Le rendez-vous est pris Porta San Giancomo, à l'entrée de la ville haute (ou Cita Alta), de sa tour et ses clochers qui surplombent une Italie du Nord plus industrielle, avec les Alpes en toile de fond. Timothy Castagne arrive sur les lieux après quelque 20 minutes de marche. Petites lunettes sur le nez, look sobre, le latéral de l'Atalanta Bergame fait davantage penser à un étudiant Erasmus qu'à une valeur confirmée de la Serie A. Et pourtant depuis le début d'année, la cote de l'Ardennais ne fait que grimper. Après avoir pris la pose, perché sur les murailles vénitiennes qui entourent la Cita Alta, on s'installe à la terrasse d'un café, à la sortie du funiculaire. La quiétude semble s'emparer de cette ville lombarde d'un peu plus de 100.000 âmes. Un lieu qui semble idéal comme première étape à l'étranger.
...