Après cinq saisons passées au Lierse, trois autres à Roda, trois autres encore à Vitesse, Bob Peeters, qui fut de la campagne éliminatoire pour le Mondial 2002 au Japon, a posé ses valises sur les îles Britanniques. Il évolue à Millwall, club de la banlieue de Londres, en Division One.
...

Après cinq saisons passées au Lierse, trois autres à Roda, trois autres encore à Vitesse, Bob Peeters, qui fut de la campagne éliminatoire pour le Mondial 2002 au Japon, a posé ses valises sur les îles Britanniques. Il évolue à Millwall, club de la banlieue de Londres, en Division One. Bob Peeters : Vitesse Arnhem connaît de sérieux problèmes financiers. La direction souhaitait réduire la masse salariale. Je faisais partie des gros contrats, j'étais encore lié avec elle jusqu'en juin 2006. Un jour de la deuxième quinzaine d'août, on m'a demandé si un transfert en Division One anglaise m'intéressait. J'ai dit pourquoi pas, mais j'ai souhaité disputer Vitesse-Ajax, avant d'aller négocier dans les Iles. J'avais fait la préparation avec Vitesse et je voulais porter une dernière fois le maillot dans un beau match. Je n'ai disputé que les vingt dernières minutes et nous avons été battus 1-2. En huit jours, tout était réglé. J'ai eu besoin de voir mes nouveaux équipiers, entendre le discours du président et de l'entraîneur, avant de signer pour trois saisons. J'ai 29 ans. Je veux réaliser mon vieux rêve d'évoluer en Premier League pour mes 30 ans. Pas du tout. Heureusement que vous m'apprenez qu'il évolue au Brussels, car depuis mon arrivée, il ne se passe pas un jour ici sans qu'on me demande où il a abouti. J'étais incapable de le dire. Kinet était apprécié du public. Nous avons évolué ensemble en équipe nationale des Espoirs. J'ai disputé sept matches. J'en ai entamé six dès le début, le septième, c'était chez nous face à Crystal Palace. L'entraîneur avait préféré aligner des éléments plus petits, plus vifs. A un quart d'heure du terme, c'était 0-1. J'ai été lancé dans la bagarre, j'ai égalisé et l'entraîneur est venu... s'excuser pour sa faute tactique ! J'ai aussi inscrit deux autres buts face à Gillingam. J'ai retrouvé une dose de plaisir supplémentaire. En Hollande, le jeu est plus tactique, plus technique. En Angleterre, on calcule moins. Les équipes se valent, les résultats sont étriqués. Les joueurs vont sans cesse au contact, mais proprement. Il y a aussi moins de simulation et l'arbitre laisse beaucoup jouer. J'ai déjà reçu deux cartes jaunes, parce que je me laissais emporter par ma fougue. J'évolue comme premier attaquant pivot, à côté d'Harris, un ancien joueur de Liverpool. Derrière moi, il y a aussi Dennis Wise, qui a évolué à Chelsea. Il doit y avoir six nationalités différentes dans notre onze. Beaucoup de joueurs d'expérience... (Ph. Bughin)