C'est le petit nom de la grande blonde qui stripteasa voici dix jours, pas frileuse au Freethiel, et prit durant la pause des poses au rond central. Cela c'était déjà passé à Genk voici deux saisons: avec à l'époque plusieurs filles, moins allumeuses mais tout autant doudounes en balade que le spécimen isolé de Beveren!
...

C'est le petit nom de la grande blonde qui stripteasa voici dix jours, pas frileuse au Freethiel, et prit durant la pause des poses au rond central. Cela c'était déjà passé à Genk voici deux saisons: avec à l'époque plusieurs filles, moins allumeuses mais tout autant doudounes en balade que le spécimen isolé de Beveren! Bianca avait pour mission de meubler les temps morts des footeux que nous sommes, même si Bianca ne fait pas -encore- partie des meubles du foot belge. Mais je crains devoir supputer qu'elle sera demain monnaie courante, sous prétexte que le cochon de payant doit en avoir pour son argent: c'est déjà comme ça en sport du côté de chez Bush, pour preuve les filles des rings qui annoncent les rounds, je ne dois pas vous faire un dessin pour vous détailler leur dégaine... Mais bref, en 2003, Bianca choque encore chez nous: elle devait au minimum soulever les enthousiasmes, elle a tout autant déclenché les tollés des pères la pudeur de notre pays petit. Stress pour cause de string. "To strip" veut dire "se déshabiller", "to tease" signifie "agacer, taquiner": Bianca a réussi son striptease, taquinant les uns et agaçant les autres... Et bizarrement, je me suis retrouvé dans le camp des agacés, et désireux de m'offrir un bout du tollé! Mais pas en partant à mon tour en croisade pudibonde: m'offusquer de ce que Bianca ait osé exhiber ses rondeurs paires alors-qu'il-y-avait-mon-Dieu-des-enfants-dans-le-stade, ce n'est pas mon combat même si le Moyen Age m'intéresse! D'Internet au reste, les mômes rencontrent désormais des créatures lascives et toutes nues à tous les coins de vie: autant banaliser la chose que d'en refaire un péché mortel! Je ne souhaite pas non plus hurler haut ici à l'exploitation-mercantile-éhontée-du-corps-de-la-Femme-par-l'Homme: Bianca m'avait l'air d'une grande fille saine, majeure et vaccinée. Avec des courbes de grande fille, trop belles pour être éhontées.Mon agacement est tout autre, lecteur fidèle, je t'explique: je veux que le foot soit asexué et le demeure! Le stade de foot est un endroit rare: si tu regardes passionnément, seul compte le combat des gestes. Tu y viens pour rêver esthétique, duels, habileté, intelligence, créativité, solidarité, force, peut-être gloriole, ...mais sûrement pas gonzesses! Je sais: ton psy, grand malade parmi les petits, va t'objecter que TOUT est sexe, au foot comme ailleurs: qu'un but est comme une éjaculation, que tu dis "déflorer" la marque et que c'est significatif, ou que le foot t'intéresserait beaucoup moins si les poitrines des femmes étaient cubiques... Bref, je cite: "le football est un étrange ballet tissé par les obscurs désirs du sexe masculin". Ton psy dit ça mais tu t'en fous parce que, primo, c'est pas sûr que c'est vrai; et deuzio, si même ça l'était, ça reste planqué bien profond dans ton inconscient et c'est tout ce qui compte! Le foot est un lieu où ta libido fait une pause, et ta libido en a bien besoin pour rester gaillarde hors les stades: c'est aussi pour ça que tu aimes le foot, et ça n'a rien de macho. Mais il reste à avouer que, vu sous cet angle, des Bianca viennent nous distraire, donc nous emmerder.Et puis, racoler avec du cul, c'est toujours un peu cucul. J'avais beau savoir qu'on saupoudrait de nanas dénudées pour vendre des bagnoles, des vacances, des films, du silicone, de la bière, des chansons ou de la boxe, ...je pensais naïvement que le foot y échappait, que le footeux entrait en foot comme le cureton en religion: qu'il n'avait nul besoin d'adjuvant pour décoller le derrière du fauteuil et partir au stade comme en pèlerinage! Eh non... Depuis Beveren, Bianca m'incite à croire que je me suis trompé: les matches tout nus sans rien autour ne font plus bander, les bonzes du marketing et du foot-business le pensent dur comme fer, comme Bianca et par elle... Football, l'an 2003, pèlerinage toujours. Mais aux lieux seins..."Le football est un étrange ballet tissé par les obscurs désirs du sexe masculin"