Un plus ou un must ? C'est la différence entre Quick-Step et Silence-Lotto avant le Circuit Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Silence-Lotto a brillé au Tour grâce à Robbie McEwen et à Cadel Evans ces dernières années mais a connu moins de succès au printemps. Il y a six ans que Peter Van Petegem a gagné le Ronde et Paris-Roubaix sous le maillot de Lotto et Marc Coucke n'a fêté qu'un succès dans les classiques fla...

Un plus ou un must ? C'est la différence entre Quick-Step et Silence-Lotto avant le Circuit Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Silence-Lotto a brillé au Tour grâce à Robbie McEwen et à Cadel Evans ces dernières années mais a connu moins de succès au printemps. Il y a six ans que Peter Van Petegem a gagné le Ronde et Paris-Roubaix sous le maillot de Lotto et Marc Coucke n'a fêté qu'un succès dans les classiques flamandes depuis qu'il est co-sponsor : en 2005, quand Nico Mattan s'est adjugé Gand-Wevelgem. Donc, Marc Sergeant et Cie sont placés devant une obligation le week-end prochain. Philippe Gilbert est le fer de lance de l'équipe au Circuit Het Nieuwsblad. Le vainqueur 2006 et 2008, qui gagnerait plus qu'Evans, est mis sous pression. Comment y réagira-t-il, lui qui avait beaucoup de liberté à La Française des Jeux ? Lotto souhaite aussi, logiquement, voir Gilbert briller dans les classiques ardennaises mais y fera-t-il le poids face aux frères Schleck et à DamianoCunego ? On attend aussi beaucoup de Greg Van Avermaet, qui n'a que 23 ans. Celui-ci se donne toujours à fond - parfois trop. La direction parviendra-t-elle à l'affûter au bon moment ? Jürgen Roelandts, le champion de Belgique, a le même âge, mais il économise ses forces et choisit bien ses moments. L'ancien leader, Leif Hoste, partagera son statut avec les jeunes loups de l'équipe durant les premières semaines. Le coureur, auquel les observateurs reprochent de ne pas retirer le maximum de son talent, se sent peut-être mieux dans un second rôle. En 2008, Quick-Step a remporté Kuurne-Bruxelles-Kuurne, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix et Nokere. Rien n'est obligatoire. Tom Boonen a gagné quatre classiques printanières en quatre ans et peut se permettre de ne viser que le Ronde et l'Enfer du Nord. En plus, la semaine dernière, à la demande du sponsor, il a pris part au Tour de Californie et va souffrir du décalage horaire. Depuis l'année dernière, Quick-Step n'est plus synonyme de Boonen et de sept équipiers. Stijn Devolder forme un solide duo avec Boonen. Quand Devolder s'échappe et que nul ne prend sa roue, la course est achevée. Si on le rattrape, Boonen suit. Devolder a souffert du genou en hiver et a même observé plusieurs semaines de repos en janvier. Il veut également être plus frais au moment d'entamer le Tour, ce qui signifie qu'il va économiser davantage ses forces au printemps. Cependant, Quick-Step possède un joker, en la personne de Sylvain Chavanel, qui s'est montré en Flandre l'année dernière par ses impressionnantes échappées solitaires à Waregem et à la Flèche Brabançonne. N'était-ce pas la recette de Gilbert au Circuit ?