Fin janvier 2020, Sergen Yalcin (48 ans), un monument du club, qui a fait fureur dans l'entrejeu de Besiktas de 1991 à 1997 puis de 2002 à 2006, a été rappelé, cette fois au poste d'entraîneur, pour rendre au club d'Istanbul sa gloire passée. Une réussite! À l'issue des quarante journées de Süper Lig, une compétition...

Fin janvier 2020, Sergen Yalcin (48 ans), un monument du club, qui a fait fureur dans l'entrejeu de Besiktas de 1991 à 1997 puis de 2002 à 2006, a été rappelé, cette fois au poste d'entraîneur, pour rendre au club d'Istanbul sa gloire passée. Une réussite! À l'issue des quarante journées de Süper Lig, une compétition marquée par l'irrégularité des grands clubs, Besiktas a conquis le seizième titre de son histoire et le premier depuis la saison 2016-2017. Une victoire 1-2 à Göztepe lui a finalement suffi pour s'imposer au goal-average. De justesse: il ne devance Galatasaray que d'un petit but. Quelques jours plus tard, un autre rendez-vous important l'attendait, cette fois à Izmir, où l'Antalyaspor de notre compatriote Ruud Boffin (33 ans), gardien de but, et du duo allemand Nuri Sahin- Lukas Podolski rêvait de réaliser un exploit en Coupe. En vain: Besiktas a réussi le troisième doublé de son histoire, grâce à des buts de Josef et Valentin Rosier. Yalcin a mis en place une tactique performante, en 4-2-3-1. Fabrice N'Sakala (ex-Anderlecht) en est l'arrière gauche attitré et l'attaquant canadien Cyle Larin (ex-Zulte Waregem) a fait honneur à sa réputation de voleur de buts ces derniers mois, en trouvant le chemin des filets à 19 reprises en 38 matches de championnat. N'Sakala, qui a signé en août dernier un contrat de deux ans, a, lui, marqué un but et délivré deux assists en 29 duels. Dans quelques mois, Besiktas va donc renouer avec la Ligue des Champions. Istanbul, une ville folle de football, y aspire, après de longs mois de compétition dans des stades déserts.