Le vendredi 7 octobre, à Sclessin, les Espoirs belges de Jean-François de Sart ont écrit une page d'histoire : ils ont battu l'Espagne 1-0 et se sont qualifiés pour les barrages du Championnat d'Europe, ultime phase avant le tournoi final qui réunira les huit équipes restantes, en mai, dans l'un des pays participants. Ce n'est pas la première fois que les -21 ans réalisent de très bons résultats et ils mériteraient davantage que l'audience confidentielle qu'on leur réserve habituellement.
...

Le vendredi 7 octobre, à Sclessin, les Espoirs belges de Jean-François de Sart ont écrit une page d'histoire : ils ont battu l'Espagne 1-0 et se sont qualifiés pour les barrages du Championnat d'Europe, ultime phase avant le tournoi final qui réunira les huit équipes restantes, en mai, dans l'un des pays participants. Ce n'est pas la première fois que les -21 ans réalisent de très bons résultats et ils mériteraient davantage que l'audience confidentielle qu'on leur réserve habituellement. Face à l'Ukraine le 12 novembre à Mairupol et le 16 à Lokeren, l'intérêt sera plus grand. Mais on les connaît mal, ces Espoirs. Les plus médiatisés ont, déjà, rejoint le giron des Diables Rouges. Les autres doivent encore se faire connaître du grand public. Ce sont les joueurs qui ont déjà goûté aux Diables Rouges : SilvioProto, AnthonyVandenBorre, KevinVandenbergh, JonathanBlondel. Le coach de Sart " Tous les cas ne sont pas pareils, car ces joueurs ont intégré les Diables Rouges à des degrés divers. Silvio a fait toute la campagne de préparation avec les Espoirs. Il a aussi disputé les deux premiers matches de l'actuelle campagne, contre la Lituanie et en Espagne où il avait d'ailleurs effectué des arrêts décisifs avant son exclusion, mais aujourd'hui il est bien ancré dans le noyau A. On peut même dire qu'il est devenu le gardien titulaire des Diables Rouges. Anthony a joué un match de la campagne contre la Serbie & Monténégro en milieu de terrain. Kevin a aussi rejoint la cour des grands, un rien plus tard, mais on ne peut pas dire qu'il soit devenu un titulaire indiscutable dans l'équipe d' AiméAnthuenis. Il a pris une part prépondérante dans la qualification des Espoirs pour les huitièmes de finale, en inscrivant notamment trois buts face à la Serbie & Monténégro mais aussi en amenant le deuxième but en Espagne. Je n'ai guère hésité à le sélectionner pour la double confrontation face à l'Ukraine, pour les raisons énumérées ci-dessus mais aussi parce qu'il demeure très motivé et qu'on n'est pas très riche en matière d'avant centres chez les -21 ans. Certes, JeanvionYulu- Matondo s'est révélé très récemment, et je peux aussi aligner BenjaminDeCeulaer ou StijnDeSmet aux avant-postes bien que ce ne soit pas leur place de prédilection, mais un buteur de la trempe de Kevin Vandenbergh, cela ne court pas les rues. Jonathan Blondel, c'est encore un cas différent : il a également goûté aux Diables Rouges, mais seulement lors d'un match amical. Il n'a pas encore réellement franchi le pas qui doit le mener vers le noyau A. Sa vraie place se situe toujours, pour l'instant, chez les Espoirs. Il n'a pas pris part à tous les matches de l'actuelle campagne, car il a été blessé et suspendu, mais il reste une valeur sûre ". Le témoin Blondel " Je ne considère pas que j'effectue un pas en arrière lorsque j'évolue avec les Espoirs. Je réponds toujours aux convocations avec le même enthousiasme, d'autant qu'à chaque rendez-vous, on est heureux de se retrouver entre jeunes du même âge, qui partageons les mêmes centres d'intérêt et avons les mêmes sujets de discussion. Cette ambiance est l'une des clefs du succès : on forme un groupe très solidaire. J'ai déjà eu la chance de participer deux ou trois fois à un Championnat d'Europe dans les catégories d'âge précédentes, et je sais ce que cela représente pour un jeune joueur. J'ai côtoyé, dans ces compétitions, des joueurs comme FernandoTorres, qui a assassiné les Diables Rouges au stade Roi Baudouin le mois passé, ou encore les jeunes Français FlorentSinama- Pongolle et AnthonyLeTallec, qui avaient fait leur trou à Liverpool à l'époque de GérardHoullier. On voit aujourd'hui tout le chemin parcouru par ces joueurs. En Belgique, on éprouve parfois plus de difficultés à franchir le pas qui mène vers la plus haute catégorie. C'est sans doute un problème de formation ou de post-formation. Personnellement, je commence seulement maintenant à faire mon trou à Bruges. Il m'arrive même, désormais, d'occuper des places qui ne me semblaient pas prédestinées, comme celle d'arrière gauche par exemple. Mais tant pis, l'essentiel est de jouer ". De plus