Lundi dernier, Andreas Brehme (41 ans) fut le premier coach de Bundesliga remercié. L'ex-défenseur international est le bouc émissaire tout désigné du mauvais début de saison de Kaiserslautern. En trois matches, le club n'a pris qu'un petit point, beaucoup trop peu pour un club qui ne cache pas ses ambitions européennes. Ceci, ajouté au fait que le 1.FCK a raté une qualification européenne la saison dernière, a coûté sa place à celui q...

Lundi dernier, Andreas Brehme (41 ans) fut le premier coach de Bundesliga remercié. L'ex-défenseur international est le bouc émissaire tout désigné du mauvais début de saison de Kaiserslautern. En trois matches, le club n'a pris qu'un petit point, beaucoup trop peu pour un club qui ne cache pas ses ambitions européennes. Ceci, ajouté au fait que le 1.FCK a raté une qualification européenne la saison dernière, a coûté sa place à celui qui compte 86 sélections en Mannschaft. Le club espère secrètement créer l'électrochoc et solutionner la crise en renvoyant Brehme. C'est aussi un monument du club qui disparaît. L'ancien joueur avait succédé à un Otto Rehhagel encensé début octobre 2000. Lors de sa première saison, Kaiserslautern avait atteint la demi-finale de la Coupe UEFA, mais par après les prestations sont demeurées en demi-teinte. La saison dernière, l'équipe s'est même payée le luxe de louper la qualification européenne pour l'UEFA lors des deux dernières journées. C'est pourquoi le départ de Brehme ne constitue pas vraiment une grosse surprise. La crise a aussi fait des victimes au niveau de la direction. Le président Jürgen Friedrich, qui était le dernier soutien de Brehme au sein de la direction, a donné sa démission et a été directement remplacé par Gerard Herzog et Erwin Göbel. C'est un véritable gage de loyauté qu'a montré Friedrich puisqu'il avait déclaré qu'il quitterait le club au cas où Brehme s'en irait. Le départ de Friedrich fait en sorte que l'opposition au sein des hautes sphères du club se renforce, puisque la branche Unser FCK (sous l'impulsion de Andreas Kirsch et de l'ex-attaquant Olaf Marschall) acquiert un plus grand pouvoir. Elle vise une restructuration rapide du club et souhaite un accord avec le directeur du FC Bâle René C. Jäggi, qui emmènerait alors avec lui l'entraîneur Christian Gross. Au niveau politique, ce débat est également très chaud. Ainsi, Kurt Beck, le ministre-président de Rhénanie-Pfalz, a réuni toutes les parties concernées. Hans-Peter Briegel devra assurer l'intérim en tant que directeur sportif et éteindre les feux qui couvent, et ce jusqu'au 15 octobre, date de la réunion annuelle. L'entraîneur-adjoint Karl-Heinz Emig prend provisoirement les rênes de l'équipe alors que l'ex-joueur danois Michael Schjönberg passe des Juniors B à l'équipe fanion en tant qu'assistant. (F.Van Heule)BELGA