Comme Jean-Pierre Raffarin, Dominique D'Onofrio s'efface après trois ans de pouvoir. Et comme le Premier ministre français, il part sur un échec européen. Mais les comparaisons s'arrêtent là car contrairement à l'élu du Poitou-Charentes, l'entraîneur du Standard a pris lui-même la décision de partir. Usé par la pression inhérente à un club comme celui de Sclessin, fatigué de ne pas voir son travail reconnu et déçu de ne pas avoir remporté le dernier objectif qu'il s'était fixé : laisser le Standard sur la voie européenne.
...

Comme Jean-Pierre Raffarin, Dominique D'Onofrio s'efface après trois ans de pouvoir. Et comme le Premier ministre français, il part sur un échec européen. Mais les comparaisons s'arrêtent là car contrairement à l'élu du Poitou-Charentes, l'entraîneur du Standard a pris lui-même la décision de partir. Usé par la pression inhérente à un club comme celui de Sclessin, fatigué de ne pas voir son travail reconnu et déçu de ne pas avoir remporté le dernier objectif qu'il s'était fixé : laisser le Standard sur la voie européenne. Avant de partir et de sans doute rejoindre le staff technique dans un autre costume, il a accepté de nous recevoir une dernière fois dans un vestiaire déserté par ses ouailles en vacances. Il a mis la clé dans la serrure, allumé les lampes et s'est inscrit dans un décor qu'il devra quitter. Une dernière fois, il s'est penché sur la saison de ses joueurs. Pour pointer leurs qualités et admettre leurs manquements. Mais aussi pour distribuer sa dernière cote. Pas de soucis, ils ont tous réussi... " Finalement, ils nous a juste manqué la faculté à être décisif dans les moments cruciaux ", analyse-t-il en introduction, " On finit tout de même avec 70 points... ". " Je pense qu'il s'agit d'un des meilleurs gardiens de Belgique, voire d'Europe. Et il l'a déjà prouvé dans le passé. Il est arrivé à maturité et ce n'est pas un hasard s'il est resté invaincu durant de nombreux matches cette année. Il a fallu qu'il retrouve ses marques en début de championnat. Mais, il ne faut pas oublier qu'il n'a pas joué pendant six mois lors de ses mésaventures marseillaises. Avec Runje, le Standard dispose d'un gardien complet, qui a une grosse personnalité et qui constitue un leader pour le groupe. A certains moments, il a peut être manqué de concentration, faute de concurrence mais je ne pense pas qu'il aurait fallu composer avec deux gardiens de la même force. On a pu voir à Anderlecht que ce n'est pas nécessairement bon ". " C'est une référence à droite. Il vient de Lyon où il a grandi. C'est ce qui se fait de meilleur en Belgique à ce poste. Si on lui a donné le brassard, c'est qu'il le méritait. Dans ce groupe, il y a plusieurs leaders de vestiaire dont Eric. Il dispose d'une très bonne technique, d'un centre de qualité. On peut relever également sa course et son sens de l'anticipation. Par contre, vu tous ses atouts, son apport offensif aurait pu être meilleur. Il dispose de toutes les qualités pour mettre le nez à la fenêtre, ce qu'il ne faisait pas assez. Par moments, il avait des consignes mais il devait également savoir créer le surnombre. Il peut également améliorer son jeu de tête défensif et il est encore trop gentil dans les duels, trop propre. S'il n'a pas disputé les quatre dernières rencontres, c'est en raison de sa blessure qui le priva de deux journées. Par la suite, comme on marquait beaucoup et que l'équipe encaissait peu, j'ai préféré le laisser récupérer complètement ". " Il s'est affirmé cette saison grâce à sa présence physique énorme. Il dispose de tous les atouts pour évoluer à un échelon supérieur. Mais, par rapport à La Louvière, il a appris ici qu'il y a une pression constante qu'il doit gérer un peu mieux. Il a un très bon jeu de tête défensif mais peut améliorer ses headings offensifs. Il doit aussi surveiller sa reconversion car il se laisse encore trop perturber par les événements. Il a tendance à arrêter son action. Son jeu est basé sur une débauche d'efforts importante, ce qui peut expliquer qu'il ait terminé le championnat fatigué. Mais on peut se montrer satisfait de son apport. Il a alterné