Mouscron fait tache dans ce panorama. Jean-Pierre Detremmerie signale que son club n'a actuellement aucun procès sur les bras. Il devrait toutefois y en avoir un dans les prochains mois. Intenté par l'Excel. En effet, le Standard refuse de payer pour les dégâts occasionnés au Canonnier en fin de saison 2000-2001. Dans l'euphorie de la qualification européenne, des supporters liégeois avaient envahi la pelouse et détruit des rotors publicitaires. "Des supporters, mais les dirigeants en premi...

Mouscron fait tache dans ce panorama. Jean-Pierre Detremmerie signale que son club n'a actuellement aucun procès sur les bras. Il devrait toutefois y en avoir un dans les prochains mois. Intenté par l'Excel. En effet, le Standard refuse de payer pour les dégâts occasionnés au Canonnier en fin de saison 2000-2001. Dans l'euphorie de la qualification européenne, des supporters liégeois avaient envahi la pelouse et détruit des rotors publicitaires. "Des supporters, mais les dirigeants en premier lieu", ironise Detrem. "La direction du Standard nous a directement promis de payer. C'est même stipulé sur la feuille d'arbitre. Mais nous attendons toujours nos 60.000 euros. Comme l'Union Belge vient de décider que les Liégeois n'étaient pas tenus de nous rembourser, il ne nous reste plus qu'une solution: intenter une action au civil". Au cours des dernières années, il y eut quelques débuts de procès à Mouscron, mais ces affaires sont tombées à l'eau. Le club avait traîné les Mpenza en justice suite à leur départ pour le Standard, mais le retour de Mbo, en cours de saison dernière, était conditionné par un abandon des poursuites à l'encontre des deux frères. Toutefois, Mouscron n'a pas encore abandonné l'idée de gagner son bras de fer avec le Standard: "Nous réclamons les sommes que le Standard a touchées quand Mbo et Emile sont partis à Lisbonne et à Schalke", indique un Detremmerie qui semble lui-même ne pas trop y croire. "Ce serait fabuleux: près de 12 millions d'euros qui atterriraient du jour au lendemain dans nos caisses". Mouscron avait aussi intenté un procès à l'UEFA quand celle-ci obligea les Hurlus à jouer un match européen au Canonnier, en 97-98, alors que la direction souhaitait affronter Metz à Villeneuve-d'Ascq. L'Excel arguait du fait que la Communauté Urbaine de Lille et l'IEG (Intercommunale d'Etude et de Gestion de Mouscron, qui travaille main dans la main avec la Communauté Urbaine et avait intérêt à ce que les Hurlus se produisent dans le stade du LOSC) avaient perdu de l'argent dans cette interdiction de déménagement. "Pour nous, c'était une question de principe mais nous n'avions guère d'espoir devant la justice", reconnaît le président du club.On avait aussi évoqué un procès contre Hugo Broos pour rupture abusive de contrat mais l'Excel et son ancien entraîneur sont tombés d'accord. Idem avec Canal+ Hollande, dont des camions avaient causé pour 6.000 euros de dégâts à la pelouse du Canonnier à l'occasion d'un match d'Espoirs entre la Belgique et les Pays-Bas. "Le principe, à Mouscron, c'est qu'un mauvais arrangement est toujours mieux qu'un dénouement devant les tribunaux", conclut Detremmerie.