Année de fondation : 1921
...

Année de fondation : 1921 Président : Antonio Salvador da Costa Rodrigues Stade : Estadio AXA (30.286 places) Site : www.scbraga.pt Transfert le plus cher : Roland Linz (1,1 million d'euros, Boavista, 2007) Palmarès : 1 Coupe Saison passée en CL : - Qualification : Udinese (1-1, 1-1, 5-4 a.p.) A suivre : Hugo Viana Produit du Sporting, comme tant d'autres bons joueurs, Hugo Viana était promis au plus bel avenir lorsque à 19 ans, il quitta Lisbonne pour Newcastle. Mais en Angleterre, il connut l'échec, comme il allait le connaître plus tard en Espagne (Valence et Osasuna). Entre ces deux expériences, un retour par la case départ avec une finale de Coupe UEFA à la clé. Viana ne se sentirait-il bien que dans son pays ? Toujours est-il que c'est depuis son retour à Braga en 2009 que ce joueur stylé mais un peu lent distille à nouveau ses assists et ses coups-francs. Cet été, il a même regagné fortuitement sa place en sélection. Braga est une équipe habituée à voir ses stars partir et à reconstruire chaque année, notamment en allant chercher des Brésiliens méconnus qui s'imposent rapidement. Cet été, c'est Lima, le buteur, qui est allé chercher fortune à Benfica. Il sera remplacé par Eder, un joueur qui a livré une bonne saison avec Académica et possède la même caractéristique : il est capable d'aller rechercher le ballon loin derrière, puis de surgir devant le but. Car si Braga peut compter sur des garçons comme Alan ou Ruben Micael (un ex-espoir du FC Porto qui a échoué à l'Atlético Madrid) pour assurer une reconversion rapide, l'équipe continue de miser avant tout sur un jeu défensif solide, organisé autour de l'intransigeant Custódio et de l'expérimenté Hugo Viana. Ces deux-là font office de premiers remparts devant une défense centrale robuste ( Douglão, Paulo Vinicius ou l'ex-joueur du Standard Nuno André Coelho) avec des arrières latéraux rapides. Une surprise cette saison : ce n'est plus l'expérimenté Quim qui défend les filets mais Beto, un ex-espoir de Leixões qui n'avait pas réussi à s'imposer au FC Porto. Le Portugal est, avec les Pays-Bas, le pays dont les entraîneurs s'exportent le mieux. José Peseiro ne fait pas exception à la règle puisque, depuis son départ du Sporting en 2006, il a entraîné Al Hilal, le Panathinaikos, le Rapid Bucarest et l'équipe nationale d'Arabie Saoudite. Sans trop de succès cependant. Au Portugal non plus, l'ex-adjoint de Carlos Queiroz au Real Madrid n'est pas (encore) reconnu comme une sommité, son seul fait d'armes ayant été d'amener le Sporting en finale de la Coupe UEFA. Parviendra-t-il à maintenir Braga dans le Top 3 du football portugais ?