Vendredi dernier, le parquet de Naples a clôturé son enquête judiciaire sur la corruption dans le football. Plusieurs clubs avaient déjà été sanctionnés sportivement l'été dernier. La Juventus avait été la plus sévèrement punie, étant rétrogradée en Série B en plus des points de pénalité. La Fiorentina, Milan, la Lazio et la Reggina avaient écopé de peines moins sévères. Un seul arbitre avait été puni pour avoir influencé le cours de matches : Massimo De Sanctis, qui avait ainsi été privé de Mondial.
...

Vendredi dernier, le parquet de Naples a clôturé son enquête judiciaire sur la corruption dans le football. Plusieurs clubs avaient déjà été sanctionnés sportivement l'été dernier. La Juventus avait été la plus sévèrement punie, étant rétrogradée en Série B en plus des points de pénalité. La Fiorentina, Milan, la Lazio et la Reggina avaient écopé de peines moins sévères. Un seul arbitre avait été puni pour avoir influencé le cours de matches : Massimo De Sanctis, qui avait ainsi été privé de Mondial. Le dossier napolitain inculpe 48 personnes : l'ancien président de la Fédération, Franco Carraro, les présidents de la Fiorentina, de la Reggina, de la Sampdoria, de la Lazio, les anciens directeurs sportifs de Messine, de Milan, de la Fiorentina, de la Juventus (dont le principal suspect, Luciano Moggi), d'anciens membres de la commission des arbitres, 11 anciens arbitres et assistants, un journaliste mais aussi huit arbitres, dont quatre internationaux, et dix assistants qui étaient encore actifs dans les deux plus hautes divisions italiennes. Ces 18 officiels avaient été préventivement privés de matches pour le reste de la saison. Il ne restait plus que 33 arbitres pour assurer la direction des 21 matches hebdomadaires en Série A et en Série B. 15 rencontres de la saison 2004-2005 ont été ajoutées à la liste des 25 matches suspects de ce même exercice. Cinq de ces joutes auraient été manipulées en faveur de la Juventus, dont le choc Juventus-Milan du 18 décembre, qui s'était soldé par un nul blanc, et quatre au profit de Messine. L'ancien directeur sportif de celle-ci, Mariano Fabiani, était un ami du directeur sportif de la Juventus, Luciano Moggi. Messine, qui venait de rejoindre l'élite, avait un contrat de collaboration avec la Vieille Dame. Dans les six autres matches, la Juventus et Messine se seraient épaulées indirectement : les arbitres ont veillé à ce que les joueurs-clefs de leurs futurs adversaires soient suspendus. Les 40 matches ont été rediffusés par Sky Sports, qui en détenait les droits, y compris les phases controversées. Les clubs déjà sanctionnés par une rétrogradation ou des retraits de points ne risquent pas de peine qui aurait encore des suites sportives. Jusqu'à présent, de tous les clubs impliqués dans le Calciocaos, seule Messine avait été épargnée. Les dirigeants risquent de lourdes sanctions et les arbitres impliqués peuvent faire une croix sur leur carrière sportive. Le débat devrait être ouvert cet été. SÉRIE A. Les matches de la 22e journée, remis suite aux rixes ayant émaillé le match Catane-Palerme (1-2), ont lieu ce mercredi soir. L'Inter, premier du classement, reçoit l'AS Rome, deuxième. EURO 2012. On saura aujourd'hui quelle association organisera l'EURO 2012. L'Italie est candidate, comme les duos Pologne/Ukraine et Croatie/Hongrie. Si l'Italie, déjà organisatrice des tournois de 1968 - qu'elle avait gagné - et de 1980, est désignée, les matches auront lieu à Milan, Turin, Rome, Palerme, Udine, Florence, Bari et Naples. FRANCESCO GUIDOLIN était toujours entraîneur de Palerme dimanche. Une semaine auparavant, le président Maurizio Zampariniavait décidé de le limoger tant il était déçu par le second tour : de son équipe qui contrastait avec le brillant premier volet, Palerme n'avait pris que dix unités en douze matches. Le lundi, le président avait déjà changé d'avis... LA JUVENTUS compte sept points d'avance sur Genoa et neuf sur Naples, après 29 journées. Le championnat en compte 42. Brescia, qui a joué sans Cédric Roussel, est dans le ventre mou et Bari, malgré une belle performance de Jean-François Gillet, a été battu par Triestina par le plus petit écart et est cinquième en commençant par le bas du tableau. Gaby Mudingaiy a disputé l'intégralité de la rencontre avec la Lazio et écopé d'un carton jaune. GEERT FOUTRÉ