Jens Teunckens, qui aura 18 ans fin janvier, se pose sans doute des questions. Sans cette erreur en demi-finale face au Mali (il a mal apprécié la trajectoire d'un ballon bondissant), le héros belge des quarts de finale aurait sans doute été sacré meilleur gardien des championnats du monde U17. Il ne peut cependant pas espérer une trajectoire-éclair à la Thibaut Courtois car, avec Ludovic Butelle (qui aura 33 ans pendant les play-offs), le Club Bruges a engagé un gardien ...

Jens Teunckens, qui aura 18 ans fin janvier, se pose sans doute des questions. Sans cette erreur en demi-finale face au Mali (il a mal apprécié la trajectoire d'un ballon bondissant), le héros belge des quarts de finale aurait sans doute été sacré meilleur gardien des championnats du monde U17. Il ne peut cependant pas espérer une trajectoire-éclair à la Thibaut Courtois car, avec Ludovic Butelle (qui aura 33 ans pendant les play-offs), le Club Bruges a engagé un gardien qu'il ne sera pas facile de déloger. Ce qui n'était peut-être pas le cas de Sébastien Bruzzese (prestations en dents de scie), Sinan Bolat (mauvaise prestation et moral très affecté) ou de Michaël Cordier. Le Club, qui a observé Bolat de près au cours des dernières semaines et n'a pas constaté d'amélioration dans son approche, a opté pour un gardien expérimenté. Butelle (1,88 m), fut jadis un grand espoir du football français. Né à Reims, il a été formé à Metz puis vendu à Valence. Il avait alors 21 ans et représentait l'équipe de France espoirs lorsqu'il fut frappé par le sort. Lors d'un match amical contre Parme, il est entré en collision avec un attaquant italien et s'est déchiré la rate. Il allait lui falloir sept longues années pour revenir et se faire connaître en montant de Ligue 2 avec son dernier club, Angers. Six mois plus tard, ses bonnes prestations lui ont valu un transfert à Bruges. " Ludovic est très fort sur sa ligne, il a d'excellents réflexes ", dit Serge Le Dizet, entraîneur-adjoint d'Angers. " Au pied, il se débrouille. En ce qui concerne sa personnalité, je le trouve parfois un peu nonchalant. Il aime faire bonne figure et rigole beaucoup mais, sur le terrain, il est très concentré. Il est resté un an et demi chez nous. Au début, il a fallu qu'il s'adapte car il devait remplacer un gardien de 37 ans qui était un monument et cela occasionnait une certaine pression. En deuxième partie de saison, il a été extraordinaire et il a poursuivi sur cette lancée. Nous avons une des meilleures défenses de Ligue 1. C'est dû au travail de toute l'équipe mais c'était quand même lui le dernier rempart. Nous aurions souhaité le conserver et le club lui a fait une proposition mais celle de Bruges était plus intéressante et nous n'avons pas voulu le retenir. Il a connu beaucoup de malchance tout au long de sa carrière mais il s'est battu pour revenir. " PAR PETER T' KINT