C'est pas possible, ils lisent Foot Mag ! Le mercredi on parle d'eux et, comme par hasard, le week-end suivant, ils crèvent l'écran, explosent les défenses, perforent les buts. Bref, ils dynamitent, façon puzzle, leurs talents aux quatres coins de notre imaginaire dépassé par la réalité.
...

C'est pas possible, ils lisent Foot Mag ! Le mercredi on parle d'eux et, comme par hasard, le week-end suivant, ils crèvent l'écran, explosent les défenses, perforent les buts. Bref, ils dynamitent, façon puzzle, leurs talents aux quatres coins de notre imaginaire dépassé par la réalité. Il y a huit jours, je vous parlais de ces équipes nationales européennes avec plein de non-Européens dedans. De Balotelli, de l'Allemagne, etc. Cette Allemagne et ses Boateng Brothers. Quelle histoire ! Kevin Prince a redonné vie au Milan AC à Lecce. Un délice en forme de triplette en venant de la banquette. Une vraie réponse comme on les aime. Avec les pieds, sur le terrain. Jerome, lui, a ramené le goût de la défaite dans l'immense palais de l'ogre bavarois. Un supplice en forme de carte rouge. Les deux frères ont fait l'actualité de façon tellement opposée. Un peu à l'image de leur vie. Kevin Prince, 24 ans : Herta Berlin, Tottenham, Dortmund, Portsmouth, Milan AC. Jerome, 23 ans : Herta Berlin, HSV, Man City, Bayern. Impressionnant. Deux demi-frères qui ne font pas les choses à moitié tout en étant moitié-moitié. Le même père ghanéen mais pas la même mère allemande. Jerome a été élevé par son père dans les beaux quartiers de Berlin, Kevin Prince par sa mère dans les plus laids. Jérome joue pour l'Allemagne, Kevin pour le Ghana. Un pour papa... un pour maman. A défaut de se disputer la même mère, on se dispute la même patrie. Ils sont l'illustration parfaite d'un grand n'importe quoi, mais essayons de comprendre leurs choix. Kevin Prince a choisi le Ghana car il n'avait pas le sentiment d'être vraiment désiré par la Mannschaft. Faut dire, des -15 ans aux -21 allemands, il a souvent eu de gros problèmes de discipline. Faut dire aussi qu'un footballeur pro pense aussi (et surtout) à sa carrière. Il n'était pas sûr de jouer avec la Mannschaft mais certain de le faire avec les Black Stars. Etre international est important et rapporte aussi beaucoup d'argent. Jerome, le petit frère, a choisi l'Allemagne. Il joue au Bayern et a renié son grand frère qui s'en fout. Rappelez-vous la finale de la FA Cup 2010. Kevin Prince joue avec Portsmouth contre Chelsea. Fin de première mi-temps, il blesse Michael Ballack. Le capitaine de la sélection teutonne n'ira pas à la Coupe du Monde qui commence quelques semaines plus tard. On le constatera par après, Kevin a rendu service à l'Allemagne. En attendant, Jerome allume son frère et éteint la petite flamme fraternelle. Réponse de Kevin : " Pas grave, on a chacun sa famille. A chacun sa vie. " Sauf que la vie va les mettre face à face le 23 juin en Afrique du Sud. Allemagne-Ghana. Un Boateng dans chaque camp et pas d'incident. Un incident, Jerome en a eu un lors de son passage à Manchester City en décembre 2010 avec une bagarre à l'entraînement avec Mario Balotelli. Paraît qu'à l'époque, la baston à City, c'était toutes les semaines. Mais là, c'était avec " Gaston " Balotelli. Le gamin qui empile les gaffes aussi vite que les buts. Ah Mario, une vraie gueule de présumé coupable. L'insouciance d'un enfant qui ne veut pas prendre les responsabilités d'adulte que d'autres veulent lui faire assumer. Il y a deux mois : tribune de presse de Manchester United. A côté de moi, la TV italienne avec le délicieux Gianfranco Zola comme consultant. Un journaliste anglais lui demande ce qu'il pense de Balotelli car il veut faire un article positif sur Super Mario. Zola n'a pas le temps d'ouvrir la bouche que mon confrère italien hurle : " Dire des choses positives sur Balotelli ? IMPOSSIBLE " (sachez, quand même, que le gentil Zola a donné son numéro de téléphone au journaliste anglais). Le " méchant " Balotelli ne fait rien pour se faire aimer. On le lui rend bien. Mario, si tu te demandes - Why always me ?, c'est parce que tu es un adolescent au corps de titan. Parce que sur un terrain tu es un géant. Parce que tu déranges les bien-pensants. Ceux avec un £il sur la Madone et l'autre sur le calendrier Pirelli. Parce que tu vas devenir Grand. FRÉDÉRIC WASEIGE" Le foot, c'est une fabrique de Bien et de Mal comme une autre. Ce sont deux camps qui se font la guerre de façon symbolique. " Philipe Val Des trois, qui dérange le plus les bien-pensants ?