On peut évaluer les progrès d'une équipe à la manière dont elle gère un problème récurrent. Pendant l'interview de Michel Preud'homme, réalisée au bar de son bel hôtel, en bordure de Bruges, le lourd revers essuyé face à Anderlecht a été évoqué. Ce n'était que la deuxième journée des play-offs et tout le monde pensait qu'Anderlecht abattait son dernier atout. D'emblée, il a pris le Club à la gorge.
...

On peut évaluer les progrès d'une équipe à la manière dont elle gère un problème récurrent. Pendant l'interview de Michel Preud'homme, réalisée au bar de son bel hôtel, en bordure de Bruges, le lourd revers essuyé face à Anderlecht a été évoqué. Ce n'était que la deuxième journée des play-offs et tout le monde pensait qu'Anderlecht abattait son dernier atout. D'emblée, il a pris le Club à la gorge. " Tout a commencé par cette passe en retrait vers Ryan, qui a expédié le ballon contre Cyriac. " Preud'homme relève là un détail. " Par la suite, il est ressorti de mes entretiens que cette phase avait marqué plusieurs joueurs. Nous n'avons pas perdu le match à cause d'elle quand même. Ce jour-là, nous avons appris quelque chose : dans les moments difficiles, il faut penser à survivre. J'ai utilisé ce mot pendant toute la semaine. Souffrir, souffrir et encore souffrir jusqu'à ce que la tempête passe. Nous avons travaillé d'arrache-pied, avec le psychologue, et les joueurs ont compris. " De fait : dimanche, quand le Standard a eu recours à la même tactique qu'Anderlecht, prenant un envol rapide, l'équipe brugeoise est passée en mode de survie. D'ailleurs, le mot est revenu sur les lèvres de Preud'homme, dans son analyse d'après-match, une fois la victoire 0-1 en poche. Survivre, tenter de ne pas se noyer. Le Club y est parvenu, notamment grâce à un brillant Ryan, qui ne s'est pas laissé impressionner, cette fois. Michel Preud'homme : Le Standard recèle beaucoup de qualités individuelles, surtout dans le compartiment offensif. Nous ne pouvons pas encore en dire autant mais je ne veux pas non plus dépendre d'un ou deux joueurs. Chez nous, le danger surgit de partout. Nous n'avons pas de buteur qui se dégage du lot mais nous avons marqué assez bien de buts quand même. J'ai dit qu'à domicile contre le Standard et Anderlecht, nous avions manqué d'un brin de magie, pas de classe. Contre Genk, Jorgensen tire des seize mètres dans la lucarne. Il fait la même chose contre le Standard mais le ballon passe à côté. C'est ce que j'appelle la magie du moment. Si nous en avons la possibilité, nous embaucherons quelqu'un doté de ce plus. N'oubliez pas que les joueurs actuels vont poursuivre leur progression. Nous n'avons pas seulement de jeunes défenseurs. Plusieurs jeunes attaquants piaffent d'impatience : Dierckx, Storm, Coopman. Dierckx voulait être loué cet hiver mais j'ai voulu le conserver, comme les autres, car je ne les connaissais pas. Au bout d'un moment, ils ont tous resigné. Seul Boli ne l'a pas encore fait. Que nous avons de la qualité. C'est pour ça que je les ai repris. Les parents comprennent mieux qu'avant qu'une carrière se bâtit pas à pas. Certains talents belges signent en Angleterre à quinze ans mais ils oublient que leur club a également embauché des talents de Croatie, du Danemark et d'ailleurs. Ils doivent alors se battre. Combien de jeunes ne se démolissent-ils pas ? Certains reviennent en Belgique mais n'atteignent plus l'élite. Regardez les anciens talents du Standard. Ils sont restés, ont remporté un deuxième titre, ils ont joué la Ligue des Champions et ne sont partis qu'après. Il faut d'abord atteindre l'élite de son championnat, y réussir quelque chose avant d'effectuer le pas suivant. À ce moment, leur club les laisse aussi partir de bon gré. Le Standard l'attendait depuis beaucoup plus longtemps. A mon retour en 2000, son dernier titre remontait déjà à 17 ans. Il avait tout au plus 10.000 abonnés et il ne croyait plus en un nouveau succès. Je l'ai entraîné un an et demi avant de devenir directeur technique. Nous avons tout reconstruit et nous avons enlevé le titre en 