TACTIQUE

Champion de Turquie, Besiktas n'a pas pour autant dérogé à sa réputation de plaque tournante pour vedettes sur la sellette. En rapatriant Miralem Pjanic, Alex Teixeira, Michy Batshuayi, Rachid Ghezzal (transféré définitivement cet été suite à son prêt de l'an dernier) ou Mehmet Topal, le coach ...

Champion de Turquie, Besiktas n'a pas pour autant dérogé à sa réputation de plaque tournante pour vedettes sur la sellette. En rapatriant Miralem Pjanic, Alex Teixeira, Michy Batshuayi, Rachid Ghezzal (transféré définitivement cet été suite à son prêt de l'an dernier) ou Mehmet Topal, le coach Sergen Yalcin n'a pas participé au rajeunissement de son équipe, mais y aura au moins apporté une dose d'expérience considérable. En se séparant du Camerounais Vincent Aboubakar, les Turcs auront donc aussi fait de la place pour Batshuayi au poste de numéro 9. Le Diable devra toutefois faire avec la concurrence de l'international turc Kenan Karaman, né à Stuttgart et qui découvre, comme Michy, le championnat local cette saison. Deux hommes pour une seule place dans le 4-1-4-1 cher à Yalcin. Pour épauler son avant-centre, le coach compte sur le Canadien passé par Zulte Waregem Cyle Larin à gauche et sur Ghezzal à droite. Derrière eux, Atiba Hutchinson et Domagoj Vida font figure de tauliers dans une équipe qui a surtout pour elle de ne pas manquer de consistance. Chez les Diables rouges, l'attaquant est phénoménal: malgré le peu de temps de jeu qui lui est accordé, ses statistiques sont excellentes. En club, par contre, ça fait des années qu'il stagne: il joue peu et marque peu. Le Bruxellois espère que son passage à Besiktas lui permettra de relancer sa carrière. Il a en tout cas été très bien reçu en Turquie. Espérons que Batsman répondra à l'attente des fans.