Les play-offs sont un non-sens ! se désolait Bram Nuytinck voici peu. Réaction classique du gars désavantagé par un concept inhabituel : alors que si la même formule était en vigueur partout en Europe, personne ne moufterait ! Relax, Bram : les compètes sont truffées de bien d'autres iniquités passées dans nos moeurs. En coupe, il y eut d'abord le coup du but à l'extérieur devenant prépondérant en cas d'égalité supposé récompenser l'équipe la plus conquérante hors de ses bases : ça n'est devenu qu'une couillonnade avérée/acceptée. Car perdre 2-1 en déplacement et gagner 1-0 chez toi ne te transforme nullement en généreux propagandiste du foot offensif !
...

Les play-offs sont un non-sens ! se désolait Bram Nuytinck voici peu. Réaction classique du gars désavantagé par un concept inhabituel : alors que si la même formule était en vigueur partout en Europe, personne ne moufterait ! Relax, Bram : les compètes sont truffées de bien d'autres iniquités passées dans nos moeurs. En coupe, il y eut d'abord le coup du but à l'extérieur devenant prépondérant en cas d'égalité supposé récompenser l'équipe la plus conquérante hors de ses bases : ça n'est devenu qu'une couillonnade avérée/acceptée. Car perdre 2-1 en déplacement et gagner 1-0 chez toi ne te transforme nullement en généreux propagandiste du foot offensif ! En coupe toujours, Bram, si le score est le même à l'aller et au retour, te voilà parfois contraint de prester en déplacement une demi-heure supplémentaire qui peut t'être fatale ! Mais devine ce que sera ta récompense si tu endures ces prolongations sans rien encaisser ? Eh bien, ton équipe abordera les tirs au but, scénario ô combien stressant, et tu stresseras au beau milieu d'une foule huante qui ne souhaite que ton plantage. J'oubliais : si jamais tu arrives malgré tout jusqu'à la finale sur terrain prétendument neutre, il arrive que ce terrain neutre soit situé dans le pays, voire dans le stade, de ton adversaire ! Bram, ne viens-je pas de citer trois fameux non-sens, là ? Y'en a aussi en championnat classique, depuis l'adoption de la victoire à trois points. Supposons qu'Anderlecht termine invaincu avec 20 victoires, et 10 matches nuls via lesquels on ne partage plus un enjeu précisé. Et supposons qu'il se fasse coiffer par le Standard (tu l'auras deviné) parce que les Rouches ont gagné 25 fois, même s'ils se sont fait défoncer à cinq reprises, dont deux fois par tes potes et toi. Ça aussi, c'est du non-sens qui te ferait râler des barres, non ? Et le système des trois tranches ? Tu t'en fous parce que tu prestes au top, Bram, mais moi pas ! Imagine deux équipes : l'une régulière sur toute une saison, terminant deuxième sans avoir raflé de tranche ; l'autre raflant une tranche parce qu'elle a brillé lors des dix premiers matches, avant d'être nulle durant les vingt suivants au point de frôler la relégation. Eh bien, lors du mini-tour final, bien plus mini que tes play-offs, la trancheuse peut griller la régulière ! Encore un non-sens pour ta collection. Sans oublier qu'on peut aussi, rarement mais ça arrive, se faire dézinguer par tirage au sort. Cool, Bram, tout ça est parfois à ton avantage... et tu oublieras alors que ton pauvre rival s'est fait entuber en toute légalité ! It's only a game, avec de petites injustices comptables, imaginées pour mieux nous exciter : nos play-offs et leur suspense ont au moins le mérite d'y arriver, mieux que certains exemples supra ! C'est en somme une excitation saine parce que pré-établie, comparée à celles éprouvées inopinément au cours des matches eux-mêmes, lors d'interprétations arbitrales discutables, d'erreurs objectives ou d'antijeu récompensé : par exemple si ton team joue momentanément à dix parce qu'un de tes potes est soigné sur la touche suite à une agression...et si son salopard d'agresseur/adversaire direct en profite pour te planter au fond l'unique but du match ! Amertume atroce. Yes, nos play-offs sont alambiqués. Mais faudrait pas croire que notre Ligue Pro est ainsi championne du monde des trucs tordus. En Série B italienne, le troisième dispute avec les trois suivants des barrages pour la montée...sauf qu'il peut monter directement s'il a au moins 10pts d'avance sur le quatrième. En D1 argentine, il y a deux champions par an, le premier du championnat d'ouverture, et le premier du championnat de clôture...et je n'ai toujours pas compris comment on les départage ! Quant aux annuels relégués là-bas dans la pampa, ils sont désignés à la moyenne des points sur les trois derniers championnats... ce que proposa notre Lokeren voici deux ans ! Hein ? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Réfléchis, Bram : ça permet de papoter calculs, quand les 0-0 nous font bâiller d'ennui... " Les tranches, c'est pas tout aussi tordu, ça ? "