à Jacobs si Cheikhou Kouyaté ou Juhasz venait à être suspendu ou blessé. Si inquiétudes il doit y avoir au Sporting, elles résident au poste d'arrière central. José Riga déclarait vouloir disposer d'un renfort dans chaque ligne. Derrière, c'est Rami Gershon qui revient d'un prêt de Courtrai. L'Israélien a dans la foulée prolongé son contrat jusqu'en 2014. Au milieu, le secteur voit arriver deux nouvelles têtes : l'une blonde avec la signature pour quatre ans de l'international islandais Birkir Bjarnason et l'autre black avec le prêt jusqu'en fin de saison (avec option d'achat) de l'international togolais Serge Gakpé, arrivé à Nantes en janvier 2011. Ces deux éléments devraient animer le compartiment offensif de la ligne médiane. Gakpé peut également évoluer comme attaquant. Mis à part Genk avec Tshimanga et Bruges avec Bacca, les clubs belges font gaffe à leurs finances. Cette frilosité est une constante ces dernières années durant le mercato hivernal. Seul le Standard l'avait animé les deux dernières saisons avec les coups Jelle Van Damme (l'hiver dernier pour 3 millions) et Sébastien Pocognoli (hiver 2010 pour 2,5 millions). Même Anderlecht a levé le pied après les expériences coûteuses en 2009 avec Tom DeSutter (3 millions), 2008 avec Guillaume Gillet (2 millions) et 2006 avec Nicolas Frutos (3 millions). PAR THOMAS BRICMONT, PIERRE DANVOYE ET JULES MONNIER - PHOTOS : IMAGEGLOBE Loris Brogno passe à Louvain : le seul gaucher de la famille ! On ne se plaindra pas du retour de Bailly. D'habitude, quand un ex-Diable revient, c'est un cramé qui veut surtout se rapprocher de sa famille. Conseil à Hoefkens, Kawashima, Sonck, Vanden Borre, Nicaise : partez ! Quelle est la ligne de conduite de la direction du Club Bruges ? Pas sûr qu'elle puisse apporter la réponse ! En janvier, on casse les contrats : 2 Brésiliens à Anderlecht, 2 Sud-Africains au Beerschot, 3 joueurs au Lierse. Et le dernier D'Onofrio au Standard !