Genk doit encore disputer un match en Ligue des Champions mais il sait qu'il n'atteindra pas le deuxième tour. Il peut tout au plus espérer la troisième place et l'UEFA. En championnat, le Racing reste bien placé, par contre, et il piaffe d'impatience à quelques jours de son déplacement au Club Brugeois. SefVergoossen s'appuie sur la Ligue des Champions pour dresser un bilan.
...

Genk doit encore disputer un match en Ligue des Champions mais il sait qu'il n'atteindra pas le deuxième tour. Il peut tout au plus espérer la troisième place et l'UEFA. En championnat, le Racing reste bien placé, par contre, et il piaffe d'impatience à quelques jours de son déplacement au Club Brugeois. SefVergoossen s'appuie sur la Ligue des Champions pour dresser un bilan. Genk-AEK Athènes: 0-0Premier match du bal des champions et satisfaction des Limbourgeois. Vergoossen n'effectue aucun changement et félicite l'ensemble de l'équipe. Elle n'a pas marqué mais les demi-occasions de Sonck, Tomasic, Dagano et Beslija sont porteuses d'espoirs, surtout que l'AEK a aligné cinq défenseurs. Cette saison, Genk sera souvent confronté à des défenses en béton. Sef Vergoossen : "D'emblée, j'ai préparé les joueurs à un tout autre championnat, en matière de calendrier comme d'adversaires, sachant que nous aurions moins d'espaces que la saison passée. Ils ont aussi dû s'accommoder d'une plus grande concurrence. Nous pouvons résoudre nos problèmes de plusieurs façons, au sein du même système. Si nous marquons trop peu, nous devons nous créer des occasions. Nous y avons travaillé: comment amener la dernière passe, comment les médians doivent-ils faire pour moins reculer et mieux soutenir les attaquants et amener le danger de la deuxième ligne. En ce qui concerne les phases sur lesquelles nous concédons trop d'occasions, il faut réduire les espaces, faire reculer les extérieurs en soutien de l'entrejeu et mieux regrouper la dernière ligne".Real Madrid-Genk : 6-0Pas de Zidane, de Makélélé ni de Ronaldo, ce qui n'empêche pas ce faux-pas à l'Estadio Bernabeu. Genk résiste 43 minutes avant de s'effondrer, suite au but contre son camp de Zokora, qui commet encore une erreur à la 65e minute. Thijs est suspendu et remplacé par Wamfor, dont Vanbeuren a pris la place à l'arrière droit. Soley, embauché pour combler une lacune, n'entre au jeu qu'à la 60e. Le niveau des transferts déçoit, comme la naïveté du jeu. Le président s'épanche dans un journal. "En première mi-temps, il n'était pas nécessaire d'être agressif, sous peine de commettre des fautes à des places délicates. Ensuite, nous n'avons plus été en mesure de l'être, tant les espaces étaient grands. Nous avons couru après le ballon et nos adversaires. Et Soley? Il est arrivé in extremis et a rejoint son équipe nationale au moment où nous pouvions nous entraîner spécifiquement. Or, c'est le revers de la médaille, en Ligue des Champions: on n'a plus le temps de s'entraîner. Prendre ses responsabilités lui a été difficile. Il a effectué un pas en arrière alors que Tomasic avait tout compris. Soley est entré au jeu comme médian, surtout, alors que nous l'avons enrôlé pour la défense". Genk-AS Rome : 0-1 Genk doit rétablir son honneur. C'est fait, malgré la défaite. Les Italiens ne parviennent pas à développer leur football, même lorsque Genk est réduit à dix, après dix minutes, suite à une faute de main de Moons en dehors du rectangle. Schollen prend sa place et défendra le but genkois à Rome la semaine suivante aussi, suite à la suspension de Moons. Cassano marque à neuf minutes de la fin: à ce niveau, une occasion suffit. La vitesse d'exécution est supérieure. "C'est une façon de parler mais nous devrions aligner un homme et demi face à chaque opposant, pour pallier cette vitesse d'exécution. La technique et la vista de nos adversaires leur permet de jouer 30 à 40% plus vite, et même 50% dans le cas de Madrid Ils prennent toujours les bonnes