Patrick Asselman :Comme il fallait s'en douter, le verdict est tombé en championnat à l'occasion de l'avant-dernière journée. Anderlecht avait l'occasion de remporter le vingt-sixième titre de son histoire devant son public et a donc profité pleinement de l'aubaine, même si sa victoire face au FC Malines aura été acquise non sans mal. Ce dénouement laborieux ne doit toutefois pas occulter le parcours exceptionnel réalisé par l'équipe du Sporting ces derniers mois. Les Mauves auront vécu une année d'anthologie, à tous points de vue. Non seulement vu le total-record qu'ils sont susceptibles d'atteindre dans une bonne semaine, mais aussi en raison de leur parcours exceptionnel en Ligue des Champions.
...

Patrick Asselman :Comme il fallait s'en douter, le verdict est tombé en championnat à l'occasion de l'avant-dernière journée. Anderlecht avait l'occasion de remporter le vingt-sixième titre de son histoire devant son public et a donc profité pleinement de l'aubaine, même si sa victoire face au FC Malines aura été acquise non sans mal. Ce dénouement laborieux ne doit toutefois pas occulter le parcours exceptionnel réalisé par l'équipe du Sporting ces derniers mois. Les Mauves auront vécu une année d'anthologie, à tous points de vue. Non seulement vu le total-record qu'ils sont susceptibles d'atteindre dans une bonne semaine, mais aussi en raison de leur parcours exceptionnel en Ligue des Champions. Au risque de me tromper, il faudra encore patienter pas mal d'années avant de voir un club belge réitérer ce genre de performance. C'est assez dire le mérite des Sportingmen pour qui le plus dur commence peut-être, à présent : conserver l'essentiel des forces vives, afin de tenir toujours la dragée haute aux meilleurs. Ce qui ne sera pas une mince affaire, entendu que Didier Dheedene et Bart Goor ont d'ores et déjà trouvé acquéreurs tandis que Jan Koller est lui aussi en partance. Je pense toutefois que les dirigeants du RSCA auront médité la leçon de 1995 quand, dans des circonstances plus ou moins analogues, ils n'avaient pas réagi de manière suffisamment alerte aux départs des Marc Degryse, Luc Nilis et autres Philippe Albert. Compte tenu de leurs activités et ambitions sur le marché, j'ai l'impression qu'ils ne seront plus pris au dépourvu ce coup-ci. Bruges, brillant dauphin, aura eu l'immense mérite de pousser Anderlecht dans ses derniers retranchements. Le Club peut être fier, lui aussi, de la campagne enthousiasmante qu'il aura livrée ces derniers mois. Il est simplement dommage pour lui que le système pour le moins uniforme qui avait fait sa force, au cours des matches-aller, se soit finalement retourné contre lui au retour. Ce manque de variété lui aura sans doute coûté le sacre parmi l'élite. Mais dans ce cas aussi, les moindres performances au deuxième tour ne doivent pas faire oublier les grands moments de bonheur que les Bleu et Noir nous ont valu tout au long du premier volet du championnat. Avec le Standard, Michel Preud'homme a réussi la bien belle gageure d'accéder à la Coupe de l'UEFA. Le Standard européen, c'est ni plus ni moins extra. Pour une première, il s'agit d'un résultat magnifique pour l'ancien gardien liégeois, qui devra relever un autre défi la saison prochaine : amenuiser l'écart qui sépare toujours les deux premiers du classement, Anderlecht et Bruges, du club de Sclessin. Car vingt points d'écart, c'est évidemment beaucoup pour un club qui a fait figure, pendant tant d'années, de grand au côté des deux autres monstres sacrés du football belge. Un redressement, c'est ce que j'attends aussi, durant l'exercice à venir, de deux clubs qui sont passés à côté de leur sujet cette saison : Genk et le Lierse. Après une campagne en demi-teinte, ces deux-là doivent une fière revanche à leurs partisans. Dans le fond du classement, une autre décision est tombée : la relégation du RC Harelbeke. Les coutumiers de cette rubrique se souviendront très certainement qu'en début de saison déjà, j'avais prédit le pire pour une formation qui ne s'était guère distinguée par une activité débordante lors de la période des transferts, se bornant à engager des footballeurs de D2 qui devaient encore faire leurs preuves au plus haut niveau. Les Rats ont, certes, tenté de rectifier le tir lors de la trêve hivernale en procédant à une nouvelle distribution des cartes, tant au niveau du staff technique que de l'effectif. Mais cette mesure-là se sera révélée insuffisante, malgré tout. (B.Govers)