" J'ai d'abord pensé que c'était une plaisanterie mais l'ordinateur me l'a confirmé : après sept ans, j'étais à nouveau le numéro un mondial ", a déclaré Timo Boll au Frankfurter Allgemeine Zeitung, après avoir relayé son compatriote Dimitrij Ovtcharov en tête du classement mondial.
...

" J'ai d'abord pensé que c'était une plaisanterie mais l'ordinateur me l'a confirmé : après sept ans, j'étais à nouveau le numéro un mondial ", a déclaré Timo Boll au Frankfurter Allgemeine Zeitung, après avoir relayé son compatriote Dimitrij Ovtcharov en tête du classement mondial. C'est étrange et surtout inattendu, puisqu'il n'a plus disputé de tournoi depuis plusieurs semaines. C'est que les joueurs qui le précédaient au classement - Ovtcharov et Fan Zhendong - ont perdu quelques matches en World Team Cup et donc des places. Début janvier, Thomas Weikert, le président de la fédération internationale de tennis de table (ITTF), avait pourtant modifié le règlement pour que les défaites pèsent moins lourdement, histoire de ne pas décourager les joueurs de participer à certains tournois. En vain. Le président allemand était critiqué depuis quelques mois car des concurrents de Boll et d'Ovtcharov l'avaient accusé d'avoir adapté le règlement pour favoriser ceux-ci. Ils affirmaient que le fait que deux Allemands soient en tête, pour la première fois depuis belle lurette, ne pouvait relever du hasard, puisqu'ils étaient remontés suite à ce changement. " Foutaises. Le nouveau mode de calcul ne prend en compte que les huit meilleurs résultats des douze derniers mois. C'est durant cette période qu'ils ont été les plus performants et en plus, ils ont profité du différend qui oppose les meilleurs joueurs chinois à leur fédération ", contre Weinkert. Ma Long, Xu Xin et Fan Zhendong sont sur pied de guerre avec la fédération chinoise depuis le mois de juillet, depuis qu'elle a décidé de bombarder Liu Guoliang, leur coach depuis 2003, au poste de vice-président. Le trio a délibérément perdu le tournoi de Chengdu, ce qui a valu à chaque joueur une amende de 16.000 euros de la part de l'ITTF et une suspension par leur fédération. Ils n'ont donc plus pu jouer pendant des mois. " Ça nous est égal. Nous n'avons même pas envie de nous rebeller. Lio, tu nous manques ", ont écrit les trois joueurs sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. On a remarqué les suites de cette querelle à la Men's World Cup de Liège. Les Chinois ont raté leur tournoi et Boll s'est emparé de la médaille d'or en finale contre Ovtcharov. " Une journée historique pour le tennis de table allemand ", a noté le Frankfurter Allgemeine Zeitung, pour lequel Boll est revenu sur son nouveau statut. " Je suis devenu numéro un pour la première fois il y a quinze ans, à 22 ans. Pouvoir encore rivaliser avec les meilleurs est incroyable. " Mais l'habitant le plus célèbre d'Erbach, une bourgade de Hesse, relativise son succès. " J'ai la grande chance d'avoir été épargné par les blessures. Ensuite, j'ai profité de l'absence des Chinois. Loin de moi l'idée de me proclamer meilleur joueur du monde. "