le très bon et le bon et il ne faut pas oublier qu'il possède une marge de progression terrible. Quand il est arrivé, j'étais intimement convaincu qu'il allait s'imposer. Il doit encore se montrer plus malin et éviter de commettre des fautes inutiles. Mais cela fait partie de son esprit positif. Il veut récupérer le ballon à tout prix. Il ne doute de rien. Assurément un bon point pour lui au même titre que sa combativité et sa bonne course ". " Il dégage un charisme extraordinaire, de la présence, de la personnalité, le tout doté d'un caractère malin. A ce poste (arrière central gauche), il s'est inscrit comme un des meilleurs si pas le meilleur. Lui pense que sa meilleure place se situe à l'arrière gauche mais je n'en suis pas persuadé. Il ne m'a jamais déçu dans l'axe. Ce qui fait que j'ai toujours voulu le conserver à cette position. Même quand Philippe Léonard était absent pour ne pas trop bouleverser la défense. C'est certainement un joueur polyvalent mais il a fait de grandes choses dans l'axe. Sa force, c'est l'anticipation. Il jaillit et devance son adversaire. Mais il peut encore soigner son jeu de tête et sa relance. Il a déjà montré que quand il s'appliquait, il pouvait fournir une bonne passe. Il veut faire les choses trop vite même si c'est par bonne volonté. Mais il est encore trop précipité. Il ne se libère pas assez et peut paraître à certains moments trop tendu ou trop crispé ". " Pour moi, il s'agit d'une certaine surprise. Je ne pensais qu'il allait revenir aussi vite à niveau. Il est rentré dans l'équipe, quinze jours après sa reprise, lors du match de Coupe d'Europe contre Bochum. Et il s'est montré tout de suite à la hauteur de la situation. Léonard, c'est l'expérience, la vista, la force tranquille alliée à un formidable pied gauche. Il s'est fondu dans le groupe. Ce n'est pas quelqu'un qui crie beaucoup. Il est davantage de la trempe des leaders naturels, ceux qui en imposent sur le terrain sans devoir élever la voix. En dehors des terrains, il s'agit également d'un garçon tranquille. Son placement est toujours excellent et c'est un joueur très dur dans les duels. Il ne lâche pas facilement sa proie. Par contre, par moments, il pourrait également nous apporter un peu plus offensivement car il possède une bonne passe et un bon centre. Mais s'il ne le fait pas, c'est peut-être par souci de ne pas trop se découvrir de peur de ne pas savoir revenir à temps ". " C'est une grosse personnalité et c'est sans doute le joueur qui détient le plus gros potentiel. Dans toutes les rencontres, il monopolise deux à trois défenseurs sur lui. Il peut marquer mais c'est sa technique en mouvement, ses dribbles et ses enchaînements sans oublier ses centres millimétrés qui font la différence. C'est un leader sur le terrain et dans les vestiaires. Il parle avec les gens, va vers eux et sait maintenir une équipe unie. Défensivement, il a fait son boulot mais c'est avant tout la première rampe de lancement offensive. Il demande systématiquement le ballon et pour certains joueurs, c'est devenu naturel de le lui donner. C'est pour cette raison que l'équilibre de l'équipe a penché à droite durant un certain temps. Par contre, il doit apprendre certaines réalités de notre football. Il prend la mouche beaucoup trop vite. Il est tellement volontaire qu'il ne contrôle par toutes ses réactions. Cela peut nous coûter très cher comme sa suspension lors du deuxième test match à Genk. Mais, c'est le défaut de ses qualités en quelque sorte ". " C'est devenu l'équilibre de l'entrejeu. Il est tout de suite rentré dans l'équipe, à la suite de son transfert de La Louvière, au mercato hivernal. Je ne pense pas qu'il s'agisse du joueur qui effectue la plus sale besogne. Pour moi, c'est Karel Geraerts, qui doit aller vers l'avant et revenir sans cesse. Assou peut se concentrer sur la récupération et la construction. Il dispose d'une très bonne technique et d'une fameuse intelligence de jeu ce qui lui permet d'être à la bonne place pour ratisser. Il possède un caractère positif. Il ne se laisse pas marcher sur les pieds mais reste tranquille dans beaucoup d'occasions. Par