Georges Leekens a ramené La Gantoise à un niveau qu'elle n'avait plus connu depuis bien longtemps. Et cela malgré un noyau décimé par les blessures. Mais surtout, La Gantoise retrouve progressivement un équilibre financier longtemps mis en péril. Nos confrères de la Gazet van Antwerpen ont ainsi demandé à Ivan De Witte, le président gantois, comment il s'y est pris pour ramener la dette du club de 22 à 4 millions d'euros sans injecter le moindre centime. " Parce ...

Georges Leekens a ramené La Gantoise à un niveau qu'elle n'avait plus connu depuis bien longtemps. Et cela malgré un noyau décimé par les blessures. Mais surtout, La Gantoise retrouve progressivement un équilibre financier longtemps mis en péril. Nos confrères de la Gazet van Antwerpen ont ainsi demandé à Ivan De Witte, le président gantois, comment il s'y est pris pour ramener la dette du club de 22 à 4 millions d'euros sans injecter le moindre centime. " Parce que je ne suis pas suffisamment riche et parce que je suis, par principe, contre les mécènes. RogerLambrecht, FilippoGaone, JosVaessen... ça ne devrait pas exister. Un club doit être autonome. Et pourquoi l'Etat financerait-il le hobby d'un mécène ?" Une interview tranchante. De Witte savait qu'elle allait faire des vagues puisqu'il a demandé au journaliste qui l'a menée de veiller à ce que le ton de l'article ne soit pas trop acide. " Je ne veux pas de guerre avec les autres clubs ", dit De Witte, qui ajoute qu'il n'a pas besoin d'être populaire. On l'a vu dans les affaires DanielCruz et DavyDe Beule, où il explique être intervenu parce que " le football n'est pas une société secrète, régie par ses propres règles. Il faut respecter la loi ". De guerre lasse, il a toutefois abandonné ses plans de réforme de la ligue : " Parce que les gens ne pensent qu'à eux, ça n'a aucun sens. Je reste convaincu que 18 clubs en D1, c'est beaucoup trop. Ostende, c'est du folklore. Après eux, pourquoi pas Renaix ou Furnes ? Il faut savoir ce qu'on veut ". Son objectif principal est de voir Gand figurer constamment dans le top 4 et c'est la raison pour laquelle il a prolongé de quatre ans le contrat de Leekens : " C'est un grand professionnel, comme je n'en avais encore jamais vu. Je juge un entraîneur sur cinq points : le travail de terrain, le coaching, la pédagogie, le fait de pouvoir utiliser au maximum le potentiel mis à sa disposition et la représentativité ". Quatre ans, pour Leekens, c'est pourtant très long. " Peut-être n'a-t-il jamais eu la chance de véritablement travailler à long terme. Mais si un club étranger l'appelle, je ne le retiendrai pas. Je sais ce qu'on raconte à son sujet : qu'il touche sur les transferts, qu'il en veut toujours plus... Ce sont des mensonges, Leekens est un type correct ". On lui fait tout de même remarquer que La Gantoise a transféré sept joueurs à la trêve. " Cela peut sembler bizarre mais n'oubliez pas que nous avons perdu 12 joueurs au cours des derniers mois. De plus, ces renforts ne nous coûtent pas très cher ". (P. Sintzen)