Le TAS, le tribunal du sport, se penche pendant trois jours, jusqu'à ce jeudi, sur l'affaire Valverde. L'Espagnol conteste la suspension que lui a infligée la fédération italienne, l'interdisant de compétition sur son territoire. En dehors de la Botte, Valverde continue à pédaler malgré son implication dans l' Operación Puerto, le scandale de dopage sanguin initié par EufemianoFuentes. Avant même le départ du Tour 2006, le nom de code VALV (PITI) figurait dans les rapports de police. ...

Le TAS, le tribunal du sport, se penche pendant trois jours, jusqu'à ce jeudi, sur l'affaire Valverde. L'Espagnol conteste la suspension que lui a infligée la fédération italienne, l'interdisant de compétition sur son territoire. En dehors de la Botte, Valverde continue à pédaler malgré son implication dans l' Operación Puerto, le scandale de dopage sanguin initié par EufemianoFuentes. Avant même le départ du Tour 2006, le nom de code VALV (PITI) figurait dans les rapports de police. Piti est le nom du chien du coureur. Fuentes n'était d'ailleurs pas un inconnu pour Valverde : il était son médecin chez Kelme, sa première équipe professionnelle. Ettore Torri a apporté des preuves solides à l'encontre de Valverde. Le pourfendeur du dopage du Comité olympique italien a démontré que l'échantillon sanguin 18 du cabinet madrilène de Fuentes comportait le sang de Valverde. Alors que l'Ibérique, impavide, continuait à accumuler les succès, l' Operación Puerto a été étouffée. L'épouse de Fuentes avait comparé cette affaire avec la boîte de Pandore : " Si on l'ouvre, le sport espagnol ne sera plus que ruines. " Fin 2006, le quotidien Le Monde avait cité le Real et Barcelone parmi les clients de Fuentes, et Rafael Nadal avait également été accusé. Le secrétaire d'Etat espagnol au Sport, Jaime Lissavetzky, a toujours nié l'implication d'autres sportifs que les cyclistes, tout en défendant publiquement Valverde. Lissavetzky sait pertinemment que Fuentes est le produit d'un système que l'Etat espagnol a jadis lui-même installé pour briller aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. A l'époque, Fuentes était d'ailleurs le médecin de l'équipe d'athlétisme, particulièrement brillante. L'Espagne ne disposait d'aucune loi antidopage quand l' Operación Puerto a éclaté. La justice s'est fait un plaisir d'arguer de cette lacune. Une fois, elle a pourtant donné l'impression de saisir le taureau par les cornes : au début de l'année dernière, elle a décidé que l'enquête devait être rouverte. Etait-ce une tentative, inutile, de ne pas hypothéquer les chances de Madrid, qui était alors candidate à l'organisation des JO 2016 ? La presse ibérique n'attend pas de sanctions pénales avant 2011. A court terme, Valverde pourrait toutefois voir sa suspension étendue au monde entier. La balle est dans le camp du TAS, qui peut valider sa suspension en Italie, en première instance. En mars, le TAS devra rendre un second jugement : il devra se prononcer sur la décision de la fédération espagnole, qui ne veut entamer aucune procédure disciplinaire à l'encontre de Valverde. Le vainqueur de la Vuelta est resté l'idole de la fédération ibérique... Entre-temps, Valverde s'est envolé pour l'Australie, où il participe au Tour Down Under, la semaine prochaine.