P atrick Ogunsoto (23 ans) connaît un début de compétition tonitruant en tant que buteur en Campine. Il confirme les qualités démontrées durant la préparation et son adaptation. Lors des trois premiers matches de championnat, il a marqué quatre fois, dont deux roses face à Anderlecht. Il semble donc connaître plus de difficultés avec la météo capricieuse qu'avec les défenseurs belges. " Le temps est vraiment bizarre ici. En juillet il a fait caniculaire et depuis le début du mois d'août c'est la pluie sans arrêt ".
...

P atrick Ogunsoto (23 ans) connaît un début de compétition tonitruant en tant que buteur en Campine. Il confirme les qualités démontrées durant la préparation et son adaptation. Lors des trois premiers matches de championnat, il a marqué quatre fois, dont deux roses face à Anderlecht. Il semble donc connaître plus de difficultés avec la météo capricieuse qu'avec les défenseurs belges. " Le temps est vraiment bizarre ici. En juillet il a fait caniculaire et depuis le début du mois d'août c'est la pluie sans arrêt ". La nouvelle coqueluche des supporters a joué en Grèce, à l'Ergotelis d'Héraklion. Mais avant d'en arriver là, il y eut tout un parcours du combattant : " J'avais déjà atterri en Grèce à l'âge de 17 ans, dans un club de D1, où suite à un problème de passeport je n'ai jamais pu y évoluer. Je suis donc retourné dans mon club de Julius Berger, au Nigeria, pour y terminer la saison. Un an plus tard, je reçus une autre proposition grecque, émanant de l'Aris Thessalonique. Mais là ils avaient des problèmes financiers et mon manager m'a déconseillé de rester. C'est ainsi que je me suis retrouvé en test à Ergotelis, où j'ai convaincu. Néanmoins, le club crétois n'avait pas les moyens de m'offrir un contrat et je suis parti à l'Apoel Nicosie, qui me louait à Héraklion. J'ai ensuite cassé mon contrat à Nicosie pour signer un contrat à Ergotelis Héraklion où j'ai évolué quatre saisons " Avec des succès : " Lorsque je suis arrivé, Ergotelis jouait en troisième division. La première année nous avons été promus en D2 et la deuxième saison nous décrochions notre passe-droit pour la D1 grecque. Nous avons fait la culbute l'année suivante pour remonter immédiatement lors de ma dernière année de contrat ". La participation du buteur nigérian n'est pas pour rien dans ce beau parcours. " Sur mes quatre années en Grèce, j'ai disputé environ 120 rencontres et inscrit 90 buts. La saison dernière, j'ai terminé meilleur buteur de D2 avec 21 goals ". Un avant aussi prolifique fait incontestablement l'objet de beaucoup de convoitises. L'attaquant originaire de Lagos n'a pas fait exception à la règle : " Deux équipes grecques voulaient s'attirer mes services : l'AEK Athènes et l'OFI Crète. Mais nous ne sommes pas parvenus à un accord financier. En Belgique aussi, cinq clubs montrèrent de l'intérêt : le Standard, le Club Bruges, le Germinal Beerschot, Lokeren et Westerlo ". En se basant sur le classement de la saison passée, la conclusion est qu'il a signé pour le club le moins bien classé. Pourtant l'attaquant aux cheveux teints en blond est convaincu d'avoir fait le bon choix : " C'était vraiment ma décision de signer à Westerlo. Je voulais absolument jouer et étais heureux du contrat qui m'était proposé. Tout est parfaitement organisé ici. C'est beaucoup plus important d'être heureux dans son club que de jouer la Ligue des Champions ou la Coupe de l'UEFA. C'est le critère numéro un pour moi. Il était aussi important que je puisse compter sur la présence de mes compatriotes Bosbam Elejiko, Emmanuel Sarki et Peter Utaka. Ça m'aide beaucoup dans mon intégration ". Avant d'arriver dans notre pays, Ogunsoto connaissait quelques joueurs " Bosbam, de Westerlo, et Ganiyu Owolabi qui a évolué à l'Antwerp. J'ai aussi joué avec Michael Nnaji du Lierse ". Ogunsoto est convaincu que Westerlo va connaître une saison excellente. " Nous avons une solide équipe dans laquelle je crois. L'an dernier l'équipe pointait à la quatrième place à mi-championnat après un premier tour splendide. Après la trêve, il y eut des problèmes. Je pense que cette fois, cela ne se reproduira pas. Si nous reprenons la ligne de jeu de la première moitié de compétition l'an dernier, nous terminerons en meilleure position. J'envisage même alors une place parmi les cinq premiers. Cela doit être l'objectif de notre groupe. La collaboration aux avant-postes avec Utaka et Bart Van den Eede se passe à merveille. Nous nous complétons. Et le noyau de 30 joueurs est de qualité homogène. Ceux qui sont sur le banc sont des remplaçants plus que valables. L'entraîneur Herman Helleputte croit en moi. Il me voulait dans son team et offre la chance de justifier cette confiance. Il me soutient dans mon adaptation et me parle beaucoup du football pratiqué en Belgique. Tout se passe comme je le souhaite pour le moment. Ce n'est pas évident d'arriver dans un nouveau championnat mais le fait de marquer très tôt dans la saison me confirme dans ma certitude que je vais réussir ici. Je dirais même plus : vous n'avez pas encore vu le meilleur Ogunsoto, je vous assure que je vais marquer encore plus ". " Il peut encore apprendre pas mal ", avance Helleputte. " Notamment quant aux bons choix à effectuer, mais son accélération sur les premiers mètres est impressionnante reste sa meilleure arme, bien qu'il ne rechigne pas à quitter les avant postes pour participer à la construction. C'est un excellent équipier et pas seulement avec les Africains. Sa mentalité est excellente et mon rôle avec lui est assez facile car il se borne à lui donner toute ma confiance ". Ogunsoto n'a donc pas tardé à rappeler un autre illustre Nigérian du club : Tosin Dosunmu, meilleur buteur de notre championnat la saison dernière avec le Germinal Beerschot après avoir été un buteur à succès en Campine : " Je connais Tosin et je sais que les gens disent que nous sommes le même type de footballeur. Je suis content pour lui qu'il ait rapidement trouvé le chemin des filets dans son nouveau club de Nancy. Nous avons ça en commun (il rit).Ces buts précoces pourront peut-être l'aider à jouer pour l'équipe nationale du Nigeria, les fameux Super Eagles : " Si mon équipe affiche de bons résultats en championnat, j'aurais mes chances d'être sélectionné. Je veux d'abord faire mes preuves à Westerlo. Je ne me tracasse jamais dans la vie. En Grèce, j'affrontais déjà des grandes équipes et j'ai même un jour marqué le but de la victoire contre l'Olympiacos, ce qui a mené les Athéniens à la crise. " Et ne comptez pas sur Ogunsoto pour s'ennuyer dans la petite ville de province coincée dont le c£ur balance entre Anvers et le Limbourg. " Il y a quelque temps, nous avons été pêcher avec l'équipe. J'ai terminé quatrième du concours, ex-aequo avec Gianni Convalle, un jeune promu dans le noyau A (fier). J'ai trouvé cela amusant et je vais certainement rééditer l'expérience tout seul. A Héraklion, pour tuer le temps entre les entraînements et les matches, je n'avais rien d'autre à faire que de jouer au billard ou au bowling ". Une chose est sûre, Ogunsoto ne sera pas un chien dans un jeu de quilles à Westerlo. BJORN BORGT