en plus de jeunes joueurs belges évoluent aux Pays-Bas. Dans le noyau actuel des Espoirs, on trouve notamment ThomasVermaelen (Ajax), TomDeMul (Vitesse), BenjaminDeCeulaer (RKC Waalwijk), MaartenMartens (RKC Waalwijk), Jérôme Collinet (M, Roda JC-blessé) ou JanWuytens (Heracles). Le coach de Sart " Lorsqu'on observe ces joueurs, on voit que l'accent a fort été mis sur la technique durant leur formation : ils s'appliquent énormément dans leurs contrôles, dans leurs passes. Ils ont été éduqués de cette manière. C'est un phénomène dont je m'étais déjà rendu compte avec les générations précédentes. C'est criant chez les jeunes qui évoluent aux Pays-Bas depuis plusieurs années, comme Vermaelen et De Mul, mais on constate même une différence d'attitude chez des joueurs qui viennent de débarquer outre-Moerdijk, comme De Ceulaer ". Le témoin Martens " Effectivement, l'accent est beaucoup plus mis sur la technique aux Pays-Bas. Surtout sur la technique de frappe ou la technique de passe. Je n'ai pourtant pas bénéficié d'une mauvaise formation à Anderlecht, mais aux Pays-Bas on est encore plus pointu sur certains domaines. Vous me dites que les Espoirs pratiquent un jeu typiquement belge ? C'est possible, mais à côté de cela, je trouve d'ailleurs que notre équipe possède aussi un très bon niveau technique. Ce n'est peut-être pas apparu contre l'Espagne, car les Espagnols sont au-dessus du lot dans tout ce qui touche à la maîtrise du ballon, mais lors des matches précédents, on a démontré qu'on savait très bien jouer au football, nous aussi. On a suffisamment de talent. En plus de la technique individuelle, on s'appuie également sur un bon collectif, et surtout une très bonne ambiance. On est tous de très bons copains, et cela aide pour rester soudés sur le terrain. Une autre clef du succès réside, selon moi, dans le fait qu'on possède un ou deux très bons joueurs à chaque poste, alors que les Diables Rouges continuent à chercher la solution idéale pour certaines positions, comme celle d'ailier droit par exemple. Le plus difficile, c'est de franchir le pas vers le noyau A ? Je ne sais pas. Certains Espoirs l'ont déjà fait, et d'autres suivront, à mon avis. Mais d'abord, il faut se concentrer sur la qualification pour le Championnat d'Europe. Je ne connais pas vraiment cette équipe ukrainienne, mais j'en ai discuté avec mon jeune coéquipier danois du RKC Waalwijk, MichaelKrohn- Dehli. Le Danemark a disputé la phase qualificative dans le même groupe que l'Ukraine. Selon lui, on va affronter une bonne équipe, mais certainement pas de classe mondiale. On a notre chance. Je crains un peu les conditions atmosphériques qu'on rencontrera là-bas, à Mariupol, et qui seraient à notre désavantage. Si l'on se qualifie pour le Championnat d'Europe, ce serait une première pour moi. J'ai suivi toute la filière des équipes nationales de jeunes. Je n'ai loupé qu'une seule saison. Et c'est précisément cette année-là que l'équipe nationale s'est qualifiée pour le Championnat d'Europe des -16 ans en Angleterre. Une autre fois, en -19 ans, on a loupé la qualification pour un seul petit but face à la République Tchèque. Je croise donc les doigts pour pouvoir, enfin, vivre une phase finale ". Parmi les grands clubs, Bruges est le mieux représenté. Mais, jusqu'à cette saison où ils ont été propulsés en équipe Première grâce aux nombreuses blessures qui ont décimé l'effectif bleu et noir, ces jeunes joueurs étaient quasiment inconnus. Aujourd'hui, on découvre des talents comme Yulu-Matondo, GuntherVanaudenaerde ou JasonVandelanoitte (blessé). Le gardien GlenVerbauwhede (blessé) reste encore dans l'ombre, puisqu'il demeure le troisième gardien à Bruges alors qu'il est devenu titulaire chez les Espoirs depuis que Silvio Proto a été appelé chez les Diables Rouges. A Anderlecht, MarkDeMan commence aussi à faire son trou. FarisHaroun éprouve plus difficultés à percer à Genk. Le coach de Sart " Au début de la campagne, beaucoup de ces joueurs étaient effectivement réservistes dans leur club, mais entre-temps, ils sont nombreux à avoir conquis une place de titulaire. On constate cela lors de chaque génération : au départ, c'est une nouvelle levée, mais les joueurs grandissent progressivement, dans leur club comme avec les Espoirs. Ce n'est pas un hasard si l'on trouve actuellement beaucoup de Brugeois dans le noyau des -21 ans. C'est sans doute le club belge qui forme le mieux les jeunes joueurs ". Le témoin Vanaudenaerde " La qualité de la formation brugeoise se reflète dans le nombre de jeunes joueurs du Club retenus dans la sélection Espoirs. Personnellement, c'est ma septième saison