Les neuf premières courses ont déjà été reportées ou annulées et depuis la semaine passée, le dixième Grand Prix, prévu en France le 28 juin, est menacé, le président Emmanuel Macron ayant interdit tous les grands événements publics jusqu'à la mi-juillet. Mais en coulisses, on étudie la possibilité de démarrer la saison de F1 au Circuit Paul Ricard (Le Castellet), mais sans public. Pour Ross Brawn, le directeur sportif de la F1, c'est une option tout à fait envisageable.

" Elle nous permettrait de redémarrer dans un cadre plus ou moins fermé. Les écuries arriveraient en charter et seraient conduites par groupes séparés au circuit. Mais seules les personnes testées et non contaminées seraient autorisées ", a expliqué Brawn à Sky Sports. " Je ne suis pas partisan de courses sans public, mais finalement, des millions de gens sont toujours obligés de suivre les Grands Prix à la télévision. Ça peut peut-être offrir une consolation à ceux qui sont malades et qui vivent dans l'isolement le plus complet depuis des semaines. "

Avec trois courses en un mois, Brawn espère pouvoir faire disputer les 19 Grands Prix, mais dans le pire des scénarios - une volée d'autres reports et donc un départ très tardif -, les statuts prévoient qu'il faut au moins disputer huit Grands Prix pour parler d'un " championnat complet ". " Cela signifie que nous devons reprendre la course au plus tard en octobre, à moins qu'on ne décide de prolonger une partie de la saison en 2021. Si ce n'est pas possible, entamer la saison au-delà du mois d'octobre n'a aucun sens. "

Les neuf premières courses ont déjà été reportées ou annulées et depuis la semaine passée, le dixième Grand Prix, prévu en France le 28 juin, est menacé, le président Emmanuel Macron ayant interdit tous les grands événements publics jusqu'à la mi-juillet. Mais en coulisses, on étudie la possibilité de démarrer la saison de F1 au Circuit Paul Ricard (Le Castellet), mais sans public. Pour Ross Brawn, le directeur sportif de la F1, c'est une option tout à fait envisageable. " Elle nous permettrait de redémarrer dans un cadre plus ou moins fermé. Les écuries arriveraient en charter et seraient conduites par groupes séparés au circuit. Mais seules les personnes testées et non contaminées seraient autorisées ", a expliqué Brawn à Sky Sports. " Je ne suis pas partisan de courses sans public, mais finalement, des millions de gens sont toujours obligés de suivre les Grands Prix à la télévision. Ça peut peut-être offrir une consolation à ceux qui sont malades et qui vivent dans l'isolement le plus complet depuis des semaines. " Avec trois courses en un mois, Brawn espère pouvoir faire disputer les 19 Grands Prix, mais dans le pire des scénarios - une volée d'autres reports et donc un départ très tardif -, les statuts prévoient qu'il faut au moins disputer huit Grands Prix pour parler d'un " championnat complet ". " Cela signifie que nous devons reprendre la course au plus tard en octobre, à moins qu'on ne décide de prolonger une partie de la saison en 2021. Si ce n'est pas possible, entamer la saison au-delà du mois d'octobre n'a aucun sens. "