Paris restera toujours Paris. Alors que le public du Parc des Princes pensait connaître une saison heureuse, bien loin des précédentes où PSG rimait avec relégation, les deux derniers mois sont venus tout chambouler. D'un point de vue extra-sportif, la première secousse est même antérieure : le 3 février, le facétieux Charles Villeneuve, nommé président du club durant l'été, était licencié par le conseil d'administration et remplacé par Sébastien Bazin, big-boss du groupe immobilier Colony Capital. La secousse avait toutefois été maîtrisée disait-on en haut lieu.
...

Paris restera toujours Paris. Alors que le public du Parc des Princes pensait connaître une saison heureuse, bien loin des précédentes où PSG rimait avec relégation, les deux derniers mois sont venus tout chambouler. D'un point de vue extra-sportif, la première secousse est même antérieure : le 3 février, le facétieux Charles Villeneuve, nommé président du club durant l'été, était licencié par le conseil d'administration et remplacé par Sébastien Bazin, big-boss du groupe immobilier Colony Capital. La secousse avait toutefois été maîtrisée disait-on en haut lieu. Le 15 mars, le PSG reçoit l'OM avec à la clef en cas de succès une première place qui lui échappe depuis 1996. Résultat des courses : défaite (1-3) face à l'ennemi marseillais et un couac qui va symboliser le début des ennuis. Le 3 mai dernier, Paris a l'occasion de sauter Lyon et de se placer sur la dernière marche du podium synonyme de participation aux tours préliminaires de la Ligue des Champions. Rebelote, nouvel échec, cette fois face à Rennes (0-1), avec en surplus une escapade qui fait grand bruit : quatre jours avant la rencontre, Ludovic Giuly organise une virée avec plusieurs de ses coéquipiers au Camp Nou pour mater Barça-Chelsea. Les joueurs rentrent dans la nuit et se font sermonner le lendemain matin à l'entraînement par un coach, Paul Le Guen de plus en plus contesté par plusieurs cadres ( Luyindula, Makelele, Giuly). Bazin croit éteindre l'incendie en s'adressant cartes sur table au groupe : " Le Guen ne sera plus là la saison prochaine, si vous avez des problèmes ou des remarques, adressez-vous à Makelele. " Cette sortie est loin d'avoir l'effet escompté. Paris plonge face à Auxerre (1-2) et la défaite de samedi soir (2-1) face au Valenciennes d' Antoine Koumbouaré(futur entraîneur parisien) permet à Toulouse de lui griller la quatrième place et de ne posséder plus que deux points d'avance sur le duo Lille-Rennes, premiers non-européens. Le PSG devra sauver la face lors de la dernière journée face à Monaco. Avant de " nettoyer les saletés qui restent, que ce soit au niveau des joueurs et du staff technique ", a déclaré Makelele dans sa biographie et dont l' Equipe Mag a dévoilé les meilleures pages. Paris restera toujours Paris... TITRE. Bordeaux doit ramener un point de son déplacement à Caen, qui joue son maintien, pour être assuré d'un sixième championnat de France. De son côté, Marseille devra l'emporter chez lui face à Rennes et espérer... ERIC GERETS a été élu entraîneur de l'année lors des 18es trophées UNFP (version française du footballeur pro). Autre Belge à l'honneur : Eden Hazard qui a été élu meilleur espoir du championnat de France. Le titre de meilleur joueur est revenu à Yoann Gourcuff (Bordeaux). MAROUANE CHAMAKH a fait ses adieux au public de Chaban-Delmas lors du dernier Bordeaux-Monaco. Il a déclaré vouloir rejoindre un autre championnat avec une préférence pour l'Angleterre : Arsenal, Newcastle et Tottenham seraient sur les rangs. RICARDO n'entraînera plus Monaco. Plusieurs successeurs sont cités dont John Collins. NICE a son nouveau coach pour l'an prochain : Didier Ollé-Nicole (47 ans), en poste à Clermont-Ferrand depuis trois saisons, succédera à Frédéric Antonietti et devrait parapher un contrat de deux ans avec les Aiglons. INCIDENTS : suite à la nouvelle défaite de Nantes à Sochaux, qui condamne quasiment les Canaris à un retour en L2, une vingtaine de " supporters " cagoulés se sont rendus à la Jonelière (centre d'entraînement) pour demander la démission du président avant de s'en prendre violemment à plusieurs voitures de joueurs. Trois cars de police ont été déplacés pour ramener l'ordre. KEVIN MIRALLAS, qui était titulaire, n'est toujours pas certain de rester en L1 avec Saint-Etienne. THOMAS BRICMONT