2008. Bruges, c'est différent : le dernier titre date de neuf ans et le stade est comble. Il n'est jamais tombé aussi bas que le Standard. Ses fondations sont plus solides que celles que j'ai découvertes à mon arrivée à Liège. Les deux clubs ont un point commun : leurs supporters enthousiastes. Je sais ce que veulent les gens ici : aller de l'avant. Comme moi. Ils veulent tous deux réussir ce qu'ils entreprennent. Il y a des différences : Luciano était au club tous les jours, pas Bart. Luciano travaillait avec un groupe restreint tandis que Bart a structuré le Club comme ses entreprises, en plaçant dans tous les départements des gens dotés de responsabilités. Parce qu'il aime apprendre. Les patrons voient le même match mais ne peuvent pas l'analyser comme nous. En assistant à cette présentation et en suivant des entraînements, il comprend mieux tout. Il n'agit pas ainsi pour me contrôler. Je lui ai d'ailleurs proposé de venir écouter au lieu de me poser des questions par la suite. Il est le bienvenu. Nous n'avons plus de discussion d'après-match. Je trouve important qu'un président et un directeur général montrent qu'ils soutiennent leurs joueurs. Nous avons établi une stratégie avec Rudi Heylen, le psychologue. On ne parle plus du titre toutes les semaines : nous jugions la pression trop forte. Nous réfléchissons par étapes. Un cycliste qui grimpe un col ne pense qu'au virage suivant. Quand j'ai décidé de retravailler ma condition physique à Ryad, j'ai dû m'arrêter après dix minutes. La fois suivante, j'ai essayé de courir douze minutes et à la fin, je trottinais 45 minutes d'affilée. Il est logique qu'un club comme Bruges soit ambitieux mais nous devons apprendre aux joueurs à gérer ces attentes. J'ai travaillé à Twente, qui était déjà très bien structuré. Bruges l'est encore plus. Tout est réglé. C'est pour ça que je dis que le Club est plus loin que le Standard en 2000. D'un autre côté, un excès de structure peut compliquer les choses. Tout est perfectible. Bart et Vincent sont très ouverts. Ils ne cessent de me demander mon avis et je le leur donne. Il ne faut pas rendre les choses plus compliquées que nécessaire ni multiplier les réunions. Parfois, le football requiert des décisions rapides. Quand les joueurs voulaient manger un bout ensemble, ils devaient s'adresser au directeur technique, avant. Ça n'avait aucun sens. Maintenant, c'est l'entraîneur qui décide. Je ne sais pas comment c'était avant mon arrivée et je ne peux donc pas effectuer de comparaisons. Nous essayons de construire le jeu aussi ! J'exerce beaucoup la possession du ballon. De fait, j'aime la verticalité mais parfois, il ne s'agit que de deux mètres. Je veux jouer vers l'avant. La possession du ballon est importante mais pour créer une brèche et s'y engouffrer en profondeur. Ou pour faire sortir l'adversaire du bois. La possession du ballon doit être utile, elle ne constitue pas un objectif en soi. Vient toujours un moment où on effectue une passe risquée. Nous y avons beaucoup travaillé. Les joueurs qui appelaient le ballon dans les pieds le demandent maintenant en hauteur mais comme ça n'aboutit pas toujours à un goal, vous ne le voyez généralement pas dans les résumés TV. Dans tous mes clubs, j'ai dû modifier des choses. Twente jouait différemment avant mon arrivée aussi. C'est pour ça que je me suis mis tranquillement au travail, en plaçant mes accents progressivement. Plus facile que je ne l'avais pensé. Ce n'est pas encore parfait mais nous allons dans le bon sens. Anderlecht et le Standard se sont réfugiés dans leur rectangle, ici. Sauve qui peut ! Ça veut dire que nous sommes déjà loin. Nous avons forcé 14 corners contre le Standard, qui n'en a obtenu qu'un. Nous avons dominé mais nous avons échoué de peu. Dans d'autres matches, nous avons réussi. Il faut donc être plus régulier. Est-ce une question de mental ? Je n'en sais rien mais nous travaillons beaucoup cet aspect avec les joueurs. Pour moi, c'est une première : je n'avais encore jamais travaillé à temps plein avec un psychologue. Ma collaboration avec