A 13 ans, la débrouille
...

A 13 ans, la débrouilleA l'âge de 13 ans, Mahamoudou Kéré perd son père du diabète. Sa mère n'a plus les moyens d'entretenir la famille et de payer son loyer à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Elle part s'installer dans un village à 5 heures de route tandis que Mahamoudou et son frère de 11 ans restent à Ouagadougou pour poursuivre leur écolage de foot. Ils s'installent chez des copains puis leur club les loge dans un petit appartement. Une arrivée rocambolesque Alassane Ouedraogo, un joueur burkinabé du Sporting, renseigne Kéré au club en 1998. Il débarque pour un test en compagnie d'un compatriote prénommé Badou qui repart très vite. Kéré reste et tout le monde croit qu'il est le Badou en question. D'où le surnom... La phobie de l'avion" L'avion, j'en ai une frousse bleue. Pour moi, ce n'est qu'un cercueil volant. Quand je dois retourner en Afrique, je ne peux rien avaler la veille, et avant d'embarquer, je me bourre de tranquillisants. J'ai déjà simulé des blessures pour ne pas devoir jouer avec le Burkina Faso et ainsi éviter un vol ". Malaria, soins intensifs, comaEn 2002, Kéré est à deux doigts de laisser la vie dans une crise de malaria, suite à un voyage au Burkina pour un match de son équipe nationale. Il som-bre dans le coma, passe plusieurs jours aux soins intensifs et perd plusieurs kilos. Vidéo-gag 1En février 2000, dans les dernières secondes du match Charleroi-Geel, il croit que l'arbitre a sifflé alors qu'un attaquant de Geel approche du but carolo. De rage, il expédie le ballon dans son propre goal : but validé pour Geel, fou rire général dans le stade et des images diffusées dans plusieurs pays. Vidéo-gag 2En avril 2004 : Charleroi-Lokeren. Suite à un but waeslandien, Kéré, furieux, shoote dans le ballon. Problème : l'arbitre est à deux mètres... et sur la trajectoire. Heureusement, il comprend que le geste n'avait rien de volontaire et ne lui donne même pas une carte jaune. Union Belge et racismeEn 2006, lors d'une nouvelle comparution de Kéré à l'Union Belge, suite à une exclusion, les juges sont relativement cléments, mais Abbas Bayat, qui a fait le déplacement pour soutenir son joueur favori, explose et lance que si Kéré n'avait pas eu la peau noire, il n'aurait pas été aussi sévèrement puni. Nouvel épisode des légendaires dérapages verbaux de la famille... Exclusion d'après matchMême si Kéré n'a pas signé une première à Beveren, l'histoire du foot belge renseigne peu de cas.