Samedi, Tottenham a dominé Stoke City mais ne s'en est pas moins incliné. C'était un instant mémorable car un an plus tôt, une défaite identique, déjà contre Stoke, avait signifié la fin du manager espagnol Juande Ramos chez les Spurs. Ceux-ci s'étaient inclinés 2-1en ayant terminé la joute à neuf. Ils étaient derniers avec deux unités sur 24. Ramos fut remplacé par Harry Red-knapp.
...

Samedi, Tottenham a dominé Stoke City mais ne s'en est pas moins incliné. C'était un instant mémorable car un an plus tôt, une défaite identique, déjà contre Stoke, avait signifié la fin du manager espagnol Juande Ramos chez les Spurs. Ceux-ci s'étaient inclinés 2-1en ayant terminé la joute à neuf. Ils étaient derniers avec deux unités sur 24. Ramos fut remplacé par Harry Red-knapp. Un an plus tard, Redknapp a enrôlé, en l'espace de deux campagnes de transferts, Peter Crouch, Jermaine Defoe (suspendu samedi) et Niko Kranjcar, il a déjà suivi 39 matches du banc et son bulletin est positif : il a remporté 19 de ces 39 rencontres, a concédé 8 nuls et perdu 12 fois. Pareil bilan permet de terminer parmi les cinq ou six premiers d'une saison normale en Angleterre. Cependant, Redknapp, qui fait toujours l'objet d'une enquête judiciaire pour fraude fiscale, ayant gagné de l'argent lors du transfert de Crouch, sans l'avoir signalé, vise plus haut. Son noyau recèle des qualités et a d'ailleurs livré cinq joueurs au noyau élargi de l'Angleterre pour les qualifications du Mondial et ses riches propriétaires mènent une gestion salariale saine. Les Spurs sont aux mains d'Enic, une société d'investissement dont le principal actionnaire, Joe Lewis, possède la quatrième fortune du football anglais. Redknapp veut atteindre le top quatre. Ce n'est pas une sinécure car depuis le début de ce millénaire, seuls deux clubs ont brisé l'hégémonie de Liverpool, Chelsea, Arsenal et Man. United : en mai 2003, Newcastle a terminé troisième et en 2005, Everton a été cinquième. Tottenham s'est approché de cette place magique à une reprise : en 2006, il a dû la céder à Arsenal, lors de la dernière journée. Les Coupes ne constituent même pas des prix de consolation : depuis 2000, Portsmouth, sous la direction de Redknapp, est le, seul challenger à avoir gagné la Cup, en 2006, tandis que la Coupe de la Ligue, moins cotée, est revenue à Blackburn, Middlesbrough et Tottenham, les autres éditions allant aux membres du top quatre traditionnel. Tottenham a toujours connu un passage à vide après ses exploits. Il invoque l'étroitesse de son stade. White Hart Lane, avec une capacité de 36.310 sièges, ne lui permet pas de rivaliser avec les ténors. Une bonne gestion et un management adroit pourraient pallier le problème, du moins selon Redknapp. VINCENT KOMPANY (23 ans) a paraphé un nouveau contrat à Man. City, jusqu'en 2014. Il est par ailleurs guéri de sa blessure à l'orteil. City attend toujours le retour de Robinho, victime d'une fracture de stress. BLACKBURN s'intéresse à Dieumerci Mbokaniet compte faire une offre en janvier. MIDDLESBROUGH, pensionnaire de D2, a pris congé de Gareth Southgate. Le président Gibson lui avait maintenu sa confiance après la relégation mais les supporters l'ont hué et les résultats sont décevants, même si le club reste dans le premier peloton. Lundi dernier, Gordon Strachan a pris le relais. DAVID MOYES (Everton) a défendu ses joueurs après le revers 5-0, un record, à Benfica. Onze footballeurs étaient blessés et un seul défenseur évoluait à son poste habituel. Séamus Coleman, un espoir irlandais de 21 ans qui effectuait ses débuts, était chargé de neutraliser Javier Saviola. Marouane Fellaini a disputé l'intégralité du match. CHELSEA a demandé la levée de l'interdiction de transfert qui pèse sur lui jusqu'en 2011 suite à des problèmes lors du transfert d'un jeune. Le club s'est pourvu en appel. Il saura en novembre si la levée est acceptée. Si c'est le cas, il a l'intention d'être très actif sur le marché des transferts. LIVERPOOL. Avant l'affiche contre Man. United, les supporters de Liverpool ont effectué une marche de protestation contre les propriétaires américains de leur club. CRAIG BELLAMY le joueur de Man City qui est un habitué des faits divers, serait au centre d'une nouvelle affaire de violence. Selon le Sun, le Gallois aurait donné un coup de poing au visage d'un supporter de Manchester Utd descendu sur la pelouse lors du derby. PETER T'KINT