M bark Boussoufa a reçu le prix quand il jouait encore à Gand, en 2006. Des trois nominés, il est le seul à avoir déjà levé le trophée. Il a pour rivaux Dieumerci Mbokani, qui vise aussi le classement des buteurs, et Bryan Ruiz, la perle sud-américaine de La Gantoise.
...

M bark Boussoufa a reçu le prix quand il jouait encore à Gand, en 2006. Des trois nominés, il est le seul à avoir déjà levé le trophée. Il a pour rivaux Dieumerci Mbokani, qui vise aussi le classement des buteurs, et Bryan Ruiz, la perle sud-américaine de La Gantoise. Guillaume Gillet retient une image forte du magicien marocain : " C'est fantastique quand il saute à pieds joints sur le ballon et y reste un moment. Il le fait de temps en temps à l'entraînement mais il a aussi osé le geste en match. Personne d'autre n'a jamais fait cela en Belgique. Cela ne sert à rien, c'est juste pour épater la galerie, mais c'est formidable. Quand on le voit faire ça, on sait qu'il baigne dans la confiance. C'est le cas depuis le début du deuxième tour. L'entraîneur l'a déplacé plus dans l'axe et on voit que ça lui convient mieux. Il fait tout depuis qu'il joue à cette place : il donne des assists, il marque des buts, il réussit des mouvements techniques inimitables. En technique pure, c'est le joueur le plus doué du championnat. " Gregory Dufer : " Ses qualités me plaisent, mais il n'y a pas que cela. J'aime aussi sa façon de rester très simple. Quand on joue à Anderlecht et qu'on a reçu le Soulier d'Or, on peut avoir tendance à planer, à prendre les gens de haut. Rien de tout cela chez Boussoufa. Il ne fait pas la différence dans le rectangle comme Mbokani ou Ruiz, mais c'est le meilleur passeur des trois. " Igor de Camargo met le doigt sur la Boussoufa-dépendance à Anderlecht : " On l'a vu pendant tout le deuxième tour. Anderlecht a absolument besoin de lui pour être bon. Si ce joueur n'est pas dans sa meilleure forme, c'est toute l'équipe qui souffre. On ne connaît pas ce problème au Standard : quand un joueur est absent, c'est compensé par le reste de l'équipe. On en a eu plein de preuves depuis le début de la saison parce que nous n'avons pas été épargnés par les blessures, les suspensions, et il y a aussi eu des départs. Je serais curieux de voir où en serait Anderlecht si Boussoufa était parti il y a deux ou trois mois. Notre équilibre collectif est meilleur. " " J'ai joué avec Mbokani, ce type est phénoménal ", dit Dufer. " Même quand il est complètement isolé devant, il parvient à faire la différence. Et pas seulement contre les petites équipes du championnat : il sait aussi se montrer décisif face à Liverpool ou Everton. "Olivier Renard : " Des trois nominés, Mbokani est celui qui mérite le plus le trophée, ne fût-ce que pour compenser sa déception du Soulier d'Or. Après avoir conduit le Standard au titre, il a confirmé et peut terminer meilleur buteur. " Igor de Camargo : " S'il n'est pas élu Footballeur Pro de l'Année, je ne comprends plus rien. Il a été exceptionnel en Coupe d'Europe, il est indiscuté au Standard, il fait une super saison. Il a tout : la force, la technique, la faculté de garder le ballon. On peut le lancer comme pivot ou comme deuxième attaquant, il sera toujours intenable. Aucun autre attaquant en Belgique n'a son niveau. "" La Belgique va vite devenir trop petite pour lui ", pense Gillet. " Il ne lui manque absolument rien pour éclater dans un grand championnat. Il y ferait aussi des dégâts. C'est l'attaquant le plus complet. " On imagine déjà une réaction épidermique du Congolais s'il n'est pas sacré. Après le Soulier d'Or, ses déclarations avaient fait la Une. Pour lui, le racisme expliquait son mauvais classement. Gillet : " Il a tort de raisonner comme cela. Axel Witsel n'est pas tout blanc... Boussoufa non plus... Mais ils ont quand même reçu le Soulier d'Or. Moi, je trouve qu'il méritait plus le trophée que Witsel parce qu'il a encore apporté plus au Standard, mais je ne mets pas sa défaite sur le compte du racisme. Et de toute façon, à partir du moment où on n'a pas le prix, ça ne sert plus à rien de s'exciter. On ne retient quand même que le gagnant, alors il ne faut pas râler si on terminer septième plutôt que deuxième. " " Voir Ruiz contrôler un ballon de la poitrine, puis partir dans une série de dribbles, c'est un vrai spectacle ", affirme John Collins. " Il est capable de faire la décision lui-même, il dribble, il centre, il est beau à voir. " " Il est déjà dans un bon environnement à La Gantoise mais il a assez de qualités pour jouer encore plus haut, en Belgique ou à l'étranger ", estime Renard. " Il a des points communs avec Boussoufa et Mbokani : ils dribblent et assurent le spectacle, mais ils apportent aussi de l'efficacité. Des dribbleurs inutiles, j'en connais. "" Sur le plan technique, c'est le meilleur en Belgique ", pense Dufer. " Ruiz est le meilleur joueur de Gand depuis deux ans. Et c'est le joueur le plus élégant du championnat. Son style lent et son dribble facile, c'est un régal. Aucun autre joueur ne semble dribbler aussi aisément. Il n'a pas la rapidité de Mbokani, il ne cherche pas à aller droit au but comme lui, il se fait remarquer d'une façon fort différente. "Igor de Camargo a aussi plus qu'un faible pour Ruiz : " Son jeu tout en finesse est impressionnant, il a l'art de voir très vite quel adversaire est le mieux placé et lui envoyer un caviar dans les pieds. Et s'il ne trouve pas la bonne personne, il décide de faire la différence. Il y a une Ruiz-dépendance à Gand comme il y a la Boussoufa-dépendance à Anderlecht. "Gillet : " Je l'ai eu comme coéquipier à Gand. Ce gars-là ne se contente pas d'être brillant sur la pelouse. Quand il est arrivé, il ne parlait ni anglais, ni néerlandais, ni français. Mais il communiquait quand même avec tout le monde. Je ne sais plus trop comment. Il voulait s'adapter directement dans le groupe, et après un mois, il se débrouillait en anglais. Ruiz est un vrai gentil. Point de vue football, il part déjà avec un atout important : il est gaucher. On peut le mettre à n'importe quel poste offensif. Et personne en Belgique ne protège mieux le ballon. Il a un peu le même style que Boussoufa mais il est encore plus fort devant le goal, notamment parce que sa taille lui permet d'être bon dans le jeu de tête. "par pierre danvoye