Le derby wallon, match-phare de la 19e journée, a tourné court suite à la démonstration des Rouches en deuxième mi-temps. L'exclusion de Badou Kere fut certainement le tournant du match car, à ce moment-là, les Zèbres avaient réussi à prendre l'avantage grâce à deux buts de Jérémy Perbet répondant à l'ouverture du score de Milan Jovanovic. La défense de Charleroi, présentée à juste titre comme une des meilleures de D1, n'a pas réussi à se réorganiser à 10 contre 11. Au contraire, le Standard reste sur un bilan exceptionnel en déplacement avec 13 points sur 15 et 18 buts marqués en 5 matches.
...

Le derby wallon, match-phare de la 19e journée, a tourné court suite à la démonstration des Rouches en deuxième mi-temps. L'exclusion de Badou Kere fut certainement le tournant du match car, à ce moment-là, les Zèbres avaient réussi à prendre l'avantage grâce à deux buts de Jérémy Perbet répondant à l'ouverture du score de Milan Jovanovic. La défense de Charleroi, présentée à juste titre comme une des meilleures de D1, n'a pas réussi à se réorganiser à 10 contre 11. Au contraire, le Standard reste sur un bilan exceptionnel en déplacement avec 13 points sur 15 et 18 buts marqués en 5 matches. Les deux entraîneurs avaient choisi le 4-4-2 mais Jacky Mathijssen a été contraint de modifier ses batteries après 45 minutes suite à l'exclusion de Kere : Laurent Ciman est passé dans l'axe de la défense et Hemza Mihoubi est rentré à l'arrière gauche pour l'attaquant sacrifié Orlando. Le coach carolo n'était pas du tout satisfait du changement de la mi-temps car, directement après le cinquième but, il retira Mihoubi du jeu pour Geoffrey Mujangi Bia. La plupart des goals inscrits par le Standard a été déclenchée via le flanc droit des Rouches et l'apport de ce côté de Frédéric Dupré a été prépondérant dans le succès des hommes de Michel Preud'homme. Suite à une rentrée en touche de Dupré, Sergio Conceiçao décroche sans opposition et remet le ballon à l'arrière latéral droit. Celui-ci s'appuie en 1-2 sur Karel Geraerts et profite du décrochage de Marouane Fellaini, qui a libéré l'espace pour lui permettre de plonger. Dupré fixe Oumar Bakari et centre au deuxième poteau vers Jovanovic qui n'a plus qu'à déposer -de la tête- le ballon dans le but de Patrice Luzi. Kere et Frank Defays sont piégés par le croisement des courses des deux attaquants (le buteur et Igor De Camargo), leur attention est logiquement attirée par le ballon. De ce fait, ils perdent tout contact visuel avec leur adversaire direct qui, dans le chef du marqueur, permet de se libérer de tout marquage et d'ouvrir le score comme à la parade. Il est toutefois anormal de constater que le bloc défensif de Charleroi est complètement déstabilisé au départ d'une rentrée en touche. On peut voir sur ce goal la très grande passivité de tous les protagonistes défensifs du côté carolo. Conceiçao donne le ballon calmement dans la foulée de Dupré qui plonge quasiment sans opposition alors que les Zèbres sont à 3 contre 2. Frédéric peut ajuster son centre en 1 temps, le ballon file vers le petit rectangle, où on dénombre 4 adversaires face aux seuls Geraerts et De Camargo. Sébastien Chabaud tacle en désespoir de cause, le cuir arrive dans les parages de Tim Smolders, de Bakari et de Geraerts, aucun des trois ne parvient à dévier le ballon qui parvient au tandem De Camargo-Defays. Ce duel devient très confus suite à la sortie tardive de Luzi et malencontreusement, le capitaine de Charleroi marque contre son camp. On peut voir sur cette phase décisive (c'est 2-2) que l'infériorité numérique des Carolos n'est pas une excuse car les Standardmen sont 4 contre 8 Zèbres (7 + le gardien !). Les trois défaites consécutives de Charleroi les écartent peut-être de manière définitive de la lutte pour la Coupe d'Europe au contraire du Standard. Le derby s'est disputé dans un esprit très chaud entre les joueurs eux-mêmes mais aussi envers le banc de touche. Conceiçao, suite à une altercation avec la zone de coaching adverse, a encaissé sa troisième carte jaune, le privant du sommet de dimanche dernier !par étienne delangre