"Dans le football, tout va très vite. " Cette phrase bateau, lancée partout comme une bouteille à la mer, prend tout son sens le 5 mai dernier. Elle aurait même pu se glisser dans la bouche de Salar Azimi. Mais le businessman zélandais préfère les bons mots et les coups fumants. Ce jour-là, il s'échauffe, l'air de rien, le long de la ligne de touche du Patrostadion de Maasmechelen.
...