Cette année, Wimbledon retrouvera du piment avec les présences de Justine Henin et de Kim Clijsters. Emiliano Bonfigli commentera la compétition avec Philippe Dehaes et Christophe Delheille sur Club RTL (finales sur RTL-TVI).
...

Cette année, Wimbledon retrouvera du piment avec les présences de Justine Henin et de Kim Clijsters. Emiliano Bonfigli commentera la compétition avec Philippe Dehaes et Christophe Delheille sur Club RTL (finales sur RTL-TVI). Ces deux retours, c'est du pain bénit pour les audiences ? Emiliano Bonfigli : Les matches d'Henin ont toujours boosté le public. Après son départ, c'est devenu un peu plus compliqué. Mais les grands joueurs attirent les téléspectateurs. Tout comme les finales. Il y a deux ans, le duel entre Roger Federer et Rafael Nadal avait suscité un terrible emballement. Le match s'était poursuivi jusque dans la soirée, au point de s'intercaler dans la tranche du prime-time. Malgré cela, vous commenterez les matches en studio depuis Bruxelles. C'est toujours un peu frustrant. Sur place, tu ressens différemment l'événement. J'assiste aux conférences de presse, je collecte les anecdotes, etc. Mon commentaire est plus vivant. Mais le plaisir sera quand même au rendez-vous. Il y a pire comme boulot, hein ! De plus, Martin Soyer sera, lui, à Londres pour réaliser des reportages destinés à la radio, à la télé et à notre site web. Vous subirez aussi la concurrence de la Coupe du Monde. Il y a deux ans, nous avions déjà connu cette situation avec l'Euro. Les horaires nous étaient favorables. Les matches de foot étaient disputés en soirée, quand la journée à Wimbledon était achevée, ou presque. Cette fois-ci, il y aura des confrontations dans l'après-midi. Tout dépendra des pays en lice. Si Justine joue, je pense que les gens regarderont. On peut également s'attendre à ce que les gens zappent lors des mi-temps. Puis, le tennis et le football drainent des publics différents. A Londres, il n'y aura pas de compromis : au sein de l'enceinte, aucun match du mondial ne sera diffusé sur les écrans géants. Même ceux de l'Angleterre ! Les responsables veulent éviter de déforcer leur produit et empêcher d'éventuels débordements. Ce sera votre troisième Wimbledon. Vous êtes devenu le Monsieur tennis de RTL ?Pour ce qui est du commentaire en direct, oui. C'est mon rayon. J'adore faire vivre un événement. Pour les reportages sur place, il y a une tournante lors des tournois entre Soyer, Julien Modave, etc. Même si, cette année, nous n'avons envoyé personne à Roland-Garros à cause des coûts supplémentaires engendrés par les élections. Le contrat de RTL arrive à échéance. Sera-t-il prolongé ? Le retour des filles est un événement positif. Mais la décision finale est du ressort de Laurent Haulotte. Je n'en sais pas plus.