"Je suis un tueur ", a expliqué David Pollet, 24 ans, en signant un contrat qui le lie au club-phare du Pays Noir jusqu'en 2015. Lens a un peu fait la grimace avant d'accepter et de garder 30 % de l'indemnité de transfert après son séjour chez les Zèbres. Ce solide attaquant de pointe culminant à 1,88 m n'a pas quitté le stade Félix Bollaert-Delelis dans l'indifférence : le public l'a chambré et sifflé car il refusait d'apposer son nom au bas d'une prolongation de contrat.
...

"Je suis un tueur ", a expliqué David Pollet, 24 ans, en signant un contrat qui le lie au club-phare du Pays Noir jusqu'en 2015. Lens a un peu fait la grimace avant d'accepter et de garder 30 % de l'indemnité de transfert après son séjour chez les Zèbres. Ce solide attaquant de pointe culminant à 1,88 m n'a pas quitté le stade Félix Bollaert-Delelis dans l'indifférence : le public l'a chambré et sifflé car il refusait d'apposer son nom au bas d'une prolongation de contrat. " En constatant à distance qu'il n'envisageait pas de rester plus longtemps chez les Sang et Or, je me suis tout de suite dit que David avait une offre intéressante sous le coude ", affirme Jean-Guy Wallemme qui l'a véritablement lancé en France. Joueur emblématique de Lens, Wallemme a entraîné les Nordistes de 2008 à 2010 et a quitté récemment Auxerre. Cet expert a toujours eu un faible pour l'attaquant belge originaire de La Bassée, une petite municipalité de 6.000 habitants du Nord-Pas-de Calais. " Même s'il est maintenant temps pour lui de révéler tout ce qu'il a en lui, son choix m'a étonné ", continue Wallemme. " David a le potentiel de la L1 et j'imaginais qu'il avait des contacts dans cet univers. Je connais Charleroi : mon nom y a circulé du temps d'Abbas Bayat. La L1 est d'une qualité générale plus élevée que ce qu'on voit en Belgique. En prenant connaissance de sa nouvelle destination, je me suis dit que Pollet manquait d'ambition. Mais il a probablement une autre lecture de la situation. Il craignait peut-être de s'éterniser à Lens, désormais en L2. Si c'est le cas, David cherche à reculer pour mieux sauter et prendre un nouveau départ : il en est capable. " La tour belge fit ses débuts en L1 le 22 avril 2008 contre Lorient en montant au jeu à la place de Luigi Pieroni, De 2008 à 2010, il est prêté à Reims, Gueugnon et au FC Paris. Malgré une blessure au péroné en Champagne, ce triptyque lui fait du bien. Wallemme va le rechercher à Paris. " En National, il a appris à se frotter à des équipes athlétiques ", observe-t-il. " David dispose d'un bon bagage technique. Ce pivot sait plonger dans les espaces. C'est pour cela, entre autres, qu'il m'intéressait. Le potentiel, il l'a. La chance joue un rôle. David a parfois été blessé au moment où le ciel se dégageait pour lui. En France, on a inventé un nouveau numéro, le 9 et demi, ni tout à fait buteur ni meneur de jeu. Si Pollet veut devenir un véritable 9, il devra faire preuve de " grinta " et assumer les responsabilités inhérentes à ce numéro. Il doit devenir plus couillu. " A Lens, le coach, Eric Sikora, a regretté le départ de Pollet, et le président Luc Dayan, successeur du légendaire GervaisMartel, a vainement freiné des quatre fers. Vedran Runje, aujourd'hui à la retraite, y a connu Pollet : " Charleroi réalise une bonne affaire. David est taillé pour le foot belge car il aime aller au combat : c'est du lourd. Il a sa stature mais aussi une frappe puissante. A ses débuts, il y avait du beau monde en pointe, dont Aruna Dindane. Et puis, Lens est un grand club un peu spécial avec beaucoup de pression, même en L2. Pour un jeune, ce n'est pas évident et il a probablement cherché à tourner la page en s'éloignant de son club formateur. " Journaliste à BeTV, Jean-François Rémy était le T2 de Jean-François de Sart quand Pollet fréquentait l'équipe nationale Espoirs : " Pour lui et Charleroi, il s'agit d'un bon choix. Pollet peut former un méchant duo avec GiuseppeRossini. A deux, ils ont de la présence dans les airs. Pollet peut profiter des espaces dégagés par Rossini. Il sait bouger et dispose d'un tir terrible. Avec de Sart, nous avons souvent constaté que Pollet disposait de toutes les qualités pour aller loin. Il tarde à réaliser nos impressions mais n'a que 24 ans. Je me souviens d'un match des Espoirs contre l'Islande. Bien que très athlétique, Pollet s'était fait " bouffer " par les Nordiques. A la mi-temps, je l'ai incité à se bouger. Il a assez d'arguments pour se faire respecter : cela se verra à Charleroi. " PAR PIERRE BILIC-PHOTO : PHOTONEWS" Charleroi réalise une bonne affaire : Pollet est taillé pour le foot belge. " (Vedran Runje)