Le Club Brugeois en visite chez un club de Promotion, c'est un événement. Samedi soir, tout Gistel s'était donc donné rendez-vous pour la rencontre opposant l'Eendracht local aux Blauw en Zwart. Parmi les attractions, Marek Spilaret Sergiy Serebrennikov, les deux seuls transferts du Club jusqu'à présent. Car dans ce genre de matches, on s'intéresse très peu à la prestation de l'équipe locale. Avant la partie, les Brugeois avaient fait savoir par l'intermédiaire du speaker qu'ils disputeraient chaque mi-temps avec deux formations différentes mais personne ne s'en souciait. Ceux que les gens voulaient voir, c'étaient les nouveaux. Après deux jours d'entraînement, le Club s'était imposé 1-7 à Knokke et tout le monde se disait que la même chose pouvait se produire à Gistel mais peu importe.
...

Le Club Brugeois en visite chez un club de Promotion, c'est un événement. Samedi soir, tout Gistel s'était donc donné rendez-vous pour la rencontre opposant l'Eendracht local aux Blauw en Zwart. Parmi les attractions, Marek Spilaret Sergiy Serebrennikov, les deux seuls transferts du Club jusqu'à présent. Car dans ce genre de matches, on s'intéresse très peu à la prestation de l'équipe locale. Avant la partie, les Brugeois avaient fait savoir par l'intermédiaire du speaker qu'ils disputeraient chaque mi-temps avec deux formations différentes mais personne ne s'en souciait. Ceux que les gens voulaient voir, c'étaient les nouveaux. Après deux jours d'entraînement, le Club s'était imposé 1-7 à Knokke et tout le monde se disait que la même chose pouvait se produire à Gistel mais peu importe. Deux types à la casquette de base-ball bleue suivirent même le début de partie depuis la buvette, tapant à la fenêtre pour appeler d'autres copains à boire une bière avec eux.C'est pourtant Gistel qui, après quatre minutes, se créait la première occasion par son numéro dix, Kurt Bataille, dont l'envoi de la gauche était détourné in extremis en corner par Verlinden. Spilar, défenseur central droit aux côtés de Clement dans une défense à quatre, s'était bien précipité pour boucher le trou mais son tackle était un peu trop tardif. "Un bel athlète, ce Spilar", dit-on derrière nous. "Avec sa taille, il fera merveille sur les phases arrêtées dans les deux rectangles. D'ailleurs, vu les superlatifs utilisés à l'annonce de son transfert, il ne devrait pas être bon que sur les corners. On le dit très bon en marquage, doté d'une bonne lecture du jeu, implacable dans les duels, fort de la tête, calme, intelligent et toujours bien placé, ce qui l'empêche de devoir tackler. De plus, il aurait de la présence et du style, sa relance serait bonne et il n'éprouverait donc aucun problème à évoluer au sein d'une défense de zone à quatre ou en tant que médian défensif".Serebrennikov plus présentPar contre, il ne serait pas spécialement rapide et n'aurait qu'un pied: le droit. A vrai dire, face à Gistel, le Slovaque n'a pas dénoté. A la 35e minute, il a certes fait une mauvaise passe mais il faut dire que c'était l'une des rares fois où il s'était aventuré jusqu'au rectangle adverse, via un une-deux. Et défensivement, il n'a jamais été mis sous pression.Sergiy Serebrennikov fut bien plus présent dans le match. Ce médian offensif droit ou central n'hésite jamais à reculer et tackle davantage que Spilar ne monte ou ne donne une longue passe. Joueur polyvalent, le Russe attaque et défend. Son rayon d'action est énorme, il est rapide et repart facilement de l'avant. Ses passes sont bonnes et il est intelligent en récupération de balle. Omniprésent, il isole Smolders devant le but, tackle dans le rectangle adverse ou combine avec Mendoza sur les coups francs. Après 45 minutes, c'est 0-3 et une deuxième équipe brugeoise peut entrer au jeu. Comme les autres, Spilar et Serebrennikov suivent la deuxième mi-temps du bord de la touche et l'arbitre siffle la fin du match sur le score de 0-7.Quelles conclusions un entraîneur peut-il tirer après cinq jours d'entraînement et deux matches dont les nouveaux n'ont disputé que deux fois 45 minutes?"Ils vont s'intégrer sans problème", dit Trond Sollied. "Nous travaillons les mouvements collectifs et c'est à eux de s'adapter. Pour le reste, je ne remarque rien de spécial. Serebrennikov a une bonne vista. Je ne sais pas encore si je l'utiliserai au milieu ou devant mais je le vois bien comme deuxième attaquant. Il peut également faire office de meneur de jeu ou jouer sur un flanc et rentrer dans le jeu. Spilar a joué au centre de la défense et c'est à cette place que je le vois évoluer à l'avenir mais je peux également l'aligner comme médian défensif. On voit que, collectivement, nous ne sommes pas encore très loin mais je sais que cela ne nous prendra pas beaucoup de temps car nous n'avons que deux nouveaux joueurs à intégrer. J'attends d'eux qu'ils nous apportent leur expérience. Nous pourrons également combiner différemment dans l'entrejeu et l'équipe devrait être mieux équilibrée que la saison dernière. Mais évidemment, chaque saison apporte ses enseignements. J'espère surtout que nous pourrons aligner régulièrement les quatre mêmes défenseurs et que nous serons épargnés par les blessures". Plus fort en défense et dans l'entrejeuChris Van Puyvelde, l'adjoint de Sollied: "Les deux nouveaux sont encore très timides, il ne disent pas grand-chose. Mais ils suivent des cours d'anglais et ils comprennent déjà très bien, ce qui est l'essentiel. On voit que leur éducation est différente de la nôtre. A Kiev, l'ex-club de Serebrennikov, tout était très strict. Après un mauvais match, Lobanovski demandait à ses joueurs s'ils avaient envie de se retrouver dans la troisième équipe. Il faut dire qu'il avait un noyau de 70 joueurs à sa disposition. Spilar est habitué à une défense de zone à quatre. La seule chose que nous devions encore travailler, ce sont les trajectoires de course de Serebrennikov. Souvent, il dribble et donne en retrait. Il demande beaucoup le ballon et est très habile sur des espaces courts mais nous aimerions qu'il joue un peu plus en profondeur. Il se replie beaucoup, ce qui est typiquement russe car, dans ce pays, on doit être capable de jouer à trois ou quatre places et tout le monde tourne autour du ballon, que l'on touche trois ou quatre fois avant de chercher la profondeur. En principe, nous aurons bientôt beaucoup de possibilités de rechange car plusieurs bons jeunes frappent à la porte de l'équipe Première. Roelandts, un produit du club, est grand et fort; Hermans récupère beaucoup de ballons... Sans oublier ceux que j'appellerais les valeurs sûres parmi les jeunes, ceux qui ont déjà un an de présence au sein du noyau: Van de Ven, Smolders, Geeraerts, Cornelis... Ce qu'on retiendra du match de samedi, c'est que le Club Brugeois devrait être plus solide derrière et plus créatif au milieu mais qu'il aura également plus de solutions à sa disposition, tant en termes de combinaisons qu'en termes de ressources humaines. Qu'en pensent les casquettes de base-ball bleues?Raoul De Groote, , "Nous ne devons intégrer que deux joueurs, cela devrait aller vite" (Trond Solli