Le week-end passé, le derby madrilène entre l'Atlético et le Real (1-2) a dû être interrompu à la 64e minute pour soigner... l'arbitre ! Clos Gomez a décidé d'arrêter temporairement la partie parce qu'il souffrait d'une crampe au mollet droit. Une chose est sûre : il n'avait pas pris de corticoïdes. Impossible qu'il se soit fait doper ! Le docteur Fuentes n'a donc pas sévi chez les arbitres. On ne sait jamais avec lui... C'est quand même une situation très drôle. A mon avis, Gomez n'avait pas encore cuvé tout l'alcool qu'il avait ingurgité la veille.
...

Le week-end passé, le derby madrilène entre l'Atlético et le Real (1-2) a dû être interrompu à la 64e minute pour soigner... l'arbitre ! Clos Gomez a décidé d'arrêter temporairement la partie parce qu'il souffrait d'une crampe au mollet droit. Une chose est sûre : il n'avait pas pris de corticoïdes. Impossible qu'il se soit fait doper ! Le docteur Fuentes n'a donc pas sévi chez les arbitres. On ne sait jamais avec lui... C'est quand même une situation très drôle. A mon avis, Gomez n'avait pas encore cuvé tout l'alcool qu'il avait ingurgité la veille. Milan Baros est passé cet été à Galatasaray. La saison passée, il évoluait encore lors du premier tour à Lyon, mais avait été prêté en janvier à Portsmouth. Le premier novembre 2007, il avait été flashé à 271 km/h avec sa Ferrari à Trévoux, dans l'Ain. Il a été jugé pour son délit en avril 2008. Au lieu de lui retirer son permis - ce qui n'aurait eu aucune conséquence pour Baros vu qu'il ne jouait plus en France, le tribunal a décidé d'immobiliser son bolide pour une période de six mois dans un garage. Il vient de récupérer sa Ferrari et doit payer les frais de gardiennage. Ça ne rigole pas en France ! Apparemment, le Tchèque n'était pas l'ami de Sarko... ou avait peut-être été l'amant de Carla Bruni. Il faut aussi parler du règlement de comptes qui a eu lieu entre le ministre des Sports français, Bernard Laporte, et le président de l'UEFA, Michel Platini. Suite aux sifflets qui ont accompagné la Marseillaise au début de la rencontre France-Tunisie, le gouvernement français a décidé que désormais, en pareil cas, la rencontre serait interrompue et que tous les représentants du gouvernement quitteraient le stade. Il a aussi été question de la perte des trois points pour l'équipe dont les supporters auraient sifflé l'hymne national. Suite à ces déclarations, Platini a précisé que le gouvernement n'agissait pas du tout dans le cadre de ses compétences et que tout ce tralala n'était que de la récupération politique. De toute façon, de telles mesures ne changeront absolument rien. Il faut laisser agir l'UEFA. Et il faut quand même préciser que les sifflets qu'il y a eu au Stade de France n'étaient en rien du racisme. Quand l'équipe black-blanc-beur a remporté la Coupe du Monde 1998, tout le monde trouvait que le multiculturalisme était fantastique. Mais quand les jeunes des quartiers crient leur désespoir parce qu'ils se sentent abandonnés par la France, on se plaint comme jamais. C'est n'importe quoi... Dire que c'est du racisme, c'est encore plus pitoyable. Ces mecs-là ne savent plus s'ils sont des Français ou des Tunisiens ou aucun des deux. Ils sont complètement perdus. Les politiques n'ont que la monnaie de leur pièce. En fait, c'est un peu comme si on sifflait la Brabançonne jouée par Toots Thielemans parce que l'on n'aime pas l'harmonica. C'est juste du mécontentement que l'on exprime. Par contre, les trois supporters italiens qui ont brûlé le drapeau bulgare lors du match Italie-Bulgarie, ça c'était vraiment de la haine raciale ! De la pure connerie. Ils se sont d'ailleurs fait arrêter. Le président de Bolton, Nat Lofthouse, a décidé que pour remplir son stade, il... remplirait la panse de ses supporters. Le Reebok Stadium compte 29.000 places mais on ne compte généralement que 22.000 supporters lors des rencontres. C'est la raison pour laquelle il a décidé d'offrir une bière gratuite pour chacun des 1.000 premiers supporters qui achèteraient un billet. Nous, dans nos stades, on est passé à la bière sans alcool pour les matches de l'équipe nationale. En Angleterre, apparemment, on fait le chemin inverse. C'est dire en quelque sorte : - Murgez-vous et mettez-vous sur la gueule ! A Mouscron, une telle opération ne pourrait pas fonctionner car les supporters hurlus boivent d'office des bières avant le match. Le chancelier autrichien, Alfred Gusenbauer, a fait les comptes de l'Euro 2008. L'Etat autrichien a touché 12 millions d'euros en recettes fiscales complémentaires. Et 415 millions d'euros ont profité à l'économie autrichienne. En ces temps de krach boursier et de crise du pouvoir d'achat, on ferait mieux d'être solidaires à 100 % avec Alain Courtois et son projet de Coupe du Monde en Belgique et aux Pays-Bas. Beaucoup le prennent pour un fou, mais ce sont vraiment des imbéciles. Un tel événement serait une manne de ressources et de retours commerciaux pour notre économie. 415 millions d'euros, c'est vraiment un chiffre qui doit interpeller ! En First Division anglaise (l'équivalent de notre D2), il y a de nouveau eu des suspicions de truquage de matches et notamment lors de la rencontre Norwich- Derby County. Il y a apparemment eu des gros montants pariés en Asie. Si la fédération anglaise est aussi rapide que l'Union Belge pour traiter ce cas de tricherie, le foot anglais n'est pas sorti de l'auberge. Il n'y a finalement qu'en Italie que les clubs sont condamnés. Bizarre... par stéphane pauwels