Si quelqu'un a bien connu les meilleures attaques du Standard, c'est Léon Semmeling, vedette des années 60 et 70, puis T2 durant de nombreuses années. Alors, le Standard détient-il la meilleure attaque de son histoire ?
...

Si quelqu'un a bien connu les meilleures attaques du Standard, c'est Léon Semmeling, vedette des années 60 et 70, puis T2 durant de nombreuses années. Alors, le Standard détient-il la meilleure attaque de son histoire ? " Difficile de comparer les époques tant le foot a changé " dit Semmeling. " A ce jeu-là, je prétends que Roger Claessen reste le plus grand attaquant de l'histoire du Standard. De même, il n'y a pas eu de meilleur attaquant étranger à Sclessin que Simon Tahamata. Cela étant, le Standard détient une très grosse attaque, probablement la plus complémentaire de son histoire. En 1968-69, le dispositif offensif était différent, en 4-3-3 avec Erwin Kostedde ou Milan Galic en pointe. Kostedde était un homme de rectangle avec une couverture de balle exceptionnelle. Mais il ne travaillait pas à la récupération. Galic, c'était la classe pure. A droite, je travaillais un peu comme Wilfried Dalmat. A gauche, Antal Nagy puis Sylvestre Takac perforaient et marquaient comme MilanJovanovic tout en étant tous les deux droitiers. Pour le jeu de tête, il y avait Jean-PaulColonval ou Henri Depireux. Wilfried Van Moer gérait le jeu et récupérait aussi devant Louis Pilot. Entre Louis et Kitchie, les différences étaient claires. Je suis admiratif devant Axel Witsel et Steven Defour. Je ne sais pas qui est le médian défensif : ils font tout à deux. Bref, L'attaque actuelle présente une palette plus large et les trois avants bossent beaucoup plus qu'en 68-69. En 1981, l'équipe jouait en 4-4-2 et était beaucoup plus expérimentée. Avec Eric Gerets à droite ou Arie Haan à la man£uvre, elle tuait un match à sa guise et il y avait moins de stress. Cette équipe-ci ne parvient pas toujours à le faire. Benny Wendt déménageait mais il y a un joueur qui fit la différence : Simon Tahamata. Jova a du Tahamata en lui. Mais une fois encore, tout a changé. Simon était plus passeur et Jova plus buteur. Il y a eu d'autres époques dont celle de Marc Wilmots, Henk Vos ou Aurelio Vidmar. C'était intéressant mais pas aussi complémentaire que le trio actuel. "