Samedi prochain, le FC Cologne reçoit le VfL Wolfsburg et il compte bien poursuivre son redressement. Le club rhénan a gagné les trois derniers matches de l'année et occupe la quinzième place. Il possède en Sebastiaan Bornauw un roc en défense et il peut aussi compter sur Birger Verstraete, qui est rétabli de sa blessure et lutte pour reconquérir sa p...

Samedi prochain, le FC Cologne reçoit le VfL Wolfsburg et il compte bien poursuivre son redressement. Le club rhénan a gagné les trois derniers matches de l'année et occupe la quinzième place. Il possède en Sebastiaan Bornauw un roc en défense et il peut aussi compter sur Birger Verstraete, qui est rétabli de sa blessure et lutte pour reconquérir sa place. La résurrection de Cologne est liée à l'arrivée du nouvel entraîneur Markus Gisdol, à la mi-novembre, et à la nomination au même moment de Horst Heldt, un ancien joueur, au poste de directeur sportif. Le club cherchait un visionnaire qui soit au courant des derniers développements du football et qui soit capable de dépasser les frontières de l'Allemagne. Heldt ne répond pas vraiment à ce profil, mais il connaît le club, dont il a porté le maillot de 1990 à 1995. Son contrat est valable jusqu'en juin 2021, comme celui de Markus Gisdol, qui était sans club depuis son renvoi de Hambourg en janvier 2018. Il a parachevé sa formation pendant ce temps. Il développe un football audacieux et a déjà lutté contre la relégation avec Hoffenheim, puis avec Hambourg. De ce point de vue, Cologne ne voulait pas prendre le moindre risque. Le FC Cologne a longtemps fait figure de club ingérable, surtout au niveau de sa direction. Il y a eu trop de joutes verbales qui ont égratigné beaucoup de monde. Jusqu'à ce que Werner Wolf, un entrepreneur de 63 ans, accède à la présidence en septembre. Wolf, un spécialiste du marketing, a balayé les morceaux de verre et rétabli le calme au bord du Rhin. Il a tiré un trait sur un projet en Chine, ne voulant pas associer le club à un régime totalitaire, malgré les millions que ça allait rapporter. C'est courageux et ça illustre aussi le changement de cap du FC Cologne.