Il y a deux mois, victime d'une grave chute à Sels, Christophe Brandt a échappé de peu à la mort. Il s'est occasionné une fracture du bras et de quatre côtes. L'une d'entre elles a perforé un poumon et endommagé un rein, au point qu'il a fallu le lui enlever. On le disait fini pour le cyclisme. Pourtant, Brandt travaille d'arrache-pied à sa revalidation. Mieux encore : il est déjà remonté à vélo.
...

Il y a deux mois, victime d'une grave chute à Sels, Christophe Brandt a échappé de peu à la mort. Il s'est occasionné une fracture du bras et de quatre côtes. L'une d'entre elles a perforé un poumon et endommagé un rein, au point qu'il a fallu le lui enlever. On le disait fini pour le cyclisme. Pourtant, Brandt travaille d'arrache-pied à sa revalidation. Mieux encore : il est déjà remonté à vélo. Christophe Brandt : " Jusqu'à présent, ma rééducation se déroule très bien, comme les médecins l'avaient prévu. Je ne ressens pratiquement plus aucune douleur dans la vie de tous les jours. Par contre, durant l'effort, mes côtes se rappellent encore à mon souvenir mais ce n'est rien en comparaison de la douleur que je ressentais il y a quelques semaines. Je m'adonne à des sorties tranquilles de deux heures. J'ai toujours des séances de kinésithérapie pour mon bras et mon coude. Je nage. Vraiment, huit semaines après cette chute, je suis dans les temps ". Brandt est même revenu plus vite que prévu. Il ne pouvait remonter à vélo qu'en décembre. " Oui, je suis en avance. Il est difficile d'estimer le temps nécessaire à la guérison de ce genre de blessures. L'essentiel est de me refaire une condition physique, sans brûler les étapes. J'ai encore un long chemin à parcourir avant de redevenir un vrai cycliste professionnel. Les derniers pour cent seront les plus difficiles à récupérer ". Premier objectif, le stage de l'équipe à la mi-décembre. " C'est ambitieux mais il faut placer la barre haut. Quant aux compétitions... J'entamerai la saison comme tous les autres, comme si rien n'était arrivé. Je ne sais pas si c'est réaliste. D'ici là, ma rééducation peut s'accélérer ou au contraire m'obliger à lever le pied ". Le coureur devra juguler sa peur, même s'il ne semble pas trop anxieux. " Lorsque je suis remonté à vélo pour la première fois, j'ai cru que j'aurais peur des voitures mais ma sortie s'est bien passée. Ce n'est pas encore comme avant : je suis très prudent. D'ici un mois, je pense que je négocierai les virages comme avant car je reprends confiance sortie après sortie ". Sa femme, sa fille et sa famille l'ont évidemment soutenu mais Brandt a aussi pu compter sur l'ensemble de l'équipe. " Tout le monde m'a téléphoné, m'a rendu visite. J'ai été agréablement surpris de recevoir tant de messages de coureurs d'autres formations et de tas de gens que je ne connaissais pas. Il semble que ce qui m'est arrivé ait touché les gens. Cela m'a beaucoup aidé ". par LOES GEuENS