Rudy Heylen m'a agréablement surpris. Nous avions convenu de nous fixer un objectif en fin de match, après une victoire. C'était chouette et ça nous a plu mais on nous a critiqués. Nous l'avons encore fait à Anderlecht malgré la défaite. Sans danser ni sauter, autrement. Seulement, on en a tellement parlé que c'est devenu une source de motivation pour l'adversaire et nous avons cessé, même si c'était amusant. C'est justement pour ça qu'il faut maîtriser les deux facettes du jeu. Nous voulons jouer la transition mais pas souvent. C'est une arme qu'il faut maîtriser. C'est comme ça que nous avons gagné à Lokeren. Cependant, le Club ne peut généralement pas jouer comme ça. N'oubliez pas que nous avons joué sans Vadis et Vazquez ces derniers temps. Avec eux, nous aurions eu davantage de possibilités et nous serions mieux classés. Souvenez-vous aussi que nous avons dû faire reculer Timmy Simons, ce qui a déséquilibré l'entrejeu. Pensez au 1-2 contre Waasland-Beveren. Nous allons devoir nous armer pour prévenir ce genre de problèmes à l'avenir. Ceux qui parlent de ce Standard-là le font sur base de la réputation que les joueurs ont acquise ensuite. Onyewu venait de La Louvière, Dante de Charleroi, Witsel du noyau B, Fellaini avait raté ses tests à Anderlecht et à Charleroi... Ils n'étaient pas les joueurs qu'ils sont maintenant. D'autres clubs auraient pu les recruter mais c'est nous qui l'avons fait. Le Club est occupé à poser des jalons. Certains observateurs ont relevé la jeunesse de ma défense mais dois-je écarter un talent comme Engels ? Ryan, Meunier, De Bock, Duarte sont tous jeunes. C'est formidable ! Je suis sûr que certains vont atteindre le niveau des joueurs du Standard qui ont été champions il y a six ans. C'est vrai, personne n'en parle, chez nous. Nous ne voulons pas nous vendre comme ça. C'est la conséquence logique du système des play-offs - que je ne trouve d'ailleurs pas si mauvais. Et après ? Je vous entends venir : c'est parce que le niveau est faible. Je ne suis pas d'accord. Quand une équipe est championne avec douze points d'avance, la compétition est monotone et les autres ont mal travaillé. Maintenant, les équipes se tiennent de près et ce n'est toujours pas bon alors que c'est justement génial ! La critique est aisée mais moi, je regarde d'abord ce qu'une équipe a essayé de faire. J'ai l'impression que nos analystes ne s'attachent qu'à ce qui a été mauvais. Même la Ligue des Champions ne ressemble plus à rien, dirait-on. Eh bien alors, c'est mauvais à tous les échelons et je préfère me taire. Notre métier requiert de la créativité. Il n'y a rien de plus difficile et ça mérite un certain respect. Nous réfléchissons au long terme. Je suis sous contrat jusqu'en 2016 et l'idée serait de prolonger notre collaboration en m'impliquant davantage dans le club. Pas comme manager à l'anglaise car je ne veux pas recevoir une enveloppe et tout décider moi-même. Mais je peux peut-être laisser les entraînements de début de semaine à mes adjoints pour m'occuper d'autres aspects. Bart me répète de ne pas perdre de vue ma qualité de vie. Il a raison : si je dois tout faire moi-même, je n'ai plus de temps à consacrer à la créativité. Nous avons convenu de poursuivre nos entretiens, sans doute au début de la saison prochaine. Je me sens bien à Bruges et quand je me plais quelque part, j'ai envie d'y rester longtemps. Nous voulons tous progresser. Mes adjoints savent ce que je veux, Bart suit ma théorie, Arnar et Vincent savent de quoi je parle : quand nous avons des conversations, nous sommes quasi toujours d'accord. Mais je dois voir si j'ai encore assez de force pour ça. Ça requiert énormément d'énergie. Je vais peut-être être confronté à une grande décision : vais-je continuer ou pas ? Dans la vie, on ne sait jamais mais je n'ai pas l'intention de repartir à l'étranger. A moins que j'en aie marre de vous : alors, je partirai ! (Rires) ?PAR JAN HAUSPIE & PETER T'KINT - PHOTOS: BELGAIMAGE" Je me sens bien à Bruges et quand je me plais quelque part, j'ai envie d'y rester longtemps. "