décisions: en l'espace d'une demi-seconde, il faut savoir ce qu'on va faire. Dagano le découvre".AS Rome-Genk : 0-0Rome peine en Série A et est privé de Totti. Les deux équipes ratent leurs occasions. Schollen pare un heading et un coup franc de Batistuta, Daerden tire sur la latte et un envoi de Beslija est détourné en corner mais c'est Dagano qui rate la balle de match. Il en entendra longtemps parler. En fait, depuis le début de la saison, l'avant africain a un problème. "Moumou aime recevoir le ballon en profondeur mais lorsqu'il n'y a même pas 20 mètres, il bute sur la ligne arrière, pour peu que la passe ne soit pas précise. La saison passée, nous avons affronté deux ou trois équipes qui étaient très compactes dans leur rectangle. Nous en avons déjà rencontré six ou sept. Il doit miser davantage sur la profondeur, sa puissance et sa vitesse. S'il est déçu de ses remplacements, c'est surtout parce qu'il sent qu'il n'est pas bien. Nous en avons parlé: nous ne le mettons pas sous pression mais il doit retrouver sa spontanéité. Il se fixe beaucoup sur ces matches. A Rome, ça a été mais à Madrid, Wesley a été trop accablé. Il faut mieux trouver des partenaires démarqués, passer le ballon et permettre aux autres de suivre le mouvement".AEK Athènes-Genk : 1-1.C'est ici que Genk doit saisir sa dernière chance de se qualifier pour le second tour. Victime de la malaria, Dagano est resté chez lui. Suzuki le remplace et délivre l'assist du but genkois. Un nouveau nul mais le premier but de Genk en Ligue des Champions. Sonck plaide coupable, pour les occasions ratées. Daerden gaspille une belle chance à cause d'une mauvaise passe à Beslija, reçoit une carte jaune synonyme de suspension contre le Real. Genk ne peut plus espérer qu'une troisième place et la Coupe de l'UEFA, à condition de battre Madrid en espérant que l'AEK ne gagne pas à Rome. Quoi qu'il en soit, Genk a progressé grâce à la Ligue des Champions. "L'essentiel, c'est l'expérience acquise. Zokora voulait trop faire ses preuves à ce niveau, par exemple. Il y a renoncé et est très important. Daerden progresse très vite. Il pratique l'autocritique et a pointé beaucoup de plans sur lesquels il pouvait se bonifier. Malgré son jeune âge, il sent ce dont l'équipe a besoin à un moment donné et se demande ce qu'il peut lui apporter: c'est un signe de maturité. C'est de ça qu'il s'agit, pas d'art. Koen peut être offensif à 70% et défensif à 30%, mais aussi attaquer à 40% et défendre à 60% ou évoluer à l'arrière gauche. Tout le monde peut commettre des erreurs. La grande qualité de Skoko est de toujours assumer ses responsabilités. Il demande le ballon dans les conditions les plus difficiles, il se démarque. Neuf fois sur dix, il s'en tire bien. A Madrid, ça n'a pas marché, ce qui nous a coûté un but. Je ne lui en veux pas car les neuf autres fois ont été positives. Nous avons fourni une belle prestation collective. Athènes a aligné un libero chez nous et à Rome, Cafú et Candela ont été davantage des arrières que des ailiers. C'est grâce à notre prestation". Club Brugeois-Genk Samedi à 15 heures. Retour au niveau belge. La saison passée, Genk s'est imposé 1-2, mettant fin à cinq victoires de suite de Bruges, lors des cinq premiers matches. Bruges est à nouveau en tête, suivi de Genk, qui a pourtant la tâche moins facile. Face à lui, un Club imposant contre Galatasaray mais décevant face à Barcelone."Grâce à la Ligue des Champions, ce match reprend des proportions normales. Ce qui compte, c'est ce qu'on en retire. La saison passée, nous avons dû défendre. Nous avons eu du bol et un penalty en fin de rencontre. Notre jeu était de bonne qualité selon nos normes mais nous devons faire mieux cette fois, jouer à un plus haut niveau et être plus audacieux en possession du ballon. Comme contre Anderlecht, même si nous avons fait match nul". Raoul De Groote "Nous devons faire mieux que l'an passé contre Bruges"