La défaite de la France en match amical face à la Slovaquie (1-2), le 1er mars, a fait naître des inquiétudes par rapport aux forces offensives bleues. Ce n'était certes que le premier faux pas de l'ère Raymond Domenech (8 victoires, 9 nuls, 1 défaite) et la Coupe du Monde est loin. Les internationaux se retrouveront à Tignes à la fin mai afin de préparer leur voyage allemand. Ils s'exerceront contre le Mexique, le Danemark et la Chine av...

La défaite de la France en match amical face à la Slovaquie (1-2), le 1er mars, a fait naître des inquiétudes par rapport aux forces offensives bleues. Ce n'était certes que le premier faux pas de l'ère Raymond Domenech (8 victoires, 9 nuls, 1 défaite) et la Coupe du Monde est loin. Les internationaux se retrouveront à Tignes à la fin mai afin de préparer leur voyage allemand. Ils s'exerceront contre le Mexique, le Danemark et la Chine avant d'aborder leur premier rendez-vous de la Coupe du Monde. Le coach des Bleus a déclaré : " J'ai en tête le liste des 23. Je connais mon équipe idéale, celle qui affrontera la Suisse le 13 juin et celle qui jouera la finale ". Domenech positive à fond. Mais a-t-il raison de le faire ou est-ce, en réalité, une façon de masquer les problèmes offensifs naissants de sa formation ? Adepte du 4-2-3-1, le coach des Bleus devrait avoir assez d'atouts offensifs avec David Trezeguet et Thierry Henry. Mais la moindre baisse de régime de ce duo pourrait fragiliser le secteur offensif. Derrière ce tandem, c'est l'incertitude. Domenech apprécie Nicolas Anelka (Fenerbahce) qui a été actif face à la Slovaquie mais pas décisif. Qui s'installera dans la roue du duo de rêve des Bleus ? Djibril Cissé devrait être le troisième larron. L'attaquant de Liverpool devra cependant régler un problème important : il n'a plus une cote d'enfer dans son club. Si son temps de jeu n'augmente pas en Angleterre, la donne se compliquera pour lui. Il n'a plus que la Premier League comme champ d'expression. Sylvain Wiltord et Florent Malouda sont souvent cités. Le Lyonnais détient un bel avantage : sa polyvalence. Peguy Luyindula est également candidat. Après la défaite slovaque, Titi calmait le jeu : " Si l'on retient le plan de jeu et les intentions, ce fut un de nos meilleurs matches. La France a tenté des choses et c'est pour cela qu'il ne faut pas tirer d'enseignements trop hâtifs ". Malgré tout ce que le Gunner dit, les interrogations offensives se font de plus en plus évidentes. La confiance du public à l'égard de son équipe nationale reste très importante. La L1 a retrouvé son rythme de croisière. Domenech l'observera attentivement et, le 15 mai, il inscrira plus facilement des défenseurs que des attaquants sur sa liste des 23 pour l'Allemagne. P. BILIC