Notre capitale

BRIAN HAMALAINEN (28 ans) : Un Danois qui habite dans la capitale, n'hésitera pas à crier : Tu es un paysan du Jutland ! Dans l'autre sens, on entendra : Tu es un nanti de Copenhague ! Je ne suis ni l'un ni l'autre. Le Jutland est une presqu'île danoise qui a une frontière avec l'Allemagne. Copenhague est située sur l'île de Sjaelland, la plus grande île du Danemark. J'ai grandi à Allerod, une petite ville dans le nord du Sjaelland, une région que l'on appelle la Suisse danoise. S'il existe des rivalités entre les Danois de la capitale et ceux du Jutland, le Sjaelland reste neutre. On ne prend pas parti, ni pour l'un ni pour l'autre.
...

BRIAN HAMALAINEN (28 ans) : Un Danois qui habite dans la capitale, n'hésitera pas à crier : Tu es un paysan du Jutland ! Dans l'autre sens, on entendra : Tu es un nanti de Copenhague ! Je ne suis ni l'un ni l'autre. Le Jutland est une presqu'île danoise qui a une frontière avec l'Allemagne. Copenhague est située sur l'île de Sjaelland, la plus grande île du Danemark. J'ai grandi à Allerod, une petite ville dans le nord du Sjaelland, une région que l'on appelle la Suisse danoise. S'il existe des rivalités entre les Danois de la capitale et ceux du Jutland, le Sjaelland reste neutre. On ne prend pas parti, ni pour l'un ni pour l'autre. Depuis Allerod, on rejoint Copenhague en une demi-heure, en train. Mais je n'aime pas trop la mentalité de la capitale. Je suis d'un naturel calme, il en faut beaucoup pour que je m'énerve. C'est le cas de la plupart des Danois. Mais, lorsqu'on pénètre dans un rayon autour de la capitale, on a plus de chances de rencontrer des gens au tempérament plus chaud. Les gens de Copenhague se remarquent rapidement : ils marchent différemment, s'habillent différemment et utilisent plus souvent l'argot. J'étais encore jeune lorsqu'il a arrêté sa carrière, mais j'ai toujours admiré la technique et la vista de Michael Laudrup. Si Zinédine Zidane démontre encore aux entraînements du Real Madrid qu'il n'a rien perdu de sa technique, Laudrup a aussi conservé de beaux restes. Je l'ai remarqué en regardant des images de la période où il coachait Swansea : son toucher de balle est resté exceptionnel. Mais on ne peut pas considérer Laudrup comme un héros national. Au Danemark, il existe ce que l'on appelle jantelov. C'est un code qui régit le comportement. L'idée de base est : ne pensez pas que vous soyez meilleur qu'un autre. La société danoise est basée sur ce principe. Nous formons un seul pays et un seul peuple : chacun doit aider son semblable, par exemple en payant ses impôts, afin de permettre à chaque Danois de mener une existence décente. Au Danemark, le culte de l'adoration n'existe donc pas. Et cela se remarque aussi sur un terrain de football. On trouve peu d'individualistes dans le football danois. Prenez le cas de Christian Eriksen à Tottenham : un joueur très talentueux, mais il n'a pas cet ego que d'autres footballeurs de sa classe étalent au grand jour. Notre fête nationale est appelée Grundlovdag. La Grundlov (la consitution, ndlr) est le ciment de la société danoise. Selon elle, les droits appartiennent au peuple. À partir du moment où la Grundlov a été votée, une seule personne, comme le roi par exemple, ne peut plus décider de votre sort. Les accusés ont toujours droit à un procès équitable et sont jugés par le peuple. Le Grundlovdag rappelle donc le jour où les Danois ont eu leur mot à dire dans le système judiciaire de leur pays. Les Danois ne travaillent pas le jour de la fête nationale, mais ils ne célèbrent pas l'événement comme peuvent le faire les Suédois ou les Norvégiens. J'aime beaucoup la côte, y compris la côte belge. Ce qui est agréable, au Danemark, c'est que le pays compte de nombreux kilomètres de côte et que la plage n'est jamais très éloignée, où que l'on se trouve. Depuis ma région, au nord du Sjaelland, je peux rejoindre rapidement la mer et je ne m'en prive pas, avec mes amis, mais la région que je préfère, c'est le nord du Jutland. Lonstrup, par exemple, où il y a moins de monde et où l'on a plus de place. Lorsque j'ai découvert Lonstrup, j'ai directement eu le coup de foudre. Les parents de ma femme y ont une résidence d'été et j'essaie de m'y rendre au moins une fois par an. Ce n'est pas là qu'on trouvera des discothèques. Certains diront qu'il n'y a rien à faire là-bas, mais je trouve l'endroit phénoménal. La nature est fantastique, la vue sur l'océan est à couper le souffle et l'espace qui s'ouvre devant vous offre un incroyable sentiment de liberté. L'eau n'est pas assez chaude pour s'y baigner, mais c'est l'endroit idéal pour pêcher, se promener ou faire du mountain-bike. Kristof De Ryck