Le sélectionneur espagnol, InakiSaez, est peu connu du grand public à l'étranger. Ce Basque n'a jamais été un joueur de renom, plutôt un formateur dans l'âme. Lorsqu'il remisa les chaussures à crampons, il entama une carrière d'entraîneur dans son club de toujours, l'Athletic Bilbao. Comme un certain JavierClemente, qui fut également sélectionneur de l'équipe nationale, avant lui. Il fut le directeur du centre de formation du club, à Lezama : une école extrêmement performante, puisque beaucoup de joueurs de Bilbao en sont issus.
...

Le sélectionneur espagnol, InakiSaez, est peu connu du grand public à l'étranger. Ce Basque n'a jamais été un joueur de renom, plutôt un formateur dans l'âme. Lorsqu'il remisa les chaussures à crampons, il entama une carrière d'entraîneur dans son club de toujours, l'Athletic Bilbao. Comme un certain JavierClemente, qui fut également sélectionneur de l'équipe nationale, avant lui. Il fut le directeur du centre de formation du club, à Lezama : une école extrêmement performante, puisque beaucoup de joueurs de Bilbao en sont issus. Si le club n'aligne que des joueurs basques, ça ne l'empêche pas de se qualifier régulièrement pour une compétition européenne au sein d'un championnat aussi relevé que la Liga. Par la suite, il entraîna également Las Palmas et Albacete. Jusqu'à ce que... Javier Clemente, précisément, l'appelle à la fédération. Il y enrichit sa carte de visite de plusieurs trophées prestigieux conquis avec les jeunes : le Championnat d'Europe des û21 ans en 1998, le Championnat du Monde des û20 ans en 1999, la médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000 et enfin le Championnat d'Europe des û20 ans en 2002. Lorsque José Antonio Camacho, aujourd'hui entraîneur du Real Madrid, remit son tablier après une Coupe du Monde 2002 décevante pour la Selección, il prit en charge l'équipe nationale A. Pour se qualifier pour l'EURO 2004, il a dû se farcir un match de barrage contre la Norvège à cause d'une défaite surprise subie à domicile contre la Grèce qui se retrouvera à nouveau sur la route des Espagnols ce mercredi. On ne lui en a pas tenu rigueur : il vient de resigner pour deux ans. L'Espagne, si elle domine généralement son groupe éliminatoire, va rarement très loin dans un grand tournoi. Les quarts de finale se révèlent souvent un obstacle impossible à franchir. Mais cet EURO 2004 pourrait être celui des Ibères. En raison de la qualité de son équipe, mais aussi parce qu'ils évolueront quasiment à domicile. " Pour l'instant, le jour le plus important pour moi, c'est le 4 juillet : le jour de la finale ", dit-il. " J'espère être toujours au Portugal à ce moment-là ". La délégation espagnole a établi ses quartiers à Guimaraes, dans le nord du Portugal, et s'entraîne à Braga. " Si l'on excepte la blessure de MichelSalgado, la préparation s'est très bien déroulée ", affirme Inaki Saez. " Durant la première semaine au Portugal, on s'est surtout efforcé de parfaire la condition physique. Le premier match d'un tournoi est souvent déterminant pour la suite, il s'agissait donc d'être fin prêts pour affronter la Russie, samedi ". Comme tout le monde, Inaki Saez estime que l'Espagne et le Portugal sont les principaux favoris du groupe A et que l'équipe portugaise n'a plus de secrets pour lui. " Je connais parfaitement les systèmes de jeu qu'elle utilise. Le Portugal recèle de grandes qualités collectives et individuelles. Individuellement, je retiens surtout LuisFigo, un joueur extraordinaire. Il a la classe, l'expérience et un tempérament de vainqueur. Il est capable de mener le Portugal vers la victoire. Je me méfie aussi de RuiCosta, Simao et Pauleta, également des joueurs redoutables. Les résultats du Portugal, en période de préparation, n'ont pas été extraordinaires, mais cela ne veut rien dire. Ce sont surtout des matches où l'on effectue des essais et où les joueurs veulent se mettre en évidence pour gagner leur place dans la sélection. Lorsque les matches officiels sont là, le contexte est différent. Le Portugal est fort, mais il devra gérer une très forte pression inhérente au fait de jouer à domicile. S'il maîtrise cette pression, le soutien du public peut devenir un atout redoutable ". Saez est décidé à utiliser 14 joueurs lors de chaque match, c'est-à-dire procéder aux trois remplacements autorisés. Il compte aussi effectuer un maximum de rotations. " C'est nécessaire, parce qu'un Championnat d'Europe est une compétition très dure, comparable à une Coupe du Monde. Il faut donner tout ce qu'on a dans le ventre lors de chaque rencontre, afin de venir à bout d'adversaires très costauds. Pour cela, chacun doit être au mieux physiquement. Dans le groupe de joueurs que j'ai sélectionné, chacun a un rôle à jouer. Tout le monde est important. Certes, il y a une équipe de base, mais au fur et à mesure que l'on avancera dans le tournoi, elle pourra subir des modifications. Il est très important, lors d'un match, de pouvoir laisser souffler les joueurs qui ont beaucoup donné, et c'est pourquoi les remplacements sont essentiels ". Daniel Devos" JE PENSE AUX REMPLACEMENTS dès maintenant "