Albert Cartier risque de ne plus être l'entraîneur de Mons la saison prochaine. C'est le constat dressé à l'issue de la réunion tenue dimanche entre les dirigeants et l'entraîneur. Pourquoi ? Certains ont avancé la gourmandise financière du Vosgien. Mais, s'il est vrai que Cartier demandait un beau contrat, le président Dominique Leone était prêt à le lui offrir. Cartier part parce qu'il sent que Mons prend l'eau de toutes ...

Albert Cartier risque de ne plus être l'entraîneur de Mons la saison prochaine. C'est le constat dressé à l'issue de la réunion tenue dimanche entre les dirigeants et l'entraîneur. Pourquoi ? Certains ont avancé la gourmandise financière du Vosgien. Mais, s'il est vrai que Cartier demandait un beau contrat, le président Dominique Leone était prêt à le lui offrir. Cartier part parce qu'il sent que Mons prend l'eau de toutes parts et qu'une moitié de l'équipe risque de s'en aller. Et comme l'ancien entraîneur du Brussels est en plein buzz, il ne manque pas de sollicitations. 1. Le RC Genk s'est montré intéressé et a discuté avec lui avant d'offrir un contrat à durée indéterminée à Ronny Van Geneugden. " Un moment donné, nous avons jugé bon de discuter avec diverses personnes, dont Albert Cartier, à titre informatif ", explique Jos Vaessen qui a également pris langue avec Glen De Boeck. " Louis De Vries nous a suggéré De Boeck, affirmant qu'il serait heureux d'entraîner Genk. Il m'a donné son numéro de téléphone. C'était pour moi une fameuse surprise. J'ai eu un entretien téléphonique avec De Boeck, il y a deux semaines. Il y a dix jours, j'ai reçu Cartier chez moi mais nous n'avons pas trouvé de plus-value spécifique qui nous aurait menés plus loin, disons-le comme ça ". Genk a donc finalement opté pour Van Geneugden : " On sait peu de choses quant aux méthodes d'un entraîneur étranger, même quand on lui en parle. Nous connaissons Ronny Van Geneugden sous toutes ses coutures. C'est un avantage mais cela peut aussi être un inconvénient. Nous avons donc décidé, au début, de ne pas prendre de décision hâtive ". 2. La Gantoise a longtemps fait partie des candidats avant de se tourner vers d'autres entraîneurs. Pourtant, la piste Cartier est loin d'être abandonnée. 3. Le Standard a toujours eu une grande estime pour Cartier. Si Michel Preud'homme ne resigne pas, Cartier serait la première alternative. A Mons, le nom de Marc Wilmots a circulé mais le président Leone ne serait pas trop chaud. Même constat vis-à-vis d' Emilio Ferrera. Celui de Stéphane Demol a également été mis sur la table. Reste la piste française qui mènerait à l'ancien entraîneur de Metz, Francis De Taddeo. RAOUL DE GROOTE ET STéPHANE VANDE VELDE