à Bruges. Depuis l'âge de 16 ans, des entraînements étaient prévus tous les jours. Mais la spécificité de Bruges, c'est probablement le fait que beaucoup de footballeurs fréquentent l'école Topsport. Dans le noyau actuel, nous sommes cinq à être passés par là : GlennVerbauwhede, JasonVandelannoite, DieterVantournhout, VincentProvoost et moi-même. On allait à l'école le matin, puis on avait un entraînement de foot à l'école et le soir, on s'entraînait encore au club. Ce n'était pas trop dur physiquement, car les entraîneurs tenaient compte du régime auquel nous étions soumis et dosaient les séances en conséquence. Mais, ce qui était intéressant, c'est que lors des entraînements à l'école, on pouvait travailler ses points faibles de façon plus individuelle. Je n'ai loupé que trois matches de l'actuelle campagne des Espoirs : un pour suspension et deux pour une blessure au genou. En début de saison dernière, j'étais le seul Espoir qui ne faisait pas partie du noyau A d'un club de D1 puisqu je n'ai intégré l'équipe Première qu'en novembre 2004. Je remercie Jean-François de Sart de m'avoir fait confiance à ce moment-là et j'ai tout fait pour m'en montrer digne. Depuis lors, j'ai bien grandi. Je ne suis pas devenu titulaire à Bruges grâce à mes prestations chez les Espoirs, mais celles-ci m'ont permis de me faire un nom et c'est toujours avec une grande fierté que je porte le maillot national. Grâce aux Espoirs, j'ai aussi pris conscience de mes possibilités : à la reprise des entraînements à Bruges, cet été, je m'étais promis de franchir un palier. J'ai bénéficié d'un peu de chance pour y parvenir, avec le départ de HansCornelis et les blessures d' OlivierDeCock et de MichaëlKlukowski, mais il faut pouvoir saisir l'occasion lorsqu'elle se présente. " Certains joueurs, régulièrement repris chez les Espoirs, sont peu connus car ils évoluent dans des clubs peu médiatisés. C'est le cas de StijnDeSmet (Cercle Bruges), TimMatthys (Zulte Waregem), NicolasLombaerts (La Gantoise), MohammedMessoudi (Germinal Beerschot), PieterjanMonteyne (Germinal Beerschot) ou MartijnMonteyne (Roulers). On connaît un peu mieux ThibautDetal, qui joue à Charleroi. Le coach de Sart " Je préfère qu'un joueur soit titulaire au Cercle Bruges plutôt que réserviste au Club Bruges. L'essentiel, c'est qu'il joue, qu'il se frotte au championnat de D1 où il est confronté à une obligation de résultats alors que ce n'est pas le cas dans les matches de Réserve. Certains joueurs peu connus se révèlent d'un apport précieux chez les Espoirs. Il arrive même qu'ils puisent dans de bonnes prestations en -21 ans la dose de confiance nécessaire pour rebondir dans leur club. Je prends l'exemple de Messoudi : il était quasiment sur une voie de garage au GBA lorsqu'il a été sélectionné pour la première fois en Espoirs. Il a apporté beaucoup de technique et de créativité. Un déclic s'est produit chez lui. Malheureusement, il s'est ensuite blessé, et selon moi, cette blessure n'est pas étrangère à la période difficile que traverse le GBA : la dernière victoire des Anversois coïncide, en effet, avec le dernier match de Messoudi. Detal progresse régulièrement, à la fois dans son club et chez les Espoirs ". Le témoin Detal " La progression en équipe nationale et en club est liée. Une chose m'a frappé : à chaque fois que j'ai été appelé chez les Espoirs, j'en suis revenu avec une bonne dose de confiance en plus. Et même lorsque je n'avais pas joué ! Pendant dix jours, on change d'univers, on se retrou-ve entre jeunes du même âge, on partage nos expériences respectives dans des clubs différents. J'ai fait partie du groupe lors de cinq ou six matches durant cette campagne, mais rarement comme titulaire. J'ai joué dix minutes contre Saint-Marin, une demi-heure contre l'Espagne, 90 minutes en Lituanie. Je progresse, comme à Charleroi. La solidarité est l'atout n°1 des Espoirs belges. On n'a pas des talents individuels du calibre d' AndrésIniesta et CescFabregas, alors qu'on a pourtant éliminé les Espagnols, mais on fait bloc. On est tous unis. Il n'y a que trois francophones dans le groupe, mais les néerlandophones font l'effort de venir vers nous, en nous parlant dans notre langue. Je retrouve un peu les mêmes caractéristiques chez les Zèbres : un talent individuel peut-être inférieur à celui de nos adversaires, mais une grande discipline de jeu, une grande solidarité et une grande envie de gagner ". DANIEL DEVOS" les clefs du succÈs sont les mêmes qu'À charleroi : organisation, solidaritÉ et envie de gagner " (thibaut detal) " ON A UN BON COLLECTIF, MAIS AUSSI PAS MAL DE TALENT INDIVIDUEL " (MAARTEN MARTENS)