" Si nous ne pouvons plus organiser notre épreuve le samedi, nous arrêterons " : Bart Ottevaere, la cheville ouvrière du Prix E3 d'Harelbeke, n'avait pas fait mystère de ses intentions. Deux ans plus tard, sa semi-classique reste en pleine santé et le Flandrien a effectué une courbe rentrante : son Prix a lieu ce vendredi.

La révision du calendrier, effectuée à l'initiative de Wouter Vandenhaute (CEO de De Vijver l'organisation qui préside Flanders Classics), a placé l'épreuve la veille de Gand-Wevelgem ces deux dernières années. " C'est une course dotée de points WorldTour alors que nous n'en avons pas ", commente Ottevaere. " Rouler l'E3 le samedi n'avait donc plus de sens. Nous avons donc cédé et en échange, nous avons été promus au WorldTour. Si nous avions reçu ce label plus tôt, jamais je n'aurais cédé notre samedi. "

Le déplacement de la course au vendredi n'a pas apaisé le conflit entre les deux hommes. Ottevaere précise d'ailleurs sa pensée : " Pour Vandenhaute, le raisonnement est simple : my way or no way. Il veut placer le Prix de Harelbeke le mercredi entre Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres alors que notre épreuve est un petit Ronde. Aucun coureur ne va se livrer à 100 % sur le même parcours ou presque, à cinq jours du Tour des Flandres. "

Ottevaere accuse Vandenhaute de vouloir rabaisser son épreuve. " Flanders Classics ne demande pas mieux que nous signions une garantie de quatre ans pour continuer à rouler le vendredi. Comme nous possédons le statut du WorldTour, la société craint apparemment que nous n'effectuions du lobbying pour réintégrer le week-end. Pour être franc, je ne vois plus de place le week-end au calendrier et il me semble difficile de prendre celle du Circuit Het Nieuwsblad, comme l'a suggéré l'UCI. Je n'ai aucune envie de donner le coup de grâce à nos voisins de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, qui pêchent dans le même vivier de sponsors que nous. "

L'organisateur s'interroge aussi sur le rôle de la VRT. " Cette année, la retransmission en direct de notre course débute une demi-heure plus tard que d'habitude. Gand-Wevelgem accueille un chalet très chic alors que nous devons nous contenter d'une tente améliorée. Cela montre que Flanders Classics exerce des pressions sur la VRT, qui a peur de perdre les droits de retransmission du Tour des Flandres au profit de VT4, la chaîne de De Vijver. "

Selon Ottevaere, désormais, il est impensable qu'une seule personne détermine le calendrier. " Je ne vois pas pourquoi je devrais rejoindre le système de Vandenhaute. Contrairement à d'autres, nous n'en avons pas besoin financièrement. Cette année, nous avons un budget de 875.000 euros. Nous avons même obtenu 20 % d'arrangements VIP de plus. Nous accueillerons au total 4.300 VIP. Pour la première fois, nous avons prévu une tente à double toiture et 45 bus. C'est même plus qu'au Ronde. Même le vendredi, l'E3 continue à grandir. "

BENEDICT VANCLOOSTER

" Si nous ne pouvons plus organiser notre épreuve le samedi, nous arrêterons " : Bart Ottevaere, la cheville ouvrière du Prix E3 d'Harelbeke, n'avait pas fait mystère de ses intentions. Deux ans plus tard, sa semi-classique reste en pleine santé et le Flandrien a effectué une courbe rentrante : son Prix a lieu ce vendredi. La révision du calendrier, effectuée à l'initiative de Wouter Vandenhaute (CEO de De Vijver l'organisation qui préside Flanders Classics), a placé l'épreuve la veille de Gand-Wevelgem ces deux dernières années. " C'est une course dotée de points WorldTour alors que nous n'en avons pas ", commente Ottevaere. " Rouler l'E3 le samedi n'avait donc plus de sens. Nous avons donc cédé et en échange, nous avons été promus au WorldTour. Si nous avions reçu ce label plus tôt, jamais je n'aurais cédé notre samedi. " Le déplacement de la course au vendredi n'a pas apaisé le conflit entre les deux hommes. Ottevaere précise d'ailleurs sa pensée : " Pour Vandenhaute, le raisonnement est simple : my way or no way. Il veut placer le Prix de Harelbeke le mercredi entre Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres alors que notre épreuve est un petit Ronde. Aucun coureur ne va se livrer à 100 % sur le même parcours ou presque, à cinq jours du Tour des Flandres. " Ottevaere accuse Vandenhaute de vouloir rabaisser son épreuve. " Flanders Classics ne demande pas mieux que nous signions une garantie de quatre ans pour continuer à rouler le vendredi. Comme nous possédons le statut du WorldTour, la société craint apparemment que nous n'effectuions du lobbying pour réintégrer le week-end. Pour être franc, je ne vois plus de place le week-end au calendrier et il me semble difficile de prendre celle du Circuit Het Nieuwsblad, comme l'a suggéré l'UCI. Je n'ai aucune envie de donner le coup de grâce à nos voisins de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, qui pêchent dans le même vivier de sponsors que nous. " L'organisateur s'interroge aussi sur le rôle de la VRT. " Cette année, la retransmission en direct de notre course débute une demi-heure plus tard que d'habitude. Gand-Wevelgem accueille un chalet très chic alors que nous devons nous contenter d'une tente améliorée. Cela montre que Flanders Classics exerce des pressions sur la VRT, qui a peur de perdre les droits de retransmission du Tour des Flandres au profit de VT4, la chaîne de De Vijver. " Selon Ottevaere, désormais, il est impensable qu'une seule personne détermine le calendrier. " Je ne vois pas pourquoi je devrais rejoindre le système de Vandenhaute. Contrairement à d'autres, nous n'en avons pas besoin financièrement. Cette année, nous avons un budget de 875.000 euros. Nous avons même obtenu 20 % d'arrangements VIP de plus. Nous accueillerons au total 4.300 VIP. Pour la première fois, nous avons prévu une tente à double toiture et 45 bus. C'est même plus qu'au Ronde. Même le vendredi, l'E3 continue à grandir. " BENEDICT VANCLOOSTER