A chaque mercato, de nombreux joueurs nous quittent. Certains départs s'assimilent à de grosses pertes pour la Jupiler League, mais d'autres ne seront pas regrettés.
...

A chaque mercato, de nombreux joueurs nous quittent. Certains départs s'assimilent à de grosses pertes pour la Jupiler League, mais d'autres ne seront pas regrettés. Marvin Ogunjimi : avec 30 buts en 93 rencontres de D1, il fait partie de la race des buteurs. La paire qu'il formait avec Jelle Vossen à Genk a fait des ravages la saison passée et le duo a fortement contribué au titre remporté par les Limbourgeois. Conclu avec 7 minutes de retard lors du dernier jour du mercato d'été, le transfert du Diable Rouge (5 caps, 4 buts) à Majorque n'a pas été entériné par la FIFA et il a dû patienter jusqu'en janvier pour faire ses débuts en Espagne. Perturbé par ce transfert avorté, il n'a été que l'ombre de lui-même lors du premier tour (6 matches, pas un but) à tel point que Genk a accepté qu'il rejoigne les Baléares dès décembre, à l'issue de la phase de poules de la Ligue des Champions. En espérant, tant pour le joueur que pour l'équipe nationale, qu'il retrouve ses sensations de buteur dans son nouveau club, actuellement 14e en Liga. Renato Neto : surnuméraire au Sporting Lisbonne, ce médian central a débarqué en prêt au Cercle en juillet 2010. Un an et demi plus tard, le Brésilien fait le chemin inverse. Immédiatement titulaire dans l'équipe de Bob Peeters, il n'a manqué que trois rencontres de championnat sur l'ensemble de son séjour en Belgique. Neto a séduit par son bagage technique et son volume de jeu. Il laisse un vide dans l'axe qu'il sera difficile à combler. Gary Kagelmacher : le Beerschot l'avait débusqué en Réserve du Real Madrid, en 2010. L'Uruguayen est entre-temps devenu le patron de la défense, et même capitaine. Début janvier, il était sur le point de signer à Kaiserslautern. Il s'est finalement engagé à Monaco, dont la ligne arrière est l'une des plus médiocres de la Ligue 2. La direction anversoise le remercie publiquement pour les services rendus. Et se frotte surtout les mains en encaissant plus de 2 millions dans une période financièrement très trouble. Samuel : arrivé l'été dernier du Werder Brême, où il n'avait pas disputé un seul match de Bundesliga, le défenseur central brésilien n'a pas mis longtemps pour montrer toute l'étendue de ses... défauts. Un but contre son camp lors de l'ouverture du championnat contre OHL suivi d'une expulsion contre Mons lors de son quatrième et dernier match de D1 : l'affaire était entendue. Il est malgré tout parvenu à se recaser au Portugal, à Braga. Diogo : doté d'une réputation flatteuse d'international U20 brésilien, il était censé concurrencer Olivier Deschacht et Behrang Safari à l'arrière gauche. Au final, une seule apparition (catastrophique) lors de l'élimination en Coupe contre Rupel Boom et une rupture de contrat au bout de 5 mois à peine. Merci, bonsoir. Marko Suler : le prince slovène de la floche a pris la direction du championnat israélien après 4 saisons à La Gantoise. Les supporters buffalos sont soulagés mais attention, ce n'est qu'un prêt, il pourrait vite revenir semer la zizanie dans l'axe de la défense. Peter Kovacs : le salaire du " Pierre Richard " du Lisp était trop lourd pour les finances locales exsangues. Le Hongrois va désormais traîner sa grande carcasse sur les terrains norvégiens où il a déjà évolué 8 ans. Pas sûr que les Vikings soient heureux de le retrouver. Ondrej Mazuch : d'abord prêté par la Fiorentina puis acheté aux Transalpins pour 1,3 million d'euros, le défenseur tchèque a rendu de fiers services aux Anderlechtois durant 2 ans (65m, 5b) avant de se blesser aux adducteurs l'été dernier. Alors qu'il était devenu réserviste de luxe du duo Roland Juhasz-Cheikhou Kouyaté, les 3 millions offerts par les Ukrainiens du Dnipropetrovsk sont tombés à pic pour le Sporting. Daniel Pudil : acquis il y a trois ans et demi pour 1,5 million, le Tchèque a tout connu à Genk avec la Coupe, le titre, la Supercoupe et la Ligue des Champions. Financièrement, il ne pouvait refuser le bail de 5 ans et demi proposé par Grenade (qui l'a entre-temps loué à Cesena !). Avec un million dans les caisses pour un joueur en fin de contrat dans 6 mois, Genk n'a pas à se plaindre d'autant que son remplaçant, Derrick Tshimanga, est déjà tout trouvé. Pape Camara : arrivé en Belgique début 2010, le Sénégalais dut patienter un an avant de se signaler en équipe Première au Standard. D'abord prêté à Saint-Trond, il éclate au deuxième tour de la saison dernière avec comme point d'orgue des play-offs époustouflants. Malgré cela, José Riga ne compte pas sur lui depuis le début de la saison (à peine 5 matches de championnat) et son départ à Valenciennes pour un demi-million d'euros satisfait tout le monde.