La seule chose qu'on doit exiger avant ces play-offs, c'est de voir de bons matches de foot, non pollués par des gestes anti-fairplay ou carrément de violence.
...

La seule chose qu'on doit exiger avant ces play-offs, c'est de voir de bons matches de foot, non pollués par des gestes anti-fairplay ou carrément de violence. Bref. Il faut, dès le départ, que les arbitres protègent les attaquants. Ce que Frank De Bleeckere, ex-home-referee notoire, ne fit pas il y a un an au décisif Genk-Standard. Sans vouloir dire que la faute de Chris Mavinga sur Mehdi Carcela était volontaire, c'était un black-out avéré du défenseur français de Genk sur les conséquences possibles de sa tentative de dégagement. Il percuta sauvagement la face du flanc du Standard et ne prit qu'une jaune ! Conséquences : une longue revalidation pour le Liégeois qui n'est peut-être toujours pas redevenu ce qu'il était et peut-être la perte d'un titre pour les Rouches. Bref. C'est en repensant à tout ça (et sans préjuger des velléités d'un Wasyl à encore lever le coude) qu'on a pensé à cette couverture très sixties. Make Foot Not War. Messieurs : faites du foot, pas la guerre. Faites-nous plaisir en vous faisant également plaisir. Mais ne soyons pas naïfs : quand les matches se répètent et que les enjeux se resserrent, il faut avoir de la chance pour s'imposer (comme le Genk de Vercauteren grâce - aussi - au duo Courtois-Kennedy) ou se montrer plus malin. Normalement, dans tous les play-offs du monde et dans tous les sports qui les pratiquent, les qualités s'érodent sous l'effet d'autres facteurs. Le premier étant l'expérience. L'équipe qui a le plus de vécu est celle qui s'énerve le moins et qui récupère le mieux : c'est celle qui est la plus capable de jouer à son niveau, ce qui compte sur la longueur. L'intox joue aussi : quand le Club Bruges dit qu'Anderlecht sera champion, il ne faut pas le croire. Mais si le Standard le dit, bien... A Sclessin, on ne rêve plus du titre depuis longtemps. A Bruges, bien. Bref. Les Mauves n'ont que trois points d'avance sur le Club et Daum n'en dort plus. Tout peut aller sehr schnell. Et Anderlecht le sait. Il doit espérer que Suarez soit totalement rétabli de ses problèmes de genou. Jova ne devrait plus jouer à la carte dans ces circonstances. Mais un joueur qui a l'habitude de le faire est-il capable de tenir en mode Engagement Total sur 10 matches ? Bref. La lutte entre les Mauves et le Club méritera d'être vécue. D'autant que le Standard jouera au juge de paix en accueillant les deux favoris en deuxième et troisième journées. Une occasion unique pour les gars de Sclessin de se re-profiler à leur meilleur niveau et de sauver leur saison en se qualifiant pour l'Europa League. Genk est dans le même cas et pourrait surprendre parce qu'il possède un nouveau duo offensif en plein boum comme De Bruyne-Benteke. Pour Gand et Courtrai, ce sera très difficile de sortir d'un rôle de faire-valoir. Bref. Dans les play-offs 2, l'intensité a encore baissé avec l'obtention de la Coupe par Lokeren. Une équipe de plus qui ne sera pas trop motivée. Remporter le barrage de PO2 n'a pas de sens pour l'équipe de Maes puisque le barrage avec le 4e des PO1 pour le quatrième passeport européen ne peut améliorer son niveau d'accès à l'Europa League. Pour tous ces clubs qui repartent à égalité de points, la motivation européenne ne jouera sans doute à fond que pour le Cercle, déçu de ne pas être en PO1, et le Zulte Waregem d'un Dury toujours très ambitieux. On aimerait aussi voir Mons grandir à cette occasion. Scifo pourra en tout cas en profiter pour encore plus installer son jeu pour la saison prochaine. Et qui sait : l'appétit viendra peut-être en mangeant. Bref. Pour sa troisième édition, les play-offs à la belge vont à nouveau valoir par ceux du top, les autres vont se traîner et le plus pénible, ça va à nouveau être les PO3. Qu'on mette très vite fin aux souffrances d'un Saint-Trond qui risque d'être à 6 points de Westerlo samedi soir... PAR JOHN BAETE" Make Foot Not War. Messieurs, faites-nous plaisir... "