L'issue est bientôt connue. Le quatrième arbitre annone cinq minutes supplémentaires. De quoi crisper encore davantage les plus angoissés. Bruno Venanzi fait partie du lot et est même tout en haut de la liste. Le président du Standard, enfoncé dans son siège, ne peut masquer son stress, en se mordillant les lèvres. Il y a deux ans, au même moment, Malines enfonçait le Standard et l'éjectait des play-offs 1. Le triumvirat Renard- Van Buyten-Venanzi tirait logiquement la gueule. Dimanche à la Côte, c'est à des scènes de liesse qu'on a assisté. Joueurs, staff, président ne pouvaient masquer leur joie et surtout leur soulagement après des derniers jours rongés par le stress de ne pas se planter, une énième fois.
...