Bob Peeters (31 ans) a passé des mois pour se rétablir de son opération au pied subie en août. Il a payé la revalidation de sa poche. La semaine passée, l'avant est retourné à Millwall, qu'il espère aider à rejoindre la Premier League.
...

Bob Peeters (31 ans) a passé des mois pour se rétablir de son opération au pied subie en août. Il a payé la revalidation de sa poche. La semaine passée, l'avant est retourné à Millwall, qu'il espère aider à rejoindre la Premier League. Bob Peeters : J'ai été bien accueilli ! Tout le monde était content de me revoir. Je n'étais plus revenu au club depuis novembre. Remonter sur le terrain m'a procuré un sentiment indicible. J'ai repris l'entraînement avec la Réserve, pour me réhabituer au rythme et à l'esprit de groupe. Ils courent beaucoup et travaillent plus intensément la condition. Normalement, je dois rejoindre le noyau A cette semaine. Tout dépend de la réaction de ma cheville. Je ne veux pas y aller trop brutalement pour éviter toute rechute. Je peux adapter moi-même mon programme. En effet. L'après-midi, nous pourrons aller un peu dans le rouge, ensemble. Je veux rejouer le plus vite possible mais il me faudra au moins un mois pour retrouver le niveau voulu et m'affûter. Les gens s'intéressent à mon sort. Le président et l'entraîneur ont déjà demandé quand je serai à nouveau disponible. Il faut plus de concurrence au sein de l'équipe et elle a manifestement besoin d'un solide avant. Mais je ne monterai pas au jeu à 60 ou 70 %. Il faut éprouver du plaisir à jouer, apporter un plus à l'équipe. Je ne veux pas être une souris grise. Nous venons de disputer la 31e journée. Je peux donc encore être décisif, puisqu'il nous reste près d'une demi-saison. Je vais disputer quelques matches avec la Réserve pour me tester dans les duels puis sans doute faire banquette et être utilisé comme joker. Nous devons finir le championnat entre la troisième et la sixième place et nous qualifier pour les playoffs. C'est dans nos cordes car nous sommes plus frais que la saison passée. Là, nous avions encore la finale de la FA Cup, qui nous a coûté des points en championnat. On ne peut absolument pas comparer le football de la First Division avec le jeu de la Premier League. C'est un championnat incroyablement difficile. C'est généralement l'équipe la plus physique qui s'impose. Regardez la BBC 2, le samedi, vous verrez combien de rencontres se décident dans les cinq dernières minutes. C'est incroyable. Ce sont de véritables combats. Difficile à dire. Nul n'est nerveux ici, en tout cas. C'est notre principal objectif mais la concurrence est rude. En plus, les playoffs ne sont pas faciles. Faites le compte : 46 matches de championnat plus huit rencontres. En Belgique, ça fait presque deux championnats complets ! Stackie a été opéré du genou et est indisponible pour quatre semaines encore. Il est un bon gardien même si on ne peut comparer le championnat belge à la First Division. Ici, un gardien livre beaucoup plus de duels in the box et ces luttes aériennes sont fréquemment décisives, très engagées aussi. Elles font régulièrement des victimes. Dennis s'entraîne avec nous. Ray Wilkins dirige toujours les séances. Dave Bassett a plutôt été engagé pour l'aspect tactique. Deux jours par semaine, le jeudi et le vendredi, il doit améliorer notre football via un shadow game. J'espère que nous exercerons bien les centres depuis les flancs et les corners pour que je puisse marquer de la tête ! par Fréderic Vanheule