contre, il devra améliorer son jeu de tête, important à la place à laquelle il évolue. Il est encore trop tendre dans les duels où il doit se montrer plus dur. Néanmoins, il reste sur une bonne saison, récompensée par une première sélection en équipe nationale du Cameroun ". " Comme Assou-Ekotto avec le Cameroun, il a vu sa fabuleuse saison se terminer par une première convocation chez les Diables Rouges. Il s'inscrit comme la grosse révélation du championnat et de notre formation en particulier. Il est devenu un maillon important. Et cela, il le doit à son travail car il se donne énormément à l'entraînement. Il s'est trouvé, au Standard, dans un environnement favorable à son épanouissement et il a su saisir sa chance. Je l'ai découvert en début d'année et je me suis fait une idée de son gabarit et de son potentiel au fil des semaines. C'est un infiltreur qui ne calcule jamais. Par rapport à Assou, il a des consignes plus offensives. Et il sait se muer en finisseur comme en témoignent ses nombreuses réalisations importantes. De plus, il fournit un travail défensif très bon. Il suffit de voir le nombre de ballons qu'il récupère. Il est au four et au moulin tant défensivement qu'offensivement, et cela grâce à une capacité physique énorme. Par contre, il manque de vitesse d'exécution à certains moments et il peut améliorer son pied gauche ". " Il s'est gravement blessé et cela nous a privé de lui de nombreux mois. Il a manqué de rythme durant de longues semaines, lors du deuxième tour mais il est revenu à son meilleur niveau. J'ai essayé de le relancer progressivement et on en a bien eu besoin dans les dernières rencontres. Ce fut notre atout lors des deux tests matches contre Genk. Dommage que tout le monde n'ait pas pu l'imiter. Son talent est indéniable. Il déstabilise, élimine deux à trois défenseurs par sa faculté de dribbler. Il s'agit indéniablement d'un atout... pour la saison prochaine. De plus, c'est un gentleman qui a énormément travaillé pour pouvoir boucler la saison en beauté. Son caractère gentil ne l'empêche pas de servir de leader. Il conseille et met les gens en confiance. Au départ de l'année, je pensais évoluer en 4-3-1-2 avec Wamberto à la place de Moreira, juste derrière les deux attaquants à sa place préférée. Finalement, je l'ai mis un peu à toutes les sauces. Il a évolué comme deuxième attaquant, comme numéro dix, à droite, à gauche (avant l'arrivée de Rapaic). Il a une grande capacité à s'adapter à la position qu'on lui donne sans jamais rechigner ". " Joueur talentueux qui nous a apporté énormément. Mais, il a fallu qu'il s'adapte au football belge. Il a compris qu'en perte de balle, il fallait travailler. Mais je trouve qu'il a bien réussi à assimiler cette donnée. Et au fil des mois, il a accompli sa tâche défensive. Mais, il fut évidemment davantage tranchant sur le plan offensif grâce à ses passes incisives et ses centres du pied gauche excellents. Il a su faire balancer une rencontre comme lors du match de championnat contre Genk ou à Beveren. Par contre, il doit s'appliquer sur son jeu de tête et est encore trop gentil dans les duels. Il ne fait pas vraiment partie des leaders de cette formation. Il a un caractère tranquille et est relativement taiseux. On a affaire à un garçon intrinsèquement gentil. Il faut juste parfois le stimuler et lui donner la confiance ". " Il détient une détente verticale phénoménale et a tout de même inscrit 14 buts. Mais avec davantage de conviction, il en marquait au moins cinq en plus. Il a manqué de constance. Il avait pris un envol terrible mais n'a pas continué sur sa lancée. C'est une sorte de pivot, très fort dos au but. Il sait garder le ballon pour permettre à la deuxième ligne d'en profiter. Il doit perfectionner son pied gauche et doit apprendre à se montrer plus réaliste. Mais il est jeune et dispose d'une marge de progression terrible. Il peut s'améliorer à tous les niveaux. Ce qui lui permettra de corriger sa lucidité. Il aura alors toutes les capacités pour devenir un grand centre avant ". Propos recueillis par Stéphane Vande Velde" Conceiçao prend la mouche trop vite "