" Voici une équipe disposée en 4-2-4 et qui mérite de quitter les livres d'histoire : Demeyer ; Ghyselinck, Van Maldeghem, Strobbe, Hostyn ; Bettens, Desmet ; Lambert, D'Haene, Stockman, Van Moerkerke. Le 31 mars 1968, elle a pris la mesure du Club Bruges : 1-0. Ce n'est pas le seul mérite de cette génération. Elle a largement contribué à placer Waregem sur l...

" Voici une équipe disposée en 4-2-4 et qui mérite de quitter les livres d'histoire : Demeyer ; Ghyselinck, Van Maldeghem, Strobbe, Hostyn ; Bettens, Desmet ; Lambert, D'Haene, Stockman, Van Moerkerke. Le 31 mars 1968, elle a pris la mesure du Club Bruges : 1-0. Ce n'est pas le seul mérite de cette génération. Elle a largement contribué à placer Waregem sur la carte du football belge. Sans ces gars-là, le stade du Gaverbeek n'aurait jamais vécu autant d'heures de gloire. Ils ont popularisé le foot dans ce qu'on appelle le Texas belge. Cette région s'est fortement industrialisée au cours des années '60 et des businessmen ont solidement soutenu le football, dont Waregem. Les résultats ne se sont pas fait attendre : ce club a disputé sa première campagne européenne en 1968-69. Ces inconnus ont sorti l'Atletico Madrid en Coupe des Villes de Foire. Il fallait le faire et le stade Arc-en-ciel était aussi bien fréquenté que l'hippodrome du coin le jour du célèbre Waregem Koerse, le Grand Steeple-chase des Flandres considéré comme la course d'obstacles la plus spectaculaire d'Europe. En 1968, Prudent Bettens ne se contenta pas de marquer le but de la victoire contre Bruges. En tant que médian défensif, il était bel et bien le maillon fort de cette formation coachée par Freddy Chavès. Bettens était ce qu'on appelle une belle plante. Il usait de cet atout en se faisant respecter. Ce pare-chocs se distinguait aussi par sa présence dans le jeu aérien, une belle technique et un tir à distance à décorner un troupeau de boeufs. Il se faisait en plus un malin plaisir de servir des attaquants comme Eric Lambert (le frère de Raoul Lambert) ou Jacky Stockman que j'avais connu et apprécié durant des années à Anderlecht. Bettens aurait pu vivre une belle carrière de Diable Rouge mais, à ce niveau, il était barré par Wilfried Van Moer, plus complet que lui. L'essuie-glace de Waregem a été retenu trois fois en équipe nationale. Sa dernière apparition date du 9 octobre 1968. A mon avis, il n'a pas oublié ce jour-là car la Belgique a pris la mesure de la Finlande (6-1) sur la pelouse de Waregem. Bettens était chez lui au stade Arc-en-ciel. J'ai pris part à cette rencontre. Il jouait à côté de Van Moer. Bettens aimait avoir le jeu devant lui et poussait sans cesse son équipe dans le camp adverse. A la fin de sa carrière, il a encore évolué au Cercle Bruges. A 66 ans, il suit régulièrement Zulte Waregem. En 1968, il y avait onze joueurs belges dans l'équipe de Waregem contre Bruges. Le football a beaucoup changé... "né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing) propos recueillis par pierre bilic