Bob Peeters (31 ans) tente de savourer deux semaines de repos, après une saison presque exclusivement consacrée à sa rééducation. La saison prochaine, l'ancien Diable Rouge espère atteindre les playoffs de la First Division avec Millwall.
...

Bob Peeters (31 ans) tente de savourer deux semaines de repos, après une saison presque exclusivement consacrée à sa rééducation. La saison prochaine, l'ancien Diable Rouge espère atteindre les playoffs de la First Division avec Millwall. Bob Peeters : Nous nous y étions préparés, surtout au vu des résultats décevants que nous avons accumulés à un moment donné. Nous avons pris dix points sur douze lors des quatre derniers matches mais c'était trop tard. Nous devons avoir la franchise de dire que nous ne méritions pas les playoffs. Il n'y avait pas assez de musique dans l'équipe. La défense était bonne mais nous n'avons pas développé un football pétillant en attaque. Nous manquions d'automatismes, notamment à cause des longues blessures de plusieurs éléments mais nous n'avons pas retiré le maximum de nos possibilités, c'est clair. Nous avions plus de capacité footballistique et d'élan la saison passée, nous jouions plus au sol, aussi. Tim Cahill est le caïd à Everton pour le moment. C'est éloquent : son départ nous a coûté des buts et beaucoup de qualités. Au début, Dennis Wise trépignait d'impatience. Je suis entré à cinq minutes de la fin contre Leeds mais après une mi-temps en Réserve, j'ai dû jouer 35 minutes contre Wigan. Il était prévu que je débute le match contre Coventry mais la veille du match, j'ai été victime d'un virus gastrique. Le matin, le médecin du club m'a fait une piqûre et m'a donné des médicaments contre la nausée et la diarrhée, ce qui a fait que je n'avais plus aucun ressort. Je l'ai expliqué par téléphone à l'entraîneur. Il a répondu que je devais venir, malgré l'avis du médecin. Moi, je ne voulais pas jouer à 40 % de mes moyens après 15 mois d'indisponibilité et je l'ai dit à Wise. Il ne l'a pas accepté et je n'ai plus joué une seule minute jusqu'à la fin de la saison. Oui, je l'avais contrarié et il s'est vengé. Il m'a reproché de ne pas vouloir jouer. C'était faux, évidemment, car je connais bien mon corps. A domicile, contre Burnley, j'ai pu entrer au jeu 35 minutes, le match s'est ouvert et le public a scandé mon nom. J'ai été élu homme du match. J'ai ainsi démontré que Wise avait tort, ce qu'il ne supporte manifestement pas. On le sentait venir. Il ne voulait pas travailler avec lui. Wise avait un bon contrat de joueur mais il arrive à échéance et n'est pas prolongé. C'est décisif car Ray Wilkins assumait la majeure partie du coaching. Nous allons avoir tout un nouveau staff. Ce que je sais, c'est que nous avons rendez-vous le 26 juin à l'aéroport d'Heathrow, pour une tournée de 18 jours en Australie. Fort peu de choses. Comme joueur, il était fantastique dans le vestiaire mais il n'a pas d'expérience comme entraîneur. Il ne sait pas prendre de décisions ni jauger une situation. Je lui reproche aussi de ne pas m'avoir autorisé à me faire opérer en Belgique la première fois. Depuis lors, nous ne sommes plus en bons termes mais il avait l'avantage du pouvoir. Theo Paphitis devait tout savoir et tout régler. Son raisonnement était simple : - Je paie, donc je décide. Burnige n'apporte pas d'argent et prend ses décisions en concertation avec le conseil d'administration. On ne pourra plus acheter de joueur sans que l'entraîneur le sache. Mais je m'entendais bien avec Paphitis car il était convaincu de mes qualités footballistiques. Je pense que oui. On ne prolongera pas certains contrats de joueurs et on va miser sur les jeunes. Nous avons beaucoup de talents. Comme à Vitesse, je dois aider les autres. Après Barry Hayles, je suis le plus ancien, je suis sous contrat jusqu'à la fin de la saison prochaine et je veux prouver que je peux encore jouer un rôle déterminant. Mon pied est complètement guéri, je n'en souffre plus et je retrouve mes sensations. Je suis affûté. Ma dernière entrée au jeu m'a donné un coup de fouet. J'espère être épargné par les blessures pendant la préparation. par Fréderic Vanheule" Le 26 juin, nous entamons une tournée de 18 